[Présidentielle 2025] Incertitude à la rue Le PIC, révélations d’un magazine (chronique) Dans les coulisses de la présidentielle 2025 en Côte d’Ivoire, les révélations bouleversantes d’un magazine français multiplient l’incertitude qui règne à la rue Le PIC quant à la candidature d’Alasane Ouattara.

Abidjan, le 13-5-2024 (avec crocinfos.net)—À Barthelemy Zouzoua Inabo : Une coulisse dans un magazine français ébranle les certitudes en Côte d’Ivoire. Ton Camarade agite le foulard pour 2025. Gbapê n’est pas encore candidat pour 2025, mais parle comme tel. Au Mali, les militaires veulent ranger les kakis et les rangers. Football, l’Asec essoufflée, l’espoir d’Essai en ligue 2.

Les meetings régionaux en hommage à ton Camarade se suivent et se ressemblent. Son action à la tête de l’État, son leadership régional et international sont sublimés. « La Côte d’Ivoire va changer. La Côte d’Ivoire sera encore plus grande et plus belle, parce que le président Alassane Ouattara est là, parce que le président Alassane Ouattara sait travailler », a dit, euphorique, le prédicateur de Songon dans la capitale des Grands Ponts, le samedi 11 mai 2024. Les partisans de ton Camarade ne disent pas vraiment ce que cachent les grands rassemblements en son honneur.

‘’L’information africaine se trouve à Paris.’’

Les confidences d’un magazine français laissent croire que le débat n’est pas tranché à la rue Le PIC. En fait, les dirigeants africains lâchent toujours les principales informations concernant leurs pays respectifs dans la presse française. En réalité, ils informent l’Élysée et/ou le Quai d’Orsay de leurs intentions et initiatives en premier. D’où l’expression, « l’information africaine se trouve à Paris ».

Le journal français met les mots dans la bouche de ton Camarade: il adoube et habille son numéro 2 pour 2025. Certains, dans son entourage, indiquent qu’il se prononcera soit en juin, soit en septembre.

‘’Les confidences d’un magazine français laissent croire que le débat n’est pas tranché à la rue Le PIC. En fait, les dirigeants africains lâchent toujours les principales informations concernant leurs pays respectifs dans la presse française. En réalité, ils informent l’Élysée et/ou le Quai d’Orsay de leurs intentions et initiatives en premier. D’où l’expression, « l’information africaine se trouve à Paris ».’’

En attendant, il observe l’arène politique. Le retour en force de l’opposition Considère-t-il toujours que ses opposants bavardent, comme ils les avaient tancés lors de sa visite officielle dans la région du N’zi en septembre 2019 ?

En tout cas, les deux alliés de la prison de Scheveningen, aux relations distendues depuis leur retour au pays, ont occupé la scène politique nationale. L’ancien président de la République rêve de reprendre son fauteuil perdu en avril 2011, l’ancien patron des rues ivoiriennes, lorgne le palais du Plateau, sans l’affirmer pour l’instant. Le toucan de Mama est officiellement investi candidat de son parti pour 2025, Gbapê ne l’est pas encore, mais les engagements énoncés devant ses partisans rassemblés à Yamoussoukro ce dimanche 12 mai 2024, font de lui un potentiel candidat. « À dire vrai, je le pense, c’était pour annoncer sa candidature. À la dernière minute, il a reculé sans trop savoir pourquoi », analyse un observateur. Goût d’inachevé donc à Yamoussoukro: « Je ne vais pas déclarer aujourd’hui que je serai candidat, mais 2025 ne se fera pas sans moi. Dans 16 mois, nous allons décider de qui va gouverner la Côte d’Ivoire. »

Un survol rapide de l’actualité politique au Mali voisin. Clairement, les militaires veulent changer de tenues et garder les sommets du mont Koulouba. Les recommandations du dialogue inter-maliens en disent long (voir en commentaires). Les colonels veulent devenir généraux, proroger la transition de 2 à 5 ans, susciter la candidature du chef de la junte à la prochaine élection présidentielle…

Un mot de football, l’Asec Mimosas est essoufflée, encore une défaite (Asec -Stella 0-1) et désormais quatrième au classement. Le champion pers ses couleurs. La bonne nouvelle vient d’Issia avec la montée en ligue 2 assurée pour Espoir d’Issia. On me dit dans l’oreillette que l’ESPI est l’équipe d’un certain Inabo Zouzoua… Bravo !

La chronique de Fernand Dédeh

La surprise Tiémoko Meyliet Koné, un banquier central
Né en 1949, Tiémoko Meyliet Koné va donc quitter la BCEAO dont il était le gouverneur depuis 2011 et où il a supervisé notamment la réforme en cours du franc CFA. « Je vous remercie d’écourter votre mandat pour venir servir votre patrie », a salué le président Ouattara. Avant de devenir gouverneur de la BCEAO, il avait mené une longue carrière au sein de l’institution. Il a aussi eu une courte carrière politique en Côte d’Ivoire : il a été directeur de cabinet du Premier ministre Guillaume Soro entre 2007 et 2010, ministre de la Construction, puis conseiller spécial du président de la République Alassane Ouattara, chargé des questions économiques et monétaires. « Il s’agit d’une personnalité qui a fait la preuve de ses qualités personnelles et professionnelles dans toutes les hautes fonctions qu’elle a occupées dans l’administration publique, le gouvernement ivoirien et à l’extérieur de la Côte d’Ivoire », a ajouté le chef de l’État.

Le poste de vice-président, sanctuarisé dans la dernière réforme constitutionnelle de 2016, était vacant depuis juillet 2020 et la démission de Daniel Kablan Duncan pour « convenance personnelle », le jour du décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. La nomination d’un vice-président était attendue depuis quelques jours, après la démission du gouvernement mercredi dernier qui laissait présager un remaniement de l’exécutif.

AVEC lepoint.fr

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici