Adjoumani Kouassi Kobénan

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, membre de la coalition au pouvoir) a exhorté, jeudi, le gouvernement ivoirien à la ‘’vigilance et à l’écoute permanente’’ des populations après les violentes manifestations contre la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE).

Réuni en session extraordinaire pour se prononcer sur la situation socio politique du, le Secrétariat exécutif du PDCI a d’abord condamné ces violentes manifestations avant de relever des ‘’difficultés dues à un manque de communication dans la mises en œuvres des mesures’’ prises par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara en mai dernier lors de la célébration de la fête du travail.

Lisant la déclaration issue de cette session extraordinaire, le porte-parole du PDCI, Adjoumani Kouassi Kobénan a invité ‘’les ivoiriens à la recherche permanente de solutions par le dialogue afin de préserver la paix et la cohésion sociale’’.

Le PDCI ‘’encourage’’ le gouvernement et ‘’apporte son soutien’’ au Président Alassane Ouattara, a-t-il poursuivi, exhortant ‘’le gouvernement à la vigilance et à l’écoute permanente des populations dans la mise en œuvre des projets de reconstruction, de développement et de réconciliation nationale pour le bonheur des ivoiriens’’.

Il a par ailleurs exprimé sa compassion du parti aux familles ‘’endeuillées’’ lors de ces violentes manifestations et souhaité ‘’prompt rétablissement aux blessés’’. Le PDCI, ‘’invite à faire confiance au Chef de l’Etat et appelle à un rassemblement autour de la mère patrie’’, a conclu M. Kobénan.

L’émission de deux factures dans le même mois a suscité le mécontentement des abonnés de la Compagnie ivoirienne de l’électricité (CIE) qui dénoncent une augmentation ‘’abusive’’ des tarifs. Ce mécontentement a été violemment exprimé, vendredi, à Bouaké dans le Centre-Nord du pays où une banque et des administrations ont été saccagées et pillées.

Ce mouvement de violence avait auparavant gagné les villes de Tiassalé (Nord-Ouest), Yamoussoukro (Centre) et Daloa (Centre-Ouest). Faisant le bilan de ces manifestations, le gouvernement a annoncé, mercredi, qu’elles ont malheureusement fait ‘’un mort, 3 militaires et 9 manifestants blessés’’ ainsi que ‘’42 interpellations’’.

Par ailleurs, des ‘’dispositions importantes’’ ont été prises pour la sécurisation des sites et des villes. A Bouaké seulement, a souligné le porte-parole du gouvernement Bruno Nabagné Koné, ‘’1137 éléments tous les corps confondus ont été mobilisés et pour l’ensemble des autres villes où il y a avait des menaces, il a été mobilisé au total 6 671 éléments équipés de matériel de maintien de l’ordre’’.

LS/APA