Impossible réconciliation ADO-Guillaume Soro: Un soroïste avoue TOUT -  Afrique sur 7

Entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro, la méfiance règne

Après leurs appels téléphoniques de fin mars, le président ivoirien estime, selon son entourage, avoir des raisons de douter de l’honnêteté de son opposant en exil. Explications.

La paix des braves entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro ne sera pas de si tôt. El Hadj Mamadou Traoré, dans une publication faite sur sa page Facebook, révèle les préalables que le Président ivoirien impose à l’ancien chef du Parlement, mais auxquels celui-ci refuse d’accéder.

Pour une réconciliation avec Ouattara, Guillaume Soro devra renoncer à « toute ambition présidentielle »

Alassane Ouattara et Guillaume Soro ne sont plus en odeur de sainteté ces dernières années. L’ancien Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a en effet été contraint de « libérer le tabouret », le 8 février 2019, pour avoir refusé d’adhérer au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti présidentiel). Et depuis, c’est la descente aux enfers pour l’ancien chef rebelle.

Exilé en France puis tombé dans la clandestinité, à la suite de son retour manqué en Côte d’Ivoire, le 23 décembre 2019, Soro Kigbafori Guillaume est également sous le coup d’une double condamnation de 20 ans d’emprisonnement et d’une prison à vie, respectivement pour « Recel de détournement de deniers publics » et « tentative d’atteinte à la sureté de l’État ».

Et pourtant, ce ne sont pas les initiatives qui ont manqué dans la tentative de rapprochement du président Ouattara et de son ancien Premier ministre Soro Guillaume. Certains dirigeants africains ont même été cités dans cette affaire. Mais leurs bons offices auraient buté sur l’intransigeance de l’une des parties.

« Ces rapprochements se sont soldés par des échecs, non pas à cause de la duplicité de Guillaume Soro, mais plutôt à cause des conditions que le Gourou du Restaurant a imposées à Guillaume Soro », relate sur les réseaux sociaux, El Hadj Mamadou Traoré. L’ancien compagnon de maquis de l’ex patron des Forces nouvelles (FN, ex-rébellion) indique que certaines conditions ont été imposées comme préalables à son leader. Il s’agit de :

« 1. Une demande de pardon publique de Guillaume Soro au Gourou du Restaurant pour tentative de coup d’État.

2. L’inscription de Guillaume Soro sur la liste des clients du Restaurant.

3. La renonciation à toute ambition présidentielle de Guillaume Soro. »

L’ancien Directeur de l’Institut national de la formation sociale (INFS) avoue cependant que « bien évidemment, Guillaume Soro n’a accédé à aucune de ces conditions qui ressemblent à du chantage et à un assassinat politique ».

 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici