RÉCIT. Le rappeur, soupçonné d’être impliqué dans une rixe mortelle en 2018 à Paris, est jugé à partir de ce lundi, avec huit autres accusés. Il a toujours nié toute implication. Par 

Il avait intitulé son deuxième album 19, en hommage à l’arrondissement de Paris qui l’a vu grandir. MHD, Mohamed Sylla de son vrai nom, rappeur aux millions de vues sur YouTube et pionnier de « l’afro-trap », y a débarqué à l’âge de 9 ans. « Toute ma jeunesse, on est restés là-bas », avait-il déclaré dans une interview à RFI. « Là-bas », c’est plus particulièrement la cité de Chaufourniers, aussi appelée « cité rouge » en raison de la couleur des briques utilisées pour construire les blocs d’immeubles qui se dressent dans le ciel. C’est dans cette cité que Mohamed, originaire de Guinée, s’est fait ses premiers copains, a commencé la musique. De Chaufourniers, Mohamed Sylla a hérité des codes et des coutumes. Parmi lesquels, et sans que l’on se rappelle vraiment quelle en fut l’origine, il y a cette haine tenace qui oppose depuis plusieurs générations les jeunes de Chaufourniers à ceux d’une autre cité, la Grange-aux-Belles, située de l’autre côté de la place du Colonel-Fabien, dans le 10e arrondissement. C’est cette guerre entre bandes rivales qui va conduire au drame pour lequel comparaissent aujourd’hui MHD et huit autres accusés devant la cour d’assises de Paris.

6 juillet 2018, 3 h 07 du matin. Des sapeurs-pompiers et fonctionnaires de police du commissariat du 10e arrondissement interviennent au 188, rue Saint-Maur. Un jeune homme vient d’y être découvert grièvement blessé. Inconscient, il présente de multiples plaies un peu partout sur le corps. Malgré les tentatives de réanimation, il décède quelques minutes plus tard des suites d’une hémorragie consécutive à la section d’une artère fémorale.

Le 2e district de police judiciaire de Paris est saisi. Sur les images de vidéoprotection de la ville, les enquêteurs découvrent une voiture de marque Mercedes. Elle file droit vers une escouade qui se dirige vers la rue du Buisson-Saint-Louis. Quelques secondes plus tard, le véhicule percute un des jeunes, qui, resté au sol, se fait alors rouer de coups par une dizaine d’individus.

Bandes rivales et escalade de violence

La victime se nomme Loïc K., 23 ans. Sur son corps, les légistes dénombreront vingt-deux plaies par arme blanche. Il ne faut pas longtemps aux enquêteurs pour découvrir que Loïc K. a un temps résidé dans le quartier de la Grange-aux-Belles et que le passage à tabac, qui lui a coûté la vie, s’inscrit dans le climat fiévreux qui sévit entre les bandes rivales. Sur place, deux témoins se présentant comme des amis de la victime. Ils indiquent avoir passé la soirée avec lui, expliquent aux policiers primo-intervenants que la rixe n’est autre qu’un « règlement de comptes » de la part de jeunes de Chaufourniers.

« En 2018, Loïc K. vient de rentrer en France après avoir passé quelques années dans son pays d’origine, le Cameroun. Il ne vit plus avec son père dans le quartier de la Grange-aux-Belles. À ce moment-là, il est même marginalisé et dort dans un parking », retrace Me Juliette Chapelle, qui représente le père, la mère et le demi-frère de Loïc, tous constitués parties civiles. Une manière de dire que Loïc K. n’était pas spécifiquement visé ce soir-là. « C’est le fait de s’être trouvé avec cette bande, poursuit l’avocate, et d’avoir été le dernier à se mettre à courir, qui l’a exposé à la Mercedes qui lui a foncé dessus. »

Dès le 6 juillet, les enquêteurs reconstituent la chronologie des jours précédents. Ils découvrent qu’un habitant du quartier de Chaufourniers a vu, le 5 au soir, débarquer chez lui une dizaine d’individus de la Grange-aux-Belles. C’est ainsi que tout semble avoir commencé : vers 21 heures, plusieurs jeunes arrivent chez un dénommé Binke K. munis de bâtons et de gourdins pour le menacer de mort. Il habite le quartier Grange-aux-Belles mais c’est un ancien de Chaufourniers, ce qui pourrait – selon ses dires – expliquer l’intrusion et les menaces. Dans la confusion, Messaoud B., un jeune de la Grange-aux-Belles, fait tomber sa pièce d’identité. Une aubaine pour Binke K., qui alerte ses amis de la cité Chaufourniers. Cinq minutes plus tard, le Messaoud en question est victime dans un restaurant d’une attaque au couteau par trois individus. Cette escalade de violence va, semble-t-il, conduire quelques heures plus tard au décès de Loïc K.

« MHD, histoires d’enfances irrégulières »

7 juillet 2018, 7 heures du matin. Les enquêteurs sont informés par les pompiers qu’un véhicule Mercedes classe C – le même qui a percuté la victime la veille – a été découvert en feu dans une rue du 19e arrondissement. Dans la boîte à gants, les policiers tombent sur un cahier de 89 pages, intitulé « MHD, histoires d’enfances irrégulières ». Après vérifications, les enquêteurs apprennent que c’est bien le rappeur qui a récemment fait l’acquisition du véhicule. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le nom de scène de Mohamed Sylla est cité dans le cadre des investigations.

Lors de l’enquête de flagrance menée le soir des faits, plusieurs jeunes présents derrière le cordon de sécurité ont mentionné la présence de MHD lors de la rixe mortelle. Puis il y a ce témoin, qui va se présenter spontanément aux enquêteurs de la 2PJ. Ami d’enfance de Loïc K., il se trouvait avec lui le soir des faits. Aux policiers, il explique avoir formellement reconnu MHD parmi les agresseurs : « Tout de suite, je sais que c’est lui, pour tout, sa dégaine, sa morphologie. Il était en face de moi, j’ai vu ses yeux et je suis formel, j’ai reconnu son visage, tout. » Pour étayer ses dires, le témoin parle encore du « pull noir avec écrit Puma dessus » que portait selon lui l’agresseur pouvant être MHD et de ses cheveux blonds qui dépassaient de sa capuche. À l’époque, le rappeur a les cheveux décolorés et s’avère être ambassadeur de la marque Puma.

Petit à petit, les enquêteurs vont acquérir la conviction que « l’individu D », présent sur la vidéo filmée par un témoin et le rappeur de 23 ans ne font qu’un. Après avoir exploité cette vidéo, les enquêteurs notent que cet individu apparaît « debout, à hauteur de la portière avant droite. Trois coups de pied provenant de l’endroit où il se trouve partent en direction de la victime. Puis D. se faufile parmi les autres agresseurs pour s’extraire du groupe. […] Il se positionne au milieu de la chaussée durant onze secondes et regarde ses amis poignarder à plusieurs reprises la victime sans réagir. Puis il se dirige vers les pieds de la victime, attrape ce dernier par les jambes et le tire en arrière sur une distance d’environ un mètre. Lorsqu’il repasse à la hauteur de la tête de la victime, il lui assène un grand coup de pied avec sa jambe droite, la victime étant déjà inerte au sol. » Puis l’individu D prendra la fuite en courant.

Ascension et chute

Début janvier 2019, Mohamed Sylla, star adulée des joueurs du PSG et de Madonna, devenu le « petit prince de l’afro-trap », est interpellé, mis en examen pour « homicide volontaire » et placé en détention provisoire à la prison de la Santé. S’il reconnaît être le propriétaire de la voiture ayant percuté la victime, il nie en revanche avoir été présent sur place le soir des faits. Au sujet de la Mercedes, il explique prêter constamment sa voiture à ses amis. Sur la teinture blonde, il confirme qu’il en était sûrement porteur à la date du 5 juillet, ajoutant toutefois « on est plus de vingt à la cité à en avoir une ». S’agissant du jogging Puma, il indique recevoir des colis de la marque chaque semaine et avoir l’habitude de redistribuer de nombreuses pièces dès qu’il met un pied dans la cité.

Enfin, concernant la nuit fatidique, MHD raconte avoir passé la soirée avec une bande d’amis au bowling de la porte de la Chapelle, avant de rentrer à la cité Chaufourniers vers minuit pour préparer quelques affaires en vue d’un départ à l’étranger le lendemain dans le cadre de sa tournée. C’est un peu plus tard dans la nuit, selon lui, qu’il aurait constaté la disparition de sa voiture.

Pendant la phase d’enquête, sa défense a également tenté de fragiliser les éléments estimés à charge. Le survêtement Puma reconnu sur la vidéo du témoin ? Un modèle « Rebel Hoody » commercialisé dès décembre 2017 et que tout le monde pouvait se procurer. L’ami de la victime qui dit avoir reconnu MHD sur les lieux le soir des faits ? Il n’a pas répondu à la convocation de confrontation et ne pourrait par conséquent être considéré comme crédible. Reste qu’au terme de l’instruction, Mohamed Sylla a bien été renvoyé devant la cour d’assises par la magistrate en charge de l’enquête, cette dernière s’appuyant notamment sur les multiples déclarations de témoins indiquant l’avoir vu sur la scène de crime, la description du suspect D, qui lui correspond en plusieurs points, mais aussi sur sa téléphonie.

De manière inhabituelle, les deux portables de Mohamed Sylla sont en effet restés inactifs entre 00 h 24 et 3 h 52 la nuit du drame. « Si l’inactivité de ses téléphones ne dit pas où se trouvait Mohamed Sylla au moment des faits, elle ne peut pas non plus, à elle seule, dire qu’il n’a pas participé aux faits », note la juge d’instruction dans son ordonnance de mise en accusation. Elle ajoute que les déclarations de Mohamed Sylla ont été « très évolutives et en contradiction avec certains éléments du dossier s’agissant de son emploi du temps la nuit des faits ».

Présumé innocent, Mohamed Sylla doit comparaître à partir de ce lundi aux côtés de sept autres accusés. Le neuvième, dont l’ADN a été retrouvé sur l’opinel abandonné sur la scène du crime, sera jugé en son absence. Il aurait fui à l’étranger et reste, à ce jour, sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Libéré sous contrôle judiciaire, « MHD » – tout comme ses coaccusés – encourt trente ans de réclusion criminelle. Le procès doit durer trois semaines.

2 Commentaires

  1. Greetings from Carolina! I’m bored at work so I decided to check out your website on my iphone during lunch break. I love the info you provide here and can’t wait to take a look when I get home. I’m shocked at how quick your blog loaded on my phone .. I’m not even using WIFI, just 3G .. Anyhow, fantastic site!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici