• L’intervention de FG doit être axée sur la science ou elle échouera, déclare Olurode

Pour Joseph Musa, 38 ans, maçon à Abuja, la vie n’a pas été trop rose, compte tenu de ses maigres revenus et de l’énorme fardeau de devoir subvenir aux besoins de sa famille de quatre personnes.

Selon lui, survivre est devenu encore plus difficile depuis que l’administration du président Bola Ahmed Tinubu a prêté serment, non grâce à la multiplicité des politiques économiques et des réformes qu’elle a introduites sans mesures correspondantes pour amortir les effets de choc sur les personnes à faible revenu.

Musa n’est cependant pas seul. De Lagos au Bénin, Jos, Makurdi, Kafanchan, Yobe, Uyo et Port Harcourt, il y a des millions de Nigérians défavorisés qui gémissent sous le poids des répercussions et des effets durs des politiques instinctives du président Tinubu pendant que le gouvernement réfléchit à ses options.

Le président Tinubu a récemment ordonné l’examen d’une proposition d’initiative palliative, qui devait distribuer 8 000 nairas à 12 millions de ménages sur une période de six mois via le registre social.

Au cours des dernières années, le ministère des Affaires humanitaires, en particulier pendant la plus grande partie du mandat du président Muhammadu Buhari, a effectué des transferts en espèces aux pauvres en utilisant le registre social.

Mais avec de nombreux Nigérians moins privilégiés qui ont continuellement remis en question l’authenticité du registre, affirmant qu’ils n’ont reçu aucun transfert en espèces à ce jour, qui sont alors les pauvres qui ont bénéficié de l’intervention du gouvernement ?

Le gouvernement fédéral avait pris des mesures pour contracter un autre prêt de 800 millions de dollars (environ 621 200 000 000 nairas) auprès de la Banque mondiale, avec l’intention de le distribuer via le registre social dans le cadre de palliatifs visant à amortir l’effet de la suppression des subventions.

Justifiant la nécessité d’emprunter de l’argent, le porte-parole du président Tinubu, Dele Alake, a déclaré : « Le but de la facilité est d’étendre la couverture de la sécurité en cas de choc parmi les Nigérians pauvres et vulnérables. Douze millions de ménages pauvres seront payés N8 000 par mois pendant six mois. Cela s’ajoute aux céréales, engrais et autres intrants agricoles gratuits.

Cependant, dans le contexte de la controverse entourant l’identité des pauvres qui ont bénéficié d’interventions antérieures sous forme de transferts monétaires et de palliatifs COVID-19, le Conseil économique national a rejeté le registre social comme une véritable voie de distribution.

Dans un mouvement qui peut maintenant apaiser les cris des moins privilégiés qui remettent en question l’authenticité du registre, le Conseil, la semaine dernière, a décidé à l’unanimité de ne pas utiliser le registre social national mis en place par l’administration dirigée par Muhammadu Buhari pour mettre en œuvre le transfert conditionnel en espèces de l’administration Tinubu.

À la suite de sa réunion mensuelle à la State House, à Abuja, jeudi, le Conseil a souligné que le registre présentait des problèmes d’intégrité car les critères de sa compilation n’étaient pas clairs.

Briefant les journalistes après la réunion présidée par le vice-président Kashim Shettima, le gouverneur Charles Soludo de l’État d’Anambra a déclaré que contrairement à ce que prévoyait l’administration précédente, il n’est pas possible de transférer numériquement de l’argent aux plus pauvres d’entre les pauvres dont la majorité ne sont pas bancables.

Soludo, qui était en compagnie de ses collègues des États de Bauchi et d’Ogun, Bala Mohammed et Dapo Abiodun, respectivement, a noté que les bénéficiaires de l’argent prétendument transféré n’ont pas pu être identifiés dans les villages.

Il a déclaré : « Nous devons faire face au problème du fait que nous n’avons pas de registre crédible.
Selon lui, le NEC a décidé que les États devraient créer leurs propres registres en utilisant des moyens formels et informels pour le développer, garantissant que tous les bénéficiaires au niveau infranational pourraient facilement être accessibles de cette façon.

Les interventions précédentes du gouvernement ont été menées dans le cadre du Projet national de filets sociaux de sécurité (NASSP), par l’intermédiaire du Bureau national de coordination des filets sociaux de sécurité (NASSCO), sous la tutelle du Ministère fédéral des affaires humanitaires, de la gestion des catastrophes et du développement social et résident à la présidence.

Les questions sur la manière dont le gouvernement est capable de déterminer le nombre réel de Nigérians pauvres et vulnérables et les critères de détermination de ce groupe d’individus ont été nombreuses.

Faisant la lumière sur certains des critères clés pour la détermination des pauvres et des vulnérables au Nigeria méritant l’intervention du gouvernement, le responsable de la communication, NASSCO, Joseph Abuku, a déclaré : « Le processus de saisie des individus et des ménages pour le registre social national a commencé en 2016. Le processus est piloté par la communauté et coordonné au niveau de l’État par l’Unité de coordination des opérations de l’État (SOCU), sous la supervision des ministères du budget et de la planification des États.

« Le processus de ciblage adopté pour identifier les individus et les ménages pauvres est le ciblage à base communautaire (CBT), approche où les membres d’une communauté sont divisés en groupes de femmes, d’hommes, de jeunes et, dans certains cas, de personnes handicapées. On leur demande ensuite de définir la pauvreté dans le contexte de leur communauté et de procéder à l’identification des membres de la communauté qu’ils considèrent comme pauvres et vulnérables. Chacun des groupes générerait et listerait les personnes affectées et ceci est harmonisé par les trois groupes. La liste est établie en trois exemplaires et signée par un homme et une femme membres de la communauté, nommés pour être le bénévole de règlement des griefs, dont une copie est laissée à la communauté, la deuxième copie est détenue par le bureau de développement communautaire du gouvernement local et la troisième copie est détenue par l’État à SOCU.

Il a ajouté que « la liste est ensuite utilisée par la SOCU pour déployer des recenseurs dans la communauté afin de saisir des informations sur chacun des ménages répertoriés.

« Pour y parvenir, ces cinq catégories d’informations sont collectées : les informations de localisation, les informations démographiques, les détails socio-économiques, les actifs possédés par le ménage et les caractéristiques du logement de chaque ménage. Les cinq catégories d’informations couvrent environ 138 variables de données qui doivent être remplies pour chaque ménage, y compris les détails des membres du ménage.

Le processus, a-t-il dit, « a eu lieu dans plus de 150 000 communautés, dans 8 000 quartiers fédéraux et 764 LGA dans les 36 États et le FCT.

«Les registres appartiennent à chaque gouvernement d’État, et le gouvernement fédéral ne collecte qu’une copie de chaque registre social d’État dans la base de données nationale pour former le registre social national (NSR).

« Le NSR est là pour un agrégat de tous les registres sociaux d’État (SSR). Le SSR passe par divers contrôles et processus de validation avant d’être accepté dans la base de données. »

Abuku a expliqué que « la NASSCO assure la surveillance de la qualité et de l’assurance des données, en déployant le SIG (Système d’information de gestion) et les processus de vérification des systèmes, y compris des contrôleurs tiers engagés par la société civile dans le but de surveiller les processus d’enregistrement et de paiement, ainsi que le mécanisme de règlement des griefs déployé pour traiter les plaintes et les préoccupations concernant les questions d’inclusion et d’exclusion ».

Selon les documents du NSSP, le registre social national est un partenariat entre le gouvernement fédéral et la Banque mondiale pour créer des données sur les Nigérians pauvres qui peuvent être exploitées à des fins d’interventions sociales, de recherche et d’autres avantages.

Une enquête nationale sur le niveau de vie a été réalisée en partenariat avec le Bureau national des statistiques (NBS). Des protocoles d’accord ont également été signés avec les gouvernements des États à cette fin.

Dans une précédente interview accordée au Guardian, le coordinateur national de la NASSCO, M. Iorwa Apera, a déclaré que le Nigeria a été en mesure de développer l’un des plus grands registres sociaux au monde.

Il a souligné que le registre reste la base de données d’individus la plus complète du pays, avec des informations détaillées sur plus de 50 millions de citoyens pauvres et vulnérables, y compris environ 138 points d’indicateurs sociaux liés à chaque individu capturé dans la base de données.

« Ce programme comportait deux volets majeurs – la première partie consistait à renforcer et à établir les éléments de base de la mise en œuvre de la protection sociale au Nigeria et à établir le Bureau national de coordination des filets sociaux (NASSCO) ; la deuxième composante était le transfert monétaire ciblé vers les pauvres et les vulnérables et la création du Bureau national des transferts monétaires (NCTO) pour gérer l’exercice de transfert monétaire.

Apera a insisté sur le fait que le registre social national, tel qu’il est actuellement, est le registre social le plus important au monde, ajoutant qu ‘«aucun n’est comparable au nombre que nous avons au Nigeria. Deuxièmement, c’est la base de données d’individus la plus complète de notre pays. Il est composé des informations de plus de 50 millions d’individus. Chacun de ces individus se voit attribuer environ 138 indicateurs, allant des données biographiques à la vocation, à la qualification scolaire, à l’accès aux équipements sociaux dans la communauté, à l’accès aux routes vers les communautés, à l’accès à l’eau potable, à l’accès aux toilettes, aux lieux d’habitation, au statut de handicap, qu’il soit handicapé ou non ; et si handicapé, quelle forme de handicap ? C’est aussi complet.

Mais réagissant à ce qu’il a appelé la « débâcle des données nationales et un palliatif pour les personnes vulnérables », le sociologue de renom Lai Olurode a noté que « certainement, la présidence est gênée par toutes les ramifications de la suppression des subventions aux carburants des produits pétroliers. Deuxièmement, il est conscient que les plus pauvres parmi les pauvres du Nigéria ne peuvent pas résister à une libre circulation totale des forces du marché. Même, dans la maison du capitalisme brut et du conservatisme où la main invisible d’Adam Smith est censée afficher un règne libre sans aucune retenue, le lait de la bonté humaine est dirigé vers les pauvres, les personnes âgées, les groupes vulnérables et les agriculteurs.

« Étant donné que l’interaction sociale du gouvernement fédéral est souhaitable, le gouvernement nigérian a des problèmes de données. C’est en partie pourquoi les interventions précédentes de tous les gouvernements précédents avaient échoué. Sans être en mesure d’identifier les ménages les plus pauvres et sans base de données crédible, tout argent ou soutien en nature qui est accordé serait jeté à la poubelle.

Il y a quelques années, un rapport de la Banque mondiale indiquait que le Nigéria se caractérisait par le fait de mettre les premières choses en dernier. Comment peut-on décrire autrement une situation de vouloir offrir des soins palliatifs ou un soutien aux pauvres et aux faibles sans un processus rigoureux en place pour identifier qui ils sont. C’est en effet une question différente que le montant est une somme dérisoire. Ma compréhension des discussions autour des N8000 par mois pendant six mois à 12 millions de ménages est que les bénéficiaires ciblés restent sceptiques quant à l’impact des interventions. La plupart des bénéficiaires préfèrent également que l’argent soit dépensé pour les routes et les infrastructures clés qui traversent », a-t-il déclaré.

Il a conseillé à la présidence d’employer des spécialistes des sciences sociales et des professionnels pour l’aider à élaborer des critères infaillibles permettant d’identifier les bénéficiaires potentiels. « C’est une bonne chose que le gouvernement fédéral lui-même ait découvert qu’il est loin de la base et qu’il ne pouvait pas gérer efficacement le programme. Si nous travaillions avec les gouvernements locaux, l’exercice leur incomberait carrément.

« La leçon à tirer du dilemme auquel le gouvernement fédéral est confronté face à cet exercice d’aide aux pauvres est que, à moins qu’il ne soit guidé par la science, les résultats escomptés ne seront pas atteints. Pas seulement sur cette seule intervention mais dans tous les autres départements. Le Nigéria devrait toujours réfléchir plutôt que de mettre la charrue avant le bétail. Dans tout ce que nous faisons, la connaissance doit venir en premier et ne jamais durer.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici