Le vice-ministre russe de la défense, Yunus-Bek Yevkurov, au Kremlin à Moscou, le 28 septembre 2023. MIKHAIL METZEL / AFP

Il s’agit de la première visite officielle d’un membre du gouvernement russe dans ce pays depuis le coup d’Etat du 26 juillet.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
Une délégation russe conduite par le vice-ministre de la défense est arrivée à Niamey pour échanger avec les autorités militaires, arrivées au pouvoir lors d’un coup d’Etat fin juillet, ont annoncé ces dernières lundi 4 décembre à la radio nationale.

Il s’agit de la première visite officielle d’un membre du gouvernement russe dans ce pays depuis le coup d’Etat du 26 juillet qui a bouleversé les relations diplomatiques entre le Niger et ses partenaires internationaux.

La délégation conduite par le vice-ministre russe de la défense, le colonel général Yunus-Bek Yevkurov, a été reçue lundi par le chef du régime militaire nigérien, le général Abdourahamane Tiani. A l’issue de cette rencontre, les parties ont procédé « à la signature de documents dans le cadre du renforcement de la coopération militaire entre la République du Niger et la Fédération de Russie », ont indiqué les autorités nigériennes.

L’Alliance des Etats du Sahel

La diplomatie russe se trouve en position favorable au Niger alors que la France, alliée privilégiée du régime déchu, est devenue la cible des nouvelles autorités qui ont dénoncé des accords de coopération militaire et obtenu le départ de ses 1 500 soldats déployés dans ce pays en proie aux violences djihadistes.

Cette délégation russe s’était rendue dimanche à Bamako au Mali, son principal allié dans la région, également gouverné par des militaires. Les échanges ont notamment concerné des « projets de développement pour le Mali, en matière d’énergie renouvelable et d’énergie nucléaire », ainsi que des « questions liées à l’approvisionnement du Mali en engrais, en blé et en produits pétroliers », avait indiqué Alousséni Sanou, ministre de l’économie et des finances du Mali, dans une vidéo publiée par la présidence.

Il a également mentionné la réalisation d’un chemin de fer et d’un réseau de tramway, la création d’une compagnie aérienne régionale, ainsi que des projets de recherche et d’exploitation minière.

Les régimes militaires du Mali, du Niger et du Burkina Faso, pays sahéliens les plus touchés par les violences djihadistes et dont les relations avec la France sont exécrables, se sont rapprochés ces dernières semaines pour former l’Alliance des Etats du Sahel. Samedi, le Burkina Faso et le Niger ont annoncé, à l’instar du Mali en 2022, leur départ de l’organisation antidjihadiste G5 Sahel, privilégiée par les partenaires occidentaux.

Avec AFP

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici