Après la mort d’un Tunisien poignardé à mort par des migrants, de graves heurts ont eu lieu dans la ville portuaire.

Les images de la nuit de lundi 3 au mardi 4 juillet à Sfax, largement diffusées sur les réseaux sociaux, témoignent d’une rare violence entre Tunisiens et Subsahariens. Jets de pierre, individus masqués avec des barres de fer, cartouches de gaz lacrymogène, maisons incendiées : un nouveau niveau de violence a été franchi dans la ville du centre de la Tunisie, traversée depuis dimanche par d’importantes tensions.

A l’origine de ce dernier déferlement de haine, l’agression d’un Tunisien, poignardé par des migrants africains, en banlieue nord de la ville. Une information rapidement diffusée via une vidéo postée sur Facebook par le député Tarek Mahdi aux alentours de 22 heures : on y voit un homme gisant au sol inconscient, baignant dans le sang, entouré d’habitants du quartier qui s’agglomèrent peu à peu autour de la victime. Les agresseurs sont « Africains », affirme alors Tarek Mahdi, qui leur reproche d’« être partout » et réclame une réaction de la population sfaxienne. « Il faut que les gens se bougent », enjoint-il son public.

La vidéo récolte plusieurs milliers de « J’aime », est partagée massivement, souvent accompagnée d’appels à la vengeance. Quelques heures plus tard, l’annonce de la mort des suites de ses blessures du jeune homme agressé échauffe encore un peu plus les esprits. Dans la rue, les violences éclatent dans de nombreux quartiers de Sfax : des Tunisiens prennent à partie des Africains subsahariens et certaines sources rapportent que des groupes à moto entament une « chasse aux Noirs ». Selon le parquet de Sfax cité par l’AFP, « trois migrants soupçonnés d’implication dans ce meurtre et qui seraient de nationalité camerounaise, selon les informations préliminaires, ont été arrêtés ».

Plate-forme de départ vers l’Europe

Sfax, ville portuaire et pôle économique majeur du pays, a longtemps accueilli travailleurs et étudiants du reste du continent venus y chercher un avenir. Depuis le début de l’année, elle s’est transformée en plate-forme de départ majeur pour les candidats à l’exil vers l’Europe. En 2023, plus de 30 000 personnes ont déjà rejoint l’île italienne de Lampedusa depuis ses côtes.

Une situation qui a accru le racisme dans la ville. Dimanche 28 mai, une nouvelle manifestation avait eu lieu devant le siège du gouvernorat pour réclamer des actions des autorités pour endiguer le phénomène migratoire et expulser les Subsahariens du pays. Un contexte qui laissait déjà envisager le pire, déclarait le porte-parole du Forum tunisien des droits économiques et sociaux, Romdhane Ben Amor. « Certains groupes profitent de l’absence de l’Etat pour tenter de chasser les migrants de leurs maisons en usant de la force et tout ce qui en résulte de violence », a-t-il dénoncé, qualifiant la situation de « dramatique ».

« On croirait revivre les sombres jours de fin février 2023 mais en pire », réagi Franck Yotedje, directeur de l’association Afrique Intelligence qui œuvre pour les droits des migrants et la cohésion sociale, en référence aux vagues de violences subies par les migrants après les propos de Kaïs Saïed. Le président tunisien avait alors attribué aux « hordes de migrants clandestins » un prétendu complot « pour changer la composition du paysage démographique en Tunisie ». Ces mots avaient déclenché plusieurs jours d’actes de défiance – chasse à l’homme, expulsion des logements – contre les 21 000 Subsahariens, la plupart en situation irrégulière dans le pays.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici