Les faits-L’émotion restait très vive en Espagne mais aussi partout le monde, mardi 22 mai, après les insultes racistes lancées à l’encontre de l’attaquant brésilien Vinicius lors d’un match ayant opposé, dimanche, le Real Madrid au Valence CF.

L’attaquant brésilien Vinicius a été la cible d’injures racistes lors d’un match opposant son club, le Real Madrid, au Valence CF, dimanche 21 mai en Espagne. Les faits ont causé une vive émotion en Espagne et à l’étranger, un arbitre a été mis à pied et la police a déjà annoncé plusieurs arrestations.

► Que s’est-il passé ?

Dimanche, le public du stade de Mestalla de Valence, où le Real Madrid s’est incliné 1-0, a insulté Vinicius durant tout le match. Des doutes subsistent sur la teneur des injures : Carlo Ancelotti a entendu le stade crier « mono », soit « singe » en espagnol, mais un journaliste a soutenu en conférence de presse face à l’entraîneur italien du Real Madrid que les spectateurs criaient en fait « tonto », qui signifie « imbécile », sans toutefois le convaincre.

« Pourquoi pensez-vous que l’arbitre a interrompu le match ? Parce que le public criait “imbécile” à Vinicius ? Non. L’arbitre a interrompu le match parce qu’il a ouvert le protocole de racisme », a défendu l’Italien. En plus de cet incident, une échauffourée sur la pelouse entre l’attaquant brésilien et Hugo Duro a conduit à l’expulsion de « Vini ».

« Ce qu’ont gagné les racistes, c’est mon expulsion. Ce n’est pas du foot. C’est la Liga », a réagi Vinicius, 22 ans, sur son compte Instagram. « Ce n’était pas la première fois, ni la deuxième ni la troisième. Le racisme est normal en Liga. (…) Je suis vraiment triste. Le championnat qui appartenait autrefois à Ronaldinho, Ronaldo, Cristiano et Messi appartient aujourd’hui aux racistes », a regretté le jeune joueur brésilien.

► Que fait la justice ?

Le Real Madrid a annoncé lundi avoir déposé une plainte auprès du parquet espagnol après les faits. « Le Real Madrid condamne les faits survenus hier (dimanche, NDLR) contre notre joueur Vinicius Junior et s’y oppose vigoureusement », a écrit le club merengue, qui a décidé de déposer plainte afin qu’une « enquête soit ouverte » sur ces insultes qui constituent juridiquement, selon le club, un « délit de haine ».

Le parquet de Valence a effectivement lancé dans la foulée une enquête pour un « délit de haine » présumé concernant ces insultes proférées envers le joueur. La police a d’ores et déjà annoncé l’arrestation de trois jeunes suspects.

► Comment a réagi le monde du football ?

L’entraîneur italien du Real Madrid Carlo Ancelotti a affirmé que « la Liga a un problème avec le racisme ». « Penser à faire sortir un joueur pour cause de racisme, ça ne m’était jamais arrivé. Ce qui s’est passé aujourd’hui nous est déjà arrivé, mais de cette manière, non. C’est inacceptable » , a lancé Ancelotti en conférence de presse.

Le président de la fédération espagnole (RFEF), Luis Rubiales, a quant à lui admis lundi que le football avait « un problème » de « racisme » dans son pays.

« Il a été attaqué. On l’a traité de singe », s’est de son côté indigné le président brésilien Lula pendant une conférence de presse à Hiroshima (Japon), à l’issue d’un sommet du G7 auquel il avait été invité.

« Il est injuste qu’un pauvre garçon qui a si bien réussi dans la vie, qui est peut-être en passe de devenir le meilleur joueur du monde – il est certainement le meilleur du Real Madrid – se fasse insulter dans tous les stades où il joue », a poursuivi Lula.

L’international brésilien Richarlison, la légende à la retraite Ronaldo et l’icône de la musique Gilberto Gil ont également exprimé, sur les réseaux sociaux, leur solidarité à l’égard de Vinicius.

Dans un communiqué diffusé après le match, le Valence CF a dit « condamner publiquement toute sorte d’insulte, d’attaque ou de mépris », et « regrette les faits survenus » dimanche, évoquant toutefois un « acte isolé ».

À Rio de Janeiro, dans la nuit de lundi à mardi, la statue du Christ Rédempteur, le Corcovado, a été éteinte pendant une heure en guise de soutien à Vinicius, qui a relayé l’image sur les réseaux sociaux.

 

► Quelles mesures la fédération espagnole de football a-t-elle prises ?

L’arbitre vidéo du match Valence-Real Madrid, Nacho Iglesias Villanueva, a été remplacé pour la prochaine journée de championnat, a annoncé mardi la fédération espagnole de football (RFEF), sans en dire davantage sur cette mise à pied.

En fin de match, l’échauffourée entre Hugo Duro et Vinicius avait nécessité le visionnage de la séquence par l’arbitre de champ, Ricardo de Burgos Bengoetxea.

Elle avait entraîné la seule exclusion de Vinicius après que Nacho Iglesias Villanueva n’eut montré à l’arbitre que le seul geste du Brésilien. Duro avait pourtant au préalable retenu l’attaquant du Real par le cou.

► Quelle est l’autre affaire traitée par la justice concernant Vinicius ?

Une autre affaire concernant Vinicius a avancé mardi, dans la foulée des insultes subies par l’attaquant madrilène. Quatre personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur la pendaison fin janvier à Madrid d’un mannequin à son effigie.

Advertisement

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici