L’isolement de la France se durcit au Sahel après la décision de l’Allemagne de rester, comme les Etats-Unis, au Niger, malgré la prise de pouvoir par le Conseil national pour la sauvegarde de la démocratie (CNSP), le 26 juillet 2023Avant le Niger, la France avait déjà été chassée du Burkina Faso et du Mali. 

Le timing a quelque chose de cruel pour la diplomatie française : le 22 décembre 2023 le dernier des 1500 soldats français présents au Niger a dû embarquer dans l’avion pour Paris. Deux jours plus tôt, le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius annonçait à Niamey le maintien des 120 soldats allemands déployés à la base aérienne 101 de la capitale nigérienne. Au-delà de cette annonce, M. Pistorius a assuré que l’Allemagne va poursuivre sa coopération militaire avec le Niger, à travers la formation des forces spéciales nigériennes ; le soutien à une école de formation de sous-officiers nigériens ainsi que l’attribution des bourses de stages en Allemagne.

À la grande satisfaction des autorités militaires qu’il a rencontrées, le ministre allemand a confirmé que son pays entendait soutenir la construction à Niamey d’un hôpital militaire de référence dont le coût est estimé à près de 30 millions d’euros (20 milliards de FCFA). L’Allemagne a très clairement pris le contre-pied de la France dans l’appréciation de la situation créée au Niger par le coup d’Etat qui a renversé le président Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023.

Précédent américain 

Les Américains ont été les premiers, avant les Allemands, à prendre leur distance avec la France dans leur attitude vis-à-vis du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP). A l’opposé de la diplomatie française, les Américains n’ont jamais rompu de contacts avec la junte qui a pris le pouvoir à Niamey à travers des échanges directs avec le général Moussa Salaou Barmou, chef d’état-major des FAN, et le colonel-major Maman Sani Kiaou, chef d’état-major de l’armée de terre. Ces deux officiers membres du CNSP ont été formés dans les écoles militaires américaines. Alors que les Français s’épuisaient à exiger le retour à l’ordre constitutionnel au Niger avec le président Bazoum à la tête de l’Etat, les Américains étaient, de leur côté, plus nuancés, prêts à se satisfaire d’une transition courte avec « un agenda crédible ». Sur l’autel du pragmatisme et de la real politique, les Etats-Unis ont dès septembre 2023 repris leurs activités militaires au Niger, faisant décoller leurs drones et leurs avions de surveillance et de reconnaissance. Ils ont officiellement reconnu en octobre 2023 le CNSP comme « autorités de fait » qui dirigent le Niger avant de décider en décembre 2023 que leur nouvelle ambassadrice à Niamey Kathleen Fritzgibbon présente ses lettres de créance à la junte. De passage au Niger, après le sommet de la CEDEAO du 10 décembre 2023 à Abuja, la Secrétaire d’Etat adjointe en charge des Affaires africaines Molly Phee est allée encore plus loin, en déclarant que les Etats-Unis étaient prêts à reprendre l’intégralité de leur coopération avec le Niger, sous réserve de l’annonce d’un calendrier d’une « transition courte avec un contenu crédible ». L’agenda américain au Niger est clairement très différent de celui de la France.

Jusqu’au-boutisme macronien 

Adoptant la même posture que les Américains et les Allemands, les Nations unies ont décidé de désigner une nouvelle Coordinatrice résidente de leur système au Niger, qui présentera prochainement ses lettres de créance aux autorités du pays. L’ONU a également décidé que désormais les autorités au pouvoir à Niamey pourront s’exprimer dans toutes ses instances. Même la CEDEAO est à présent dans une démarche nettement différente des positions figées de la France. L’organisation sous-régionale n’exige plus en effet le rétablissement du président Bazoum, après avoir enterré définitivement son projet d’une intervention militaire. Les différents revers subis depuis le 26 juillet n’ont manifestement pas suffi à ouvrir les yeux de la diplomatie française. La France a finalement tout cédé au CNSP sur les conditions de retrait de ses troupes du territoire nigérien. Alors qu’elle défendait un retrait de ses soldats par Cotonou, au Bénin, la diplomatie française à dû accepter un itinéraire via N’Djamena beaucoup plus long. Paris a également dû avaler les grandes déclarations de Macron pour accepter le départ de Niamey de Sylvain Itté, ambassadeur de France au Niger. Enfin, les autorités françaises ont dû se résoudre à laisser partir le Mont Greboun, avion présidentiel nigérien, qu’elles séquestraient à l’aéroport de Fribourg-Mulhouse depuis le coup d’Etat du 26 juillet. Ironie de l’histoire, la France a même dû avancer les frais de parking exigés pour que l’avion puisse repartir à Niamey, condition posée par la junte pour aménager une porte de sortie honorable à Sylvain Itté.

Mort de la politique africaine 

Derrière la succession incompréhensible d’erreurs de la diplomatie française, se cache, en réalité, une vraie absence de politique africaine. En effet, à Paris on n’a pas perçu l’évolution du contexte africain caractérisé désormais par l’émergence de sociétés très actives ; l’arrivée de nouveaux compétiteurs pas les Russes et les Chinois seulement ; une jeunesse connectée aux réseaux sociaux et très exigeante. La diplomatie verticale à force de coups de menton aux dirigeants des ex-colonies, ADN de la politique africaine de Macron et son ancien ministre des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian, ne peut pas prospérer dans « cette nouvelle Afrique ». Tant le style que le contenu du discours macronien sur l’Afrique et le Sahel ne passent plus à Bamako, Ouagadougou et Niamey. Or, la plupart des décisions françaises sur le Niger, le Mali, le Burkina Faso ont été dictées par l’Elysée, les diplomates français, et leur cheffe Catherine Colonna, n’ont qu’à suivre les desideratas du Château. Ils n’avaient pas la moindre marge de manœuvre face à « Jupiter ».

Il y a, hélas, peu de chance que la France rectifie le tir, tant est ancré ici l’idée que si elle est en mauvaise posture au Sahel, c’est de la faute des « Sahéliens vendus » à la Russie et de la « propagande déloyale » anti-française qui règne dans la région. A ce prix-là, le retour de la France au Sahel n’est pas pour demain.

Francis Sahel, Mondafrique 

Advertisement

7 Commentaires

  1. I loved as much as you’ll receive carried out right here.
    The sketch is attractive, your authored subject matter stylish.
    nonetheless, you command get got an nervousness over that you wish be delivering the following.
    unwell unquestionably come further formerly again since exactly the same nearly a lot often inside case you shield this increase.

  2. When someone writes an piece of writing he/she keeps the idea of a user in his/her brain that
    how a user can be aware of it. So that’s why this post is perfect.
    Thanks!

  3. Your style is very unique compared to other folks I have read stuff from.
    I appreciate you for posting when you have the opportunity, Guess
    I will just bookmark this web site.

  4. Unquestionably believe that which you stated. Your favorite justification appeared to
    be on the net the simplest thing to be aware of. I say to you, I definitely get annoyed while
    people think about worries that they plainly do not know about.
    You managed to hit the nail upon the top and also defined out the whole thing without having side effect , people could take a signal.
    Will probably be back to get more. Thanks

  5. I think that everything wrote made a lot of sense.
    However, think about this, suppose you wrote a catchier post title?

    I ain’t saying your content isn’t good., however what if you added a title that makes people desire more?

    I mean Sahel, la France abandonnée par ses alliés
    occidentaux – iciabidjan is a little vanilla. You could look at Yahoo’s home page and note how they write news headlines to grab viewers interested.
    You might try adding a video or a picture or two to get readers interested about what you’ve written. Just my opinion, it would make
    your website a little bit more interesting.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici