Les observateurs européens dépêchées au Sénégal pour suivre le scrutin présidentiel du 25 février souhaitent rencontrer tous les candidats, a annoncé la cheffe de la Mission d’observation européenne au Sénégal, Malin Björk.

Une équipe cadre de dix experts électoraux est présente au Sénégal depuis le 13 janvier. Ils seront au total « plus de 130 observateurs issus des 27 États membres de l’UE, de la Suisse, de la Norvège et du Canada » durant tout le processus, a expliqué Malin Björk, députée au Parlement européen, citée par l’Agence de presse africaine (APA)

« Ces élections appartiennent au peuple sénégalais. Nous voulons contribuer, par notre évaluation objective, à un processus électoral démocratique dans lequel toutes les voix puissent être entendues, et les choix des électeurs sénégalais respectés », a souligné Malin Björk, promettant que la mission d’observation de l’UE « sera impartiale, indépendante et n’interférera pas dans le processus électoral ».

Après avoir déjà eu « des entretiens avec les chefs de la Direction générale des élections (DGE) et de la Commission électorale nationale autonome (Cena) », elle promet de rencontrer les candidats, les médias et la société civile.

« La mission écoute très attentivement tous les interlocuteurs afin de connaître leur appréciation du processus électoral, du contexte politique et juridique, ainsi que du respect des libertés fondamentales, y compris de la liberté de se porter candidat et de faire campagne librement. Nous allons écouter leurs préoccupations et leurs attentes pour une élection qui marquera l’avenir du Sénégal. Par ailleurs, la mission souhaite rencontrer tous les candidats à l’élection présidentielle, où qu’ils soient et quelle que soit leur situation actuelle », a-t-elle ajouté.

Björk a noté, à ce propos, que ses équipes sont « en train de faire les démarches » nécessaires pour rencontrer le candidat en prison Bassirou Diomaye Faye, choisi par le chef de l’opposition Ousmane Sonko, également incarcéré et dont la candidature a été invalidée, pour porter le projet souverainiste du parti dissous Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité), rapporte le même média.

Deux jours après l’élection présidentielle, c’est-à-dire le 27 février 2024, la MOE UE publiera ses premières conclusions dans une déclaration préliminaire qui sera présentée lors d’une conférence de presse. La mission restera au Sénégal jusqu’à la fin du processus électoral, y compris dans le cas d’un éventuel second tour, souligne Malin Björk, précisant que la MOE compte « 32 observateurs de longue durée qui seront déployés vendredi prochain dans toutes les régions du pays ».

Ce n’est que quelques jours avant le scrutin que « 64 observateurs de courte durée rejoindront la mission », ainsi qu’une délégation de membres du Parlement européen et une vingtaine de diplomates en poste à Dakar, a-t-elle précisé.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici