Deux juges d’instruction ont ordonné vendredi que le prédicateur suisse Tariq Ramadan, récemment acquitté de viol dans un dossier à Genève, soit jugé par la cour criminelle départementale de Paris pour d’autres soupçons de viols commis sur quatre femmes.

Deux de ses avocats, Mes Pascal Garbarini et Pauline Baudu-Armand, ont aussi annoncé aussitôt que Tariq Ramadan ferait appel « sans délai » de l’ordonnance, soulignant qu’il contestait « formellement » les accusations.

« Les accusations ont été fermement combattues depuis l’origine et l’instruction n’a fait que confirmer leur fragilité », a estimé de son côté une autre avocate, Me Elise Arfi.

Selon l’ordonnance de mise en accusation, dont l’AFP a eu connaissance, le conférencier aujourd’hui âgé de 60 ans, est renvoyé pour des soupçons de viols commis à Lyon, Paris ou encore Lille entre 2009 et 2016 sur quatre femmes.

Une décision de non-lieu partiel a en revanche été rendue concernant deux plaignantes.

« Tenter de renvoyer une personne devant une juridiction de jugement alors que la Cour de cassation est saisie d’une requête en nullité concernant le point central de ce dossier est inadmissible », ont par ailleurs réagi auprès de l’AFP Mes Philippe Ohayon, Ouadie Elhamamouchi et Nabila Asmane, trois autres de ses avocats.

La défense de Tariq Ramadan a en effet formé un pourvoi en cassation après la validation le 11 mai dernier par la cour d’appel de Paris d’expertises psychiatriques capitales, qu’elle contestait.

Fin mai, le conférencier, qui était aussi accusé en Suisse par une femme, a été acquitté de l’accusation de viol et contrainte sexuelle par un tribunal genevois qui a jugé qu’il n’y avait pas de preuve contre lui.

Me Laure Heinich, qui défend trois femmes dans le dossier instruit à Paris, a indiqué que ses clientes se réjouissaient de son renvoi devant une cour criminelle et du « travail manifestement très méticuleux rendu » par les magistrates.

Me Laura Ben Kemoun, qui en défend deux avec Me Heinich, a ajouté qu’elles étaient « soulagées et prêtes pour la suite ».

« Domination » et « soumission »

Dans ce dossier emblématique de l’ère #MeToo, les plaignantes ont décrit des relations sexuelles particulièrement brutales: selon l’ordonnance, certaines ont relaté « la main qui tient et force la tête, le bras qui empêche de bouger ou de se retourner, le poids du corps, le regard de fou, les paroles de domination et de soumission, les ordres, les gestes, cette attitude pour imposer les pénétrations, pour forcer à ouvrir la bouche sous l’urine, pour forcer à lécher l’anus ».

Tariq Ramadan, 60 ans, a pour sa part d’abord nié avoir eu des relations sexuelles extraconjugales avant d’être contraint de reconnaître, face aux preuves accumulées par la justice, des « relations de domination », rudes mais « consenties ».

L’affaire, qui a provoqué la chute de cette figure charismatique et contestée de l’islam européen, avait été déclenchée fin octobre 2017 par les plaintes d’Henda Ayari, une ex-salafiste devenue militante laïque, et « Christelle », qui dénonçaient respectivement un viol en 2012 à Paris et en 2009 à Lyon.

Entre février 2018 et octobre 2020, Tariq Ramadan avait été successivement mis en examen pour viols sur ces deux premières plaignantes et trois autres victimes potentielles.

Il a été incarcéré dix mois.

Deux des victimes avaient été identifiées par la police sur des photos et des messages retrouvés dans son ordinateur, tandis que la troisième, l’ex-escort girl Mounia Rabbouj, l’avait accusé de neuf viols sur la période 2013-2014.

Les juges d’instruction ont finalement décidé de renvoyer le prédicateur devant la cour criminelle départementale, constituée de magistrats professionnels et sans jurés populaires, pour viols sur Henda Ayari, Mounia Rabbouj et une des femmes identifiées sur photo, ainsi que pour viols sur personne vulnérable sur « Christelle ».

Tout au long de l’instruction, par ailleurs rythmée par la notion d’« emprise » exercée sur ces femmes qui l’admiraient, Tariq Ramadan a dénoncé des mensonges des plaignantes, les accusant de s’être concertées pour le « faire tomber ».

Pour les magistrates instructrices, « la méthode de Tariq Ramadan est simple : contester l’existence de la rencontre, puis une fois la rencontre établie, dénigrer et discréditer les parties civiles, dans leur parole judiciaire et dans ce qu’elles sont, dénoncer un mensonge concerté entre femmes ».

Mais « la théorie d’une concertation entre toutes pour dénoncer des viols et piéger Tariq Ramadan succombe à la chronologie des faits, aux dates d’entrée en contact entre les parties civiles, à la chronologie des confidences et aux modalités de dénonciation », écrivent les juges.

Advertisement

5 Commentaires

  1. I’m impressed, I need to say. Actually rarely do I encounter a blog that’s each educative and entertaining, and let me inform you, you’ve got hit the nail on the head. Your thought is excellent; the difficulty is one thing that not sufficient persons are talking intelligently about. I’m very blissful that I stumbled across this in my search for something relating to this.

  2. Simply desire to say your article is as astonishing. The clarity on your post is simply nice and that i could think you are a professional on this subject. Well with your permission let me to take hold of your feed to stay up to date with approaching post. Thank you a million and please continue the enjoyable work.

  3. Whats up very cool web site!! Guy .. Beautiful .. Superb .. I will bookmark your website and take the feeds also…I’m glad to seek out a lot of helpful information right here in the put up, we want develop extra techniques in this regard, thank you for sharing. . . . . .

  4. Pretty component of content. I simply stumbled upon your web site
    and in accession capital to claim that I acquire in fact loved account your
    blog posts. Anyway I’ll be subscribing to your augment and even I achievement you access consistently quickly.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici