Des caméras embarquées sur des drones, des hélicoptères et un avion vont surveiller le littoral du nord de la France pour lutter contre le trafic migratoire vers l’Angleterre

La France va surveiller son littoral nord par les airs via 76 caméras embarquées sur des drones, des hélicoptères et un avion, dans le cadre d’un renforcement de la lutte contre le trafic migratoire vers l’Angleterre, ont rapporté samedi plusieurs médias locaux qui citent un arrêté des préfectures des départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme.

L’arrêté en question, publié jeudi, autorise pour une durée de trois mois l’usage simultané, au maximum, de 76 caméras embarquées sur des drones, des hélicoptères et un avion dans ces trois départements, rapporte le quotidien régional Sud Ouest.

Selon la même source, cette mesure s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le trafic d’êtres humains et contre le franchissement irrégulier des frontières ainsi que le « secours aux personnes ».

L’arrêté explique que les traversées de migrants vers l’Angleterre par la mer sont de plus en plus dangereuses étant donné que les passeurs embarquent les candidats à la migration toujours plus nombreux sur un même bateau.

Le texte souligne que près de 80 000 migrants ont rejoint ou tenté de rejoindre le Royaume-Uni par la mer en 2022.

« Depuis 1990, 330 migrants ont perdu la vie en tentant de franchir irrégulièrement la Manche pour rejoindre le Royaume-Uni », indique le texte, qui rappelle les naufrages meurtriers de novembre 2021 et août 2023, dans lesquels respectivement au moins 27 et six migrants ont péri.

Les caméras seront embarquées entre autres sur des drones de la Police aux Frontières, des Directions départementales de la Sécurité publique et de la Gendarmerie, pour surveiller une bande côtière longue de 5 kilomètres à l’intérieur des terres, hors agglomération.

Selon l’arrêté, « Il n’existe pas de dispositif moins intrusif permettant de parvenir aux mêmes fins de surveillance des vastes zones de regroupement ou de mise à l’eau des embarcations des migrants près des plages ».

La durée d’utilisation d’un drone par les forces de l’ordre sur un périmètre donné est de trois mois maximum, renouvelable sous conditions, précise le quotidien Sud Ouest.

Advertisement

3 Commentaires

  1. Hey! I could have sworn I’ve been to this website before but after checking through some of the post I realized it’s new to me. Anyways, I’m definitely happy I found it and I’ll be book-marking and checking back often!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici