MARIE KORÉ une légende de la Côte d’Ivoire. Son COURAGE sur le pont de la victoire résonne à travers les âges . MARIE KORÉ née en 1912 et décédée en 1953 est une militante de l’indépendance de la Côte d’Ivoire .

« N’ayez pas peur ! », lance Marie Koré à ses camarades ce 24 décembre 1949. Avec elle, au moins deux mille, peut-être même quatre mille femmes sont réunies dans la petite ville de Grand-Bassam. C’est du jamais-vu dans cette colonie française qu’est la Côte d’Ivoire.

C’est une FEMME politique du PDCI-RDA Son nom reste associé aux manifestations de FÉVRIER et de DÉCEMBRE 1949 , des dates décisives dans l’histoire de la Côte d’Ivoire qui obtiendra son indépendance en 1960 .

« Mes Sœurs BÉTÉ , BAOULÉ , DIOULA et de partout n’ayez pas PEUR chez nous aussi nous n’avons pas PEUR de l’eau nous avons l’habitude de travailler dans l’eau . Ce n’est pas pas parce qu’on nous envoie un jet d’eau avec du sable que nous devons nous DÉCOURAGER. Car une personne qui veut aller au SECOURS de son ÉPOUX , de son FRÈRE , de son FILS ne doit pas RECULER devant si peu de choses .»

Ainsi s’exprimait MARIE KORÉ le 22 décembre 1949 . Elle s’adressait aux FEMMES qui avaient décider de marcher D’ABIDJAN à GRAND-BASSAM où étaient DÉTENUES des DIRIGEANTS du PDCI-RDA . MARIE KORÉ est l’une des têtes de FIL lors de la MARCHE des femmes sur GRAND- BASSAM en vue de la LIBÉRATION des responsables politiques du PDCI-RDA emprisonnés par les autorités COLONIALES françaises. MARIE KORÉ et d’autres femmes décident de rejoindre à pied GRAND BASSAM.

Pour les empêcher d’atteindre la ville, l’administration COLONIALE interdit les TRANSPORTEURS de ROULER . « Nous ne sommes pas nés avec des Voitures. Nous sommes habitués à MARCHER . Ça ne nous coûte donc rien de faire le voyage à pied.» RÉPLIQUA MARIE KORÉ Certaines manifestantes devaient se retrouver au palais de JUSTICE d’autres à la PRISON civile .

MARIE KORÉ faisait partie du second groupe . Les FORCES de l’ordre qui avaient dressé un barrage sur le PONT construit sur la lagune lance des JETS d’eau mélangés à de la vase et des TESSONS de bouteilles. Mais les FEMMES ne reculent pas . MARIE KORÉ monte sur le PONT avec sa fille DENISE sur le DOS .

Les autres femmes lui emboîtent le pas . Elle glisse et TOMBE avec sa fille . MARIE KORÉ est BATTUE avant d’être conduite au commissariat. Elle sera déférée au PARQUET avec quelques unes de ses camarades et incarcérées . MARIE KORÉ est finalement condamnée à 2 mois de PRISON . En mémoire de cette MARCHE , le PONT sur la lagune ouladîne est baptisée : LE PONT DE LA VICTOIRE.

Certains auteurs pensent que MARIE KORÉ est décédée des séquelles des SÉVICES subis au cours de la L UTTE pour l’indépendance. Pour d’autres, elle MEURT dans les heures qui suivent une intervention sur un PANARIS au doigt fait à l’hôpital annexe de treichville .

Cette femme qui avait avait HORREUR de l’injustice et de l’oppression est incontestablement l’une des grandes FIGURES de la LUTTE pour l’indépendance en Côte d’Ivoire.

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici