FOCUS – La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a ordonné le déploiement d’une «force en attente» pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger, et qui devrait intervenir «dans les plus brefs délais».

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a ordonné jeudi le déploiement d’une «force en attente» pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger.

La Cédéao, qui espère toutefois toujours parvenir à une résolution pacifique de la crise, n’a précisé aucun calendrier, ni le nombre ou l’origine des militaires composant cette «force en attente».

Toutefois, à son retour à Abidjan jeudi soir, le président ivoirien Alassane Ouattara a déclaré que les chefs d’État de la Cédéao avaient donné leur feu vert pour que l’opération «démarre dans les plus brefs délais».

Le 6 août, une délégation de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest avait tenté de négocier avec les putschistes du Niger. En vain. L’organisation intergouvernementale s’était par conséquent dite prête à intervenir contre ceux qui avaient renversé le pouvoir le 26 juillet dernier si le président élu Mohamed Bazoum n’était pas rétabli dans ses fonctions sous sept jours.

Pour l’heure, les généraux qui ont pris le pouvoir à Niamey n’ont montré aucune volonté de céder la place. Face à cette menace d’intervention, le Niger a fermé son espace aérien jusqu’à nouvel ordre et annoncé que «toute tentative de violation de l’espace aérien» entraînera «une riposte énergique et instantanée». Quelle est cette organisation et comment pourrait-elle intervenir ? Le Figaro fait le point.

Création et principes fondateurs

En 1959, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Niger ont fondé le Conseil de l’Entente, considéré comme la première union des États de la région de l’Afrique de l’Ouest. Son but ? Favoriser le développement et la paix dans ses États membres. Rejoints par le Nigeria et le Togo, les pays ont souhaité étendre le conseil et proposer une zone d’intégration économique régionale. La Cédéao naît alors le 28 mai 1975, lors d’un traité à Lagos, capitale du Nigeria.

Elle est aujourd’hui composée de 15 pays : le Bénin, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo. La participation de trois États est pour l’heure suspendue à la suite de coups d’État militaires : le Mali, la Guinée (2021) et le Burkina Faso (2022).

Si sa mission est de «promouvoir l’intégration économique dans la région», l’un des principaux projets de la Cédéao est d’instaurer une monnaie unique, surnommée l’éco. Sur le site de l’institution, il est possible de retrouver plusieurs objectifs, dont la libéralisation des échanges, la libre circulation des personnes ou encore l’harmonisation des réglementations. Plusieurs principes fondamentaux sont également énoncés, comme «la promotion et la consolidation d’un système démocratique de gouvernement dans chaque État membre».

Comment la Cédéao peut-elle intervenir ?

La Cédéao, qui avait déjà imposé des sanctions financières et commerciales contre Niamey, avait donné sept jours aux putschistes pour rétablir le président Mohamed Bazoum. «Tous les éléments d’une éventuelle intervention ont été élaborés», avait déclaré le commissaire chargé des Affaires politiques et de la Sécurité, Abdel-Fatau Musah, sans donner plus de précision. «La Cédéao ne va pas dire aux putschistes quand et où nous allons frapper», avait-il ajouté. Des menaces à prendre «très au sérieux», avait commenté Catherine Colonna, la ministre des Affaires étrangères, lors d’une interview à France Info.

Ce n’est pas la première fois que la Cédéao intervient militairement. Pour cela, la communauté dispose d’un groupe militaire, surnommé l’Ecomog (Economic Community of West African States Cease-fire Monitoring Group), également connu sous le nom des «casques blancs». Cette force armée a été conçue en 1990 lors du déclenchement de la guerre civile au Liberia pour contrôler l’application de cessez-le-feu. D’abord temporaire, le groupe est ensuite devenu rapidement le bras armé de la communauté.

Des soldats sénégalais de l’ECOMOG, le bras militaire de la CÉDÉAO, en Côte d’Ivoire, le 14 février 2003. ISSOUF SANOGO / AFPOutre le Libéria, le groupe armé est aussi intervenu en Sierra Leone entre 1997 et 2000, en Guinée-Bissau en 1998, 1999 et en 2012 ou plus récemment en Gambie (2017). Dans le cadre du putsch au Niger, seuls le Sénégal, le Nigeria et la Côte d’Ivoire ont annoncé publiquement, pour le moment, leur volonté d’envoyer des soldats au sein de la force de la Cédéao.

Advertisement

2 Commentaires

  1. Howdy I am so thrilled I found your weblog, I really found you by mistake, while I was looking on Digg for something else, Regardless I am here now and would just like to say cheers for a incredible post and a all round entertaining blog (I also love the theme/design), I don’t have time to go through it all at the moment but I have saved it and also added in your RSS feeds, so when I have time I will be back to read more, Please do keep up the fantastic work.

  2. You actually make it seem really easy together with your presentation but I find this matter to be really one thing which I believe I would never understand. It sort of feels too complex and very huge for me. I’m taking a look forward to your next publish, I will try to get the cling of it!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici