À Marrakech, les ruelles du quartier juif historique de la médina sont jonchées de débris et de vieilles bâtisses se sont affaissées. La ville s’est réveillée sous le choc après le séisme qui a frappé le Maroc dans la nuit de vendredi à samedi, faisant plus de 1 000 morts.

« C’est comme si on avait été frappé par une bombe », décrit avec désarroi à l’AFP une habitante du Mellah, Hafida Sahraouia.

« On faisait à dîner quand on a entendu comme une sorte de détonation. Prise de panique, je suis vite sortie avec mes enfants. Notre maison s’est malheureusement effondrée », raconte cette femme de 50 ans qui s’est réfugiée avec sa famille sur une grande place à l’entrée de son quartier.

« Nous ne savons pas où donner de la tête. On a tout perdu », confie-t-elle.

Mbarka El Ghabar, une voisine, a également vu sa maison « détruite » par les secousses.

« On dormait quand le séisme a frappé, une partie du toit s’est affaissée, on s’est retrouvés bloqués à l’intérieur mais nous avons réussi à nous échapper, mon mari et moi », témoigne-t-elle, ajoutant avoir « passé une nuit cauchemardesque ».

« Mourir toute seule »

Si Mbarka et Hafida ont eu la chance de ne perdre aucun membre de leur famille, Fatiha Aboualchouak, elle, a perdu un neveu de quatre ans.

Cette trentenaire, qui marche en boitant, l’air hagard, « n’a pas la force de parler », dit-elle d’une voix frêle.

Il s’agit du plus puissant séisme à frapper le royaume à ce jour.

Le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), basé à Rabat, a indiqué que le tremblement de terre était d’une magnitude de 7 degrés sur l’échelle de Richter et que son épicentre se situait dans la province d’Al-Haouz, au sud-ouest de Marrakech, destination très prisée de touristes étrangers.

Dans la ville ocre, qui compte 13 morts selon un bilan provisoire, des centaines de touristes et habitants des quartiers avoisinants ont trouvé refuge sur la célèbre place Jemaa el-Fna.

 

Ils étaient nombreux à dormir à même le sol, parfois sans couvertures.

D’autres n’arrivaient pas à fermer l’oeil, comme Ghannou Najem, une octogénaire arrivée depuis Casablanca à Marrakech, quelques heures seulement avant le séisme.

« Je suis venue pour visiter la ville avec ma fille et ma petite-fille. Le soir, elles sont toutes les deux sorties et je suis restée à l’hôtel. Je m’apprêtais à dormir quand j’ai entendu les portes et les volets claquer. Je suis sortie en panique, je croyais que j’allais mourir toute seule », relate-t-elle.

Expérience « traumatisante »

À quelques encablures de là, Rabab Raïss, emmitouflée dans une couette, parle du séisme comme « l’expérience la plus traumatisante de sa vie ».

« Je voyais les gens courir de partout, il y avait beaucoup de poussière à cause des effondrements. J’étais terrorisée », affirme cette jeune femme de 26 ans qui réside à Marrakech.

« C’est une épreuve douloureuse, je suis de tout coeur avec les familles des victimes », ajoute-t-elle.

Mohamed, un habitant de la médina, s’estime chanceux que la « mort » l’ait « épargné », compte tenu des « très mauvaises infrastructures » du quartier. « Nous avons perdu un voisin et là-bas une jeune fille a péri et son frère a été blessé à la jambe », énumère-t-il.

Outre Marrakech, la violente secousse a été ressentie à Rabat, Casablanca, Agadir et Essaouira, semant également la panique parmi la population.

De nombreuses personnes sont sorties dans les rues de ces villes, craignant l’effondrement de leurs habitations, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

Advertisement

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici