Comme déjà pressenti par bon nombre de Sénégalais, Macky Sall a décidé de reporter le scrutin présidentiel du 25 février prochain ce, à seulement quelques petites heures du début de la campagne électorale.

Dans un discours à la Nation prononcé, ce samedi, le chef de l’Etat sortant a évoqué une crise institutionnelle pour user des dispositions de l’article 52 de la constitution. 

Ledit article dispose : « Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité du territoire national ou l’exécution des engagements internationaux sont menacées d’une manière grave et immédiate, et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ou des institutions est interrompu, le Président de la République dispose de pouvoirs exceptionnels. Il peut, après en avoir informé la Nation par un message, prendre toute mesure tendant à rétablir le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions et à assurer la sauvegarde de la Nation. Il ne peut, en vertu des pouvoirs exceptionnels, procéder à une révision constitutionnelle ».

Macky Sall a parlé d’«un conflit ouvert sur fond d’une supposée affaire de corruption de juges». A cette situation suffisamment grave et confuse, ajoute le président sortant, vient s’ajouter « la polémique d’une candidate dont la bi-nationalité a été découverte après la publication de la liste définitive par le Conseil constitutionnel; ce qui constitue une violation de l’article 28 de la Constitution qui dispose que tout candidat à la présidence doit être exclusivement de nationalité sénégalaise »

Macky Sall est d’avis que « ces conditions troubles pourraient gravement nuire à la crédibilité du scrutin en installant les germes d’un contentieux pré et post-électoral ». Car, s’est-il justifié, « alors qu’il porte encore les stigmates de mars 2021 et de juin 2023, notre pays ne peut se permettre une nouvelle crise ».

Il ajoute : « En tant que président de la République garant du fonctionnement régulier des institutions et respectueux de la séparation des pouvoirs, je ne saurais intervenir dans le conflit entre le pouvoir législatif et judiciaire ». 

Le président Sall, qui a signé le décret abrogeant celui portant convocation du corps électoral, a de tout de même réitéré son engagement à ne pas prendre part à ces élections. 

« Enfin, j’engagerai un dialogue national ouvert afin de réunir les conditions d’une élection libre et inclusive », a-t-il promis. 

Pour rappel, dans la foulée de la publication de la liste de 20 candidats retenus, le 20 janvier dernier, le groupe parlementaire « Liberté, Démocratie » et a proposé et obtenu la création d’une commission d’enquête parlementaire visant à éclairer l’opinion sur les conditions d’élimination du candidat du Pds, Karim Wade, de l’élection présidentielle. 

Mais le Conseil constitutionnel, dont deux de ses membres sont accusés de « corruption » et de « connexions douteuses », a exprimé publiquement sa ferme volonté de mener jusqu’à son terme le processus électoral. Ce qui signifie qu’il n’y aura pas de démission de ses membres. Et l’un d’eux, le juge Cheikh Ndiaye a porté plainte pour diffamation et outrage. 

 L’Union des magistrats du Sénégal (UMS) a réaffirmé le principe de séparation des pouvoirs. Ce qui signifie qu’aucun magistrat n’ira répondre à l’Assemblée nationale à cette commission d’enquête parlementaire dont les membres sont déjà installés.

Dans la foulée, le même groupe parlementaire a déposé une proposition de loi visant à reporter ce scrutin ; ce que le bureau de l’Assemblée nationale a validé, ce samedi matin.


Aminata Touré : « C’est un jour de grande tristesse et d’indignation pour la démocratie sénégalaise »

Single Post

A quelques heures du démarrage de la campagne électorale pour la présidentielle, le Chef de l’Etat, Macky Sall a changé les règles du jeu. Prenant de court, une partie de la classe politique qui s’indigne, pleure, fustige et dénonce.

Via X, exTwitter, l’ancienne Premier ministre, Aminata Touré a exprimé toute sa désolation. «C’est un jour de grande tristesse et d’indignation pour la démocratie sénégalaise avec le report de l’élection présidentielle à quelques heures du démarrage de la campagne électorale. Le bulletin de sortie du Président Macky Sall est désormais marqué du sceau de cette régression démocratique sans précédent », affirme-t-elle.

Elle poursuit pour dire que «jamais une élection présidentielle n’a été reportée au Sénégal ». «Les démocrates et les citoyens devront se mobiliser pour défendre nos acquis démocratiques acquis au prix de sacrifices de plusieurs générations de militants de la Liberté », a souligné Aminata Touré.


Report de la présidentielle : Khalifa Sall dénonce «un coup d’État constitutionnel»Single Post

Khalifa Sall est catégorique : « Le Président Macky Sall vient de perpétrer  ‘’un coup d’État constitutionnel’’, en décidant «unilatéralement de stopper subitement le processus électoral, sans aucune base légale».

«Dans un discours sans aucune profondeur, évitant toute référence juridique, le Président a porté un coup violent à notre démocratie en abrogeant le décret convoquant le collège électoral. Ce faisant, il acte de fait le report de l’élection présidentielle prévue le 25 février. Depuis son accession au pouvoir,  Macky Sall s’est armé d’un bélier pour défoncer les remparts de notre démocratie pour donner corps à son rêve d’éternité au pouvoir », a déclaré Khalifa Ababacar Sall.

Il estime que « la République est une créature constitutionnelle à incarnation humaine variable ». L’ancien maire de Dakar et candidat à la présidentielle  de faire remarquer: «les hommes passent, ses piliers résistent au temps et puisent leur vigueur dans l’effort conjugué des générations successives à consolider ses acquis. Hélas ! Le pouvoir actuel a déserté les sentiers de la vertu républicaine, préférant favoriser des destinées individuelles au détriment de notre grand destin national ».

Ainsi, Khalifa Sall lance un appel à toutes les forces vives de la nation à faire face à «cette forfaiture ».

«Nous demandons à toutes les forces vives de dresser des barricades contre la monarchisation de notre pays. Nous devons remettre la République à l’endroit. Allons tous dans la même direction pour mettre fin aux multiples dérives du pouvoir et replacer notre pays sur sa trajectoire démocratique qu’il ne doit jamais quitter », a-t-il invité.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici