S’il n’a pas encore formellement démissionné, le président nigérien semble avoir perdu la main lorsque l’armée a annoncé son ralliement aux mutins dirigés par le général Tchiani. Retour en vidéo sur ces deux jours qui auront vu l’histoire s’accélérer au Niger.

Comment la situation a-t-elle pu dégénérer si rapidement ? Le chef de l’État nigérien n’a, pour l’heure, pas quitté ses fonctions. Mais le coup d’État mené par les membres de la garde présidentielle dirigée par le général Tchiani semble bel et bien consommé, ce jeudi 27 juillet.

Les militaires ont annoncé la mise en place d’un « Conseil national de sauvegarde de la patrie » (CNSP) en milieu de matinée. Quelques heures plus tard, le point de bascule semble avoir été atteint lorsque le chef d’état-major de l’armée nigérienne, le général Abdou Sidikou Issa, a annoncé le ralliement des troupes loyales à Mohamed Bazoum aux putschistes.

Quant à la médiation que le président béninois, Patrice Talon, devait mener au Niger au nom de la Cedeao, elle n’a pour l’heure pas réellement débuté.

AVEC JA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici