Un important dispositif policier a empêché mercredi à Kinshasa la tenue d’une manifestation de l’opposition contre le processus électoral, qui avait été interdite par les autorités, a constaté une équipe de l’AFP.

Ils ont notamment fait usage de gaz lacrymogènes contre des sympathisants de l’opposant Martin Fayulu qui s’étaient regroupés devant le siège tout proche de son parti, tandis que d’autres manifestants enflammaient des pneus sur la chaussée.

Pendant près d’une heure, un échange de jets de pierres contre gaz lacrymogène a opposé des militants retranchés au premier étage du bâtiment aux policiers qui avaient investi les lieux.

Selon Martin Fayulu, au moins 11 militants ont été blessés.

Le général Blaise Kilimbalimba, chef de la police de Kinshasa, a de son côté déclaré que deux policiers avaient été blessés « par des jets de pierres ».

L’officier a par ailleurs affirmé que des « mineurs » se trouvaient sur le lieu de la manifestation. « L’organisateur sera interpellé pour justifier » cette présence, a-t-il dit aux journalistes.

Près de 44 millions d’électeurs étaient appelés à élire le 20 décembre leur président, leurs députés nationaux et provinciaux et leurs conseillers communaux. En raison de nombreux problèmes logistiques, le quadruple scrutin a été prolongé, officiellement d’une journée, et s’est poursuivi jusqu’à Noël dans certaines zones reculées.

Des résultats partiels de la présidentielle placent le chef de l’État sortant, Félix Tshisekedi, largement en tête, avec quelque 79 % des voix.

« Nous n’accepterons jamais ce simulacre d’élections et ces résultats », fruits d’une « fraude organisée, planifiée », a déclaré Martin Fayulu.

« Le chaos n’arrivera pas »

Selon les derniers chiffres disponibles, portant sur environ 6 millions de voix comptabilisées, Moïse Katumbi, ancien gouverneur de la région minière du Katanga, arriverait en seconde position, avec 14 % des voix, suivi de Martin Fayulu (4 %).

Les autres candidats, qui étaient une vingtaine, n’atteindraient pas 1 % des suffrages. Parmi eux, le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix en 2018 pour son action auprès des femmes victimes de viols de guerre, serait en 11e position, avec 0,12 %.

Dès le 20 décembre, les opposants avaient qualifié les élections de « chaos total » et dénoncé des « irrégularités ». L’archevêque de Kinshasa a estimé que ces élections avaient été « un gigantesque désordre organisé ».

Comme une quinzaine d’ambassades avant lui, le prélat a appelé à la « retenue ».

Des tensions sont redoutées à l’annonce du vainqueur de la présidentielle, dans un pays à l’histoire politique agitée et souvent violente, au sous-sol immensément riche en minerais, mais à la population majoritairement pauvre.

« Nous avons pris toutes les dispositions pour que la paix règne », a assuré le ministre de l’Intérieur, notamment à Lubumbashi, fief de Moïse Katumbi, où des éléments de l’armée ont été déployés pendant le week-end de Noël.

« Le chaos n’est pas arrivé et il n’arrivera pas », a affirmé à ses côtés le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

« L’opposition devrait attendre la fin de la publication des résultats provisoires […] pour les contester devant la Cour (constitutionnelle) tel que prévu par la loi », a-t-il insisté sur X (ex-Twitter).

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici