Le dernier bureau politique du PartiDes menaces graves planent sur la tenue effective du congrès extraordinaire du PDCI-RDA, prévu pour vendredi 22 décembre 2023 à Yamoussoukro. Un exploit de signification d’une ordonnance a été transmis ce mercredi 20 décembre 2023 par voie de Commissaire de justice. L’exploit a été réceptionné par le cabinet de Me Suy Bi Emile, conseil du Pdci-Rda.

C’est M. Narcisse Kouamé Datté, juriste fiscaliste sénior collaborateur de Me Suy Bi Emile qui a reçu copie de l’ordonnance. A cet effet, il a déclaré que cette demande va poser une difficulté d’exécution. Et doit être portée devant le juge du fond.

La présidente du tribunal de première instance d’Abidjan Mme Touré Aminata épouse Touré a autorisé MM. Blesson Christophe et Ourah Affroumou à assigner devant le tribunal, selon la procédure d’urgence M. Cowppli-Boni Philippe, président par intérim du Pdci-Rda le représentant légal. Ce dernier devra comparaitre à l’audience des référés d’heure à heure du jeudi 21 décembre 2023, à 14 h.

Rappelons que ce sont MM. Blesson Christophe et Ourah Affroumou qui étaient parvenus à obtenir la suspension du congrès du samedi 19 décembre 2023. Ce sont encore les mêmes procédés utilisés pour bloquer le congrès qui est prévu pour se tenir le vendredi 22 décembre 2023.


Ce Mercredi 20 décembre 2023, Messieurs BLESSON CHRISTOPHE et OURAH AFFROUMOU MATHIEU ont déposé une requête inattendue visant à annuler le congrès du PDCI-RDA

prévu pour le 22 décembre 2023. Ils ont sollicité l’intervention du président du Tribunal de Première Instance d’Abidjan, arguant que la direction intérimaire du PDCI ne respecte pas les textes du parti, compromettant ainsi la tenue d’un congrès extraordinaire pacifique.

Le président du tribunal a jugé la requête fondée et a autorisé les requérants à assigner en référé d’heure à heure le PDCI-RDA, représenté par son président par intérim, Monsieur COMPLI-BONI PHILIPPE, et Monsieur COWPLI-BONI PHILIPPE en qualité de président par intérim du PDCI-RDA et son représentant légal.

Les requérants demandent également la suspension du congrès prévu, soulignant leur volonté d’éviter tout affrontement physique. Ils reviennent ainsi devant le tribunal pour réitérer leurs demandes, cherchant à garantir un processus congrès extraordinaire apaisé conformément aux principes du parti.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici