L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo, souligne l’urgence pour le gouvernement d’ouvrir le dialogue, à l’occasion de la 2è édition de la Fête des libertés, tenue à Bondoukou (Est).

« Je lance un appel à l’union pour mener le combat des reformes électorales ; union de la gauche, union de toutes les forces vives de la Nation. Cette dynamique doit s’engager dès maintenant. Unis, nous serons plus forts. Je le répète : unis, nous sommes plus forts », a déclaré Mme Simone Gbagbo.

Simone Gbagbo, présidente du Mouvement des générations capables (MGC), un parti de l’opposition, a relevé « l’urgence pour le gouvernement d’ouvrir des discussions franches et inclusives avec l’opposition et les forces vives de la Nation en vue de trouver des réponses consensuelles pour des élections justes, inclusives et transparentes » avant la présidentielle ivoirienne d’octobre 2025.

« Je persiste à dire que le système électoral actuel pose beaucoup de problèmes. Il n’est pas crédible (…) l’arbitre des élections n’est pas souverain », a-t-elle dit, en pointant la nécessité de reformer la Commission électorale indépendante (CEI) en sortant les partis politiques de ses organes.

« Il nous faut une CEI indépendante des partis politiques », a-t-elle insisté, lors de cette seconde édition de la Fête des libertés qui a mobilisé plusieurs partis politiques partenaires. Georges Ezaley, vice-président du PDCI (opposition), représentait le président de ce parti, Tidjane Thiam.

« Le président du PDCI me charge de vous confirmer qu’il entend poursuivre les échanges avec vous pour travailler ensemble. Il est vital que la Côte d’Ivoire ait une opposition forte… Le PDCI soutient le MGC dans sa position sur la cartographie électorale », a-t-il avancé, assurant que le dialogue avec le MGC sera intensifié dans les semaines à venir.

Présent, Charles Blé Goudé, président du Cojep, a déclaré que « je m’associe à cet appel. Vous devant, nous à côté, nous sommes rassurés parce que celui qui a pour ami le singe, ne craint pas que sa canne soit bloquée dans les branches. Nous sommes avec vous ».

Le FPI était représenté par Joseph Adahé Yao, le RPP par Boussou N’Da, le MFA par Konet Adama, le GPS par Yao Kouman et le Mouvement engagement citoyen de Côte d’Ivoire, par son président Ebrin Yao Rémi.

ICONE, le parti politique créé par feu Jean-Yves Dibopieu, était lui aussi à cette célébration avec une délégation conduite par Yves Mayobo. La troisième édition de la Fête des Libertés se tiendra en 2025, à Abidjan.

Pour la présidente de MGC, Simone Ehivet Gbagbo, les populations vivant en Côte d’Ivoire doivent rebâtir l’harmonie entre elles afin de redémarrer l’œuvre de reconstruction qui passe par une réconciliation de la nation ivoirienne.

AP/APA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici