Des djihadistes imposent depuis plusieurs jours un blocus à Tombouctou, dans le nord du Mali, où les prix des produits ont commencé à augmenter, ont indiqué lundi 21 août des acteurs locaux. Des djihadistes «ont bloqué toutes les routes», a déclaré à l’AFP un élu s’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour sa sécurité.

«Entre Tombouctou et le sud, rien ne passe» non plus par le fleuve Niger, qui coule au sud de la ville, a-t-il ajouté. «Tout coûte cher à Tombouctou parce que les produits ne rentrent plus dans la ville. Les djihadistes ont bloqué les routes. C’est vraiment difficile», a corroboré un fonctionnaire de la mairie qui tait lui aussi son identité.

Cet embargo fait suite à des messages diffusés début août sur les réseaux sociaux et attribués à un commandant local du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste affiliée à Al-Qaïda. «Nous déclarons la guerre dans la région de Tombouctou. Les camions qui viennent d’Algérie, de Mauritanie et de toute autre provenance» doivent cesser leur progression, disent ces messages. Les camions qui enfreindraient cet ordre seront «ciblés et incendiés», préviennent-ils.

Ces menaces coïncident avec le repositionnement sécuritaire en cours dans la région de Tombouctou, «la ville aux 333 saints» inscrite au patrimoine de l’humanité.

La mission de l’ONU (Minusma), poussée à partir du Mali par la junte désormais au pouvoir, vient de quitter deux camps proches de Tombouctou, Ber et Goundam, transférés aux autorités maliennes. Cette prise de contrôle par l’État malien a donné lieu à des combats avec les djihadistes et de vives tensions avec les ex-rebelles touareg.

Tombouctou, avec ses quelques dizaines de milliers d’habitants aux confins du Sahara, est l’une des grandes villes du nord tombées entre les mains de rebelles touareg, puis de salafistes après le déclenchement de l’insurrection de 2012. Les forces françaises et maliennes ont repris la ville en 2013.

Les ex-rebelles ont signé en 2015 avec l’État malien un accord de paix aujourd’hui mal en point. Les islamistes radicaux continuent, eux, à combattre l’État malien et la présence étrangère. Le djihadisme s’est propagé au centre du Mali et au Niger et au Burkina Faso voisins. La mission de l’ONU conserve pour l’instant un camp à Tombouctou, mais tous les Casques bleus devront avoir quitté le Mali d’ici au 31 décembre.

 avec AFP.
Advertisement

2 Commentaires

  1. Youre so cool! I dont suppose Ive read anything like this before. So good to find somebody with some unique ideas on this subject. realy thank you for beginning this up. this website is one thing that is needed on the web, somebody with slightly originality. useful job for bringing one thing new to the internet!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici