En accordant une interview au Financial Times lors du Sommet pour un nouveau Pacte mondial de financement les 22 et 23 juin à Paris, le président kenyan William Ruto a appelé à la création d’une « banque mondiale verte » qui aiderait les pays en développement à atténuer les effets du changement climatique sans pour autant aggraver davantage leurs niveaux de dette déjà non viables. Cette proposition bienveillante et importante doit être prise en compte par les pays riches, s’ils veulent vraiment lutter contre le changement climatique, favoriser la paix et promouvoir la prospérité en Afrique et dans le reste du monde en développement.

Jusqu’à récemment, les seules conditions de négociation des économies en développement étaient leurs ressources naturelles abondantes et leur main d’œuvre bon marché. Mais le changement climatique a renforcé le pouvoir de négociation des pays à faible revenu et modifié la dynamique des relations Nord-Sud. Les pays en développement ne sont plus prêts à être contraints de s’endetter massivement pour financer le développement vert, surtout lorsque des alternatives moins chères sont disponibles.

Les efforts continus des pays riches visant à persuader les pays à faible revenu d’attribuer une valeur plus élevée au bien commun mondial qu’ils ne l’ont fait eux-mêmes sont voués à l’échec. Bien que les incitations concordent dans certains cas, avec l’aide de la baisse des coûts de l’énergie solaire et éolienne, les économies en développement trouvent souvent beaucoup plus rentable de suivre les traces des économies avancées et de compter sur les technologies des combustibles fossiles.

La guerre en Ukraine a révélé toute l’hypocrisie du monde développé. Pendant des années, les pays développés ont conseillé aux économies en développement de ne pas utiliser les combustibles fossiles, en leur refusant systématiquement des prêts au développement pour des projets de gaz et de pétrole, en particulier lorsqu’ils sont destinés à la consommation intérieure. Mais depuis l’invasion russe, les dirigeants européens ont fait pression sur les pays africains pour qu’ils mettent à niveau leur production de gaz afin qu’elle puisse être convertie en gaz naturel liquéfié et que cette dernière soit expédiée en Europe. L’Allemagne a même rouvert ses centrales électriques à charbon. En outre, les ménages et les entreprises européens ont reçu le même genre de subventions massives à la consommation d’énergie que les pays africains avaient été accusés de recevoir, par exemple, dans le rapport annuel 2022 de l’Agence internationale de l’énergie.

Alors que les gouvernements européens considèrent ces actions comme une réponse justifiée à des circonstances extraordinaires, les pays en développement où le rationnement de l’électricité est la norme – même en temps de paix – trouvent la pilule difficile à avaler. Les États-Unis, pour leur part, ne font pas beaucoup mieux. Lorsque les prix de l’essence ont grimpé en flèche à la suite du déclenchement de la guerre d’Ukraine, le président américain Joe Biden a également assuré aux consommateurs américains qu’il ferait tout son possible pour ramener les prix à la baisse. Biden a même imploré l’Arabie saoudite de pomper davantage de pétrole, malgré l’approche autrefois conflictuelle de son administration envers le pays et son dirigeant, le prince héritier Mohammed ben Salman.

Outre la proposition de Ruto pour une banque verte, d’autres observateurs ont suggéré des approches alternatives pour fournir aux pays en développement le financement nécessaire pour mener à bien la transition vers les énergies propres. Par exemple, une proposition préconisée par plusieurs commentateurs éminents appelle à réduire l’exposition des investisseurs étrangers au risque de change dans les économies en développement.

Mais cette proposition est malavisée. Étant donné qu’une grande partie du risque de change s’enracine dans le risque souverain, il ne peut pas être éliminé par l’ingénierie financière à elle seule. La principale menace pour les taux de change, après tout, est la forte incitation pour les gouvernements à court de liquidités à gonfler la dette. Subventionner une énorme augmentation de la dette dans les pays en développement n’est pas une solution au réchauffement climatique, mais une recette pour une nouvelle crise de la dette. Le financement climatique pour les pays à faible revenu doit donner la priorité aux subventions par rapport aux prêts.

Bien que les institutions de Bretton Woods servent un objectif important, leurs structures financières et de gouvernance, ainsi que leurs ressources existantes, sont insuffisantes. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale accordent principalement des prêts et non les subventions directes dont les pays en développement ont besoin. En outre, les mécanismes de gouvernance de ces institutions sont conçus pour favoriser les intérêts des pays riches prêteurs. Pour persuader les économies en développement de se joindre à la lutte contre le changement climatique, il faut leur accorder un rôle plus important dans la formulation de politiques mondiales. Le financement proposé doit en outre être massif.

Une autre solution que j’ai défendue ces dernières années est la création d’une Banque mondiale du carbone pour soutenir les transferts de technologie, fournir des rapports impartiaux sur les questions liées au réchauffement climatique (par exemple, la surveillance des systèmes de crédit carbone) et faciliter le financement à grande échelle de l’aide. Dans un article récent, j’ai proposé de financer cette nouvelle institution par des dons d’obligations irrévocables sur dix ans. Mais les taxes sur l’aviation et les transports, proposées par Ruto, sont une alternative qui pourrait être explorée.

Pour être efficace, la Banque mondiale du carbone devrait se concentrer exclusivement sur la transition verte. Idéalement, elle devrait être structurée de manière à lui donner une indépendance significative, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles une dotation en obligations des pays riches représente une option de financement attrayante.

Alors que des agences telles que la US International Development Finance Corporation ont lancé certains projets climatiques, leur ampleur ne correspond pas à ce qui est nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique. En général, les économies développées ne sont pas près de respecter leurs engagements de financement du climat et ne semblent pas particulièrement enthousiastes à l’idée de faciliter des transferts supplémentaires. En outre, la perspective d’une reprise de la Maison Blanche en 2024 par l’ancien président américain Donald Trump – un climatosceptique avéré – soulève des inquiétudes quant à la faisabilité d’une solution significative. (Encore une fois, il convient de noter qu’avant 1972, peu de gens avaient prévu la visite en Chine de Richard Nixon, un anti-communiste fervent.)

Depuis trop longtemps, les pays riches ont donné des leçons aux économies en développement sur le changement climatique tout en ne tenant pas compte de leurs propres conseils. Espérons que des propositions innovantes comme l’idée de Ruto d’une banque verte mondiale pourront favoriser un débat plus constructif et plus équitable.

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici