Les frappes aériennes de l’Iran contre Israël ont suscité des réactions de la part de nombreux pays et organisations internationales.

Le président américain Joe Biden a condamné « avec la plus grande fermeté » les attaques de l’Iran contre Israël. Il a transmis un message de « plein soutien » au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et a annoncé qu’il convoquerait les dirigeants du G-7 pour une réponse diplomatique commune à l’égard de l’Iran.

« L’Iran et ses organisations affiliées au Yémen, en Syrie et en Irak ont mené aujourd’hui une attaque aérienne sans précédent contre des installations militaires en Israël. Je condamne ces attaques avec la plus grande fermeté », a indiqué Joe Biden dans un communiqué.

– ONU

Dennis Francis, président de l’Assemblée générale des Nations unies, a appelé toutes les parties à la retenue concernant la frappe aérienne iranienne sur Israël et a mis en garde contre la transformation de ces événements en une guerre régionale.

Dans un communiqué, il a déclaré que la situation déjà fragile au Moyen-Orient est devenue encore plus fragile avec les récents événements.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a également condamné les frappes aériennes iraniennes contre Israël et a appelé à l’arrêt immédiat de l’agression dans la région et au calme de tous les côtés.

« Je condamne fermement les graves tensions survenues suite à l’attaque globale de la République islamique d’Iran contre Israël. J’appelle à une cessation immédiate de ces hostilités », a-t-il souligné dans un communiqué.

– Union européenne

Le Haut représentant de l’union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a condamné fermement les attaques de l’Iran contre Israël.

« L’UE condamne fermement l’attaque inacceptable de l’Iran contre Israël. Cette escalade sans précédent constitue une menace sérieuse pour la sécurité régionale », a-t-il noté dans un message publié sur la plateforme X.

« Je condamne fermement l’attaque flagrante et injustifiée de l’Iran contre Israël et j’appelle l’Iran et ses mandataires à cesser immédiatement ces attaques. Tous les acteurs doivent maintenant s’abstenir de toute nouvelle escalade et œuvrer au rétablissement de la stabilité dans la région », a, pour sa part, indiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Roberta Metsola, présidente du Parlement européen (PE), a également souligné dans son message que les attaques risquaient de déclencher un nouveau chaos au Moyen-Orient.

– Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a fermement condamné la frappe aérienne de l’Iran sur Israël.

« Nous travaillons d’urgence avec nos alliés pour stabiliser la situation et empêcher une nouvelle escalade des tensions. Je condamne avec la plus grande fermeté l’attaque imprudente du régime iranien contre Israël. L’Iran a une fois de plus montré qu’il avait l’intention de semer les graines du chaos dans son propre jardin », a-t-il écrit sur la plateforme X.

– France

Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourné, a condamné vivement l’attaque aérienne de l’Iran contre Israël.

Selon le chef de la diplomatie française, l’Iran a franchi un nouveau seuil dans ses actions de déstabilisation en prenant cette mesure sans précédent. Il a ajouté que l’Iran prenait le risque d’accroître les tensions militaires dans la région.

– Allemagne

Le chancelier allemand Olaf Scholz a, lui également, fermement condamné les frappes aériennes de l’Iran contre Israël.

« Le chancelier Olaf Scholz a fermement condamné les lourdes frappes aériennes lancées par le régime de Téhéran sur le territoire israélien. Avec cette attaque irresponsable et en aucun cas justifiable, l’Iran risque de provoquer une conflagration généralisée dans la région », a souligné le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit, dans un communiqué.

– Italie et Malte

Le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères italien, Antonio Tajani, a indiqué suivre avec attention et inquiétude l’évolution de la situation au Moyen-Orient suite à l’attaque globale de l’Iran contre Israël à l’aide de drones.

Ian Borg, ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce de Malte, a fait part de sa profonde inquiétude face à l’attaque de drones iraniens contre Israël et a appelé toutes les parties à faire preuve de retenue.

– Belgique et Pays-Bas

Hadja Lahbib, ministre des Affaires étrangères de la Belgique qui assure la présidence en exercice de l’UE, a exprimé sa condamnation de « l’attaque ».

« Il s’agit d’une grande tension et d’un danger pour la stabilité régionale. Cette attaque met en danger la population et nous éloigne de la paix », a-t-elle affirmé.

Le gouvernement néerlandais a également fermement condamné les frappes aériennes de l’Iran contre Israël.

« Plus tôt dans la journée, les Pays-Bas et d’autres pays ont envoyé un message clair à l’Iran pour qu’il cesse d’attaquer Israël », a déclaré Mark Rutte, Premier ministre du gouvernement intérimaire des Pays-Bas.

– Plusieurs pays européens

Les gouvernements autrichien et tchèque, ainsi que d’autres pays européens, ont condamné l’attaque de drones iraniens contre Israël.

Le ministre norvégien des Affaires étrangères, Espen Barth Eide, a également condamné l’attaque « illégale » et « dangereuse » de l’Iran contre Israël.

Le chef de la diplomatie danoise, Lars Lokke Rasmussen, a déclaré qu’il condamnait fermement l’attaque de l’Iran contre Israël.

Lars Lokke Rasmussen a appelé les parties à faire preuve de retenue et à réduire les tensions, dans un message publié sur la plateforme X.

La Pologne a fermement condamné les attaques lancées par l’Iran contre Israël.

Dans un message publié sur X, le ministère polonais des Affaires étrangères a appelé l’Iran et ses alliés à faire preuve de retenue et à mettre fin d’urgence à ces attaques.

La ministre slovène des Affaires étrangères, Tanja Fajon, a déclaré qu’une nouvelle escalade des tensions au Moyen-Orient était extrêmement dangereuse.

Le gouvernement grec a fermement condamné la frappe aérienne iranienne contre Israël.

Dans une déclaration publiée par le ministère des Affaires étrangères, le gouvernement grec a insisté sur la nécessité d’éviter la propagation d’attitudes hostiles.

– Arabie Saoudite et Égypte

Dans un communiqué publié par le ministère saoudien des Affaires étrangères, le Royaume a fait part de sa « grande inquiétude » face à l’escalade des tensions militaires dans la région et à ses répercussions dangereuses, et a appelé toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue et à éloigner la région et ses peuples des dangers de la guerre.

Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abu Zeid, a quant à lui demandé aux parties d’agir avec un maximum de retenue, dans un communiqué publié sur X.

« L’Égypte est profondément préoccupée par le lancement par l’Iran d’attaques de drones contre Israël et par la récente escalade dangereuse entre les deux pays », a-t-il déclaré.

– Qatar

Le Qatar a appelé toutes les parties concernées à mettre fin aux tensions et à faire preuve de la plus grande retenue.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères du Qatar, ce dernier a exprimé sa profonde inquiétude quant à la situation dans la région et a appelé toutes les parties à faire cesser les tensions et à faire preuve de la plus grande retenue.

– Chine et Japon

La Chine a exprimé son inquiétude face à l’escalade des tensions dans la région à la suite des frappes aériennes iraniennes sur Israël et a appelé toutes les parties à faire preuve de retenue.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, Pékin a indiqué que les tensions étaient la conséquence du conflit à Gaza et que la guerre devait cesser immédiatement.

Le gouvernement japonais a appelé fermement toutes les parties à calmer la situation dans la région.

« Le Japon craint que cette attaque n’aggrave encore la situation actuelle au Moyen-Orient et condamne fermement cette escalade », a déclaré le ministère japonais des Affaires étrangères dans un communiqué , soulignant que la paix et la stabilité dans la région du Moyen-Orient sont de la plus haute importance pour le Japon.

– Brésil et Uruguay

Le Brésil a appelé à la « plus grande retenue » après les frappes aériennes iranienne contre Israël.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, le Brésil demande à la communauté internationale de s’efforcer de réduire les tensions croissantes dans la région.

Le communiqué indique que la nouvelle vague d’attaques de drones et de missiles iraniens a été suivie avec inquiétude et rappelle que le Brésil a prévenu, depuis le début du conflit dans la bande de Gaza, que les hostilités pourraient s’étendre de manière destructrice à des pays tels que la Cisjordanie, le Liban, la Syrie et, à présent, l’Iran.

Le gouvernement uruguayen a condamné la frappe aérienne iranienne sur Israël et regretté l’aggravation du conflit au Moyen-Orient.

– Venezuela

Le Venezuela a fait part de son inquiétude face à la tension croissante au Moyen-Orient après la frappe aérienne de l’Iran sur Israël.

Dans un communiqué publié par le ministère vénézuélien des Affaires étrangères, le pays a indiqué suivre avec inquiétude la montée des tensions au Moyen-Orient et a précisé que les conflits étaient dus au dysfonctionnement des Nations unies, au génocide en Palestine et à l’irrationalité du régime israélien.

D’autres pays d’Amérique du Sud, tels que l’Argentine et le Paraguay, ont annoncé leur soutien à Israël après que l’Iran a lancé une attaque avec des drones.

Le président argentin Javier Milei a fait part de sa solidarité et de son « engagement inébranlable » à l’égard d’Israël dans la déclaration présidentielle qu’il a diffusée sur son compte sur les médias sociaux.

Le président colombien Gustavo Petro a mis en garde contre une « troisième guerre mondiale » après que l’Iran a lancé une attaque de drone contre Israël.

« Cela a été prédit, nous sommes maintenant au bord de la troisième guerre mondiale, alors que l’humanité devrait avancer rapidement vers l’objectif de décarbonisation du climat. Le soutien pratique des États-Unis au génocide a mis le feu aux poudres », a écrit Gustavo Petro sur X.

– Pays du Golfe

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a appelé à la retenue après les frappes aériennes iraniennes contre Israël.

La télévision d’État iranienne a déclaré samedi soir que les Gardiens de la révolution avaient lancé une opération aérienne avec des drones et des missiles contre des cibles en Israël.

Dimanche à l’aube, le commandement du front intérieur de l’armée israélienne a annoncé, à travers un communiqué, la fin de la réponse iranienne, estimant qu' »il n’était plus nécessaire de se réfugier dans des abris à travers tout le pays ».

Cette riposte iranienne, première du genre opérée par Téhéran depuis son propre territoire et non par l’intermédiaire de ses alliés, intervient en représailles à l’attaque de la section consulaire de l’ambassade iranienne à Damas, qui avait été exposée début avril à un bombardement par des missiles israéliens, entraînant la mort de 7 membres des Gardiens de la révolution, dont l’éminent général Muhammad Reza Zahedi.

Israël n’a pas officiellement revendiqué l’assassinat de Zahedi et n’a pas, non plus, nié sa responsabilité dans cet assassinat.


Les dirigeants du G7 condamnent les représailles iraniennes à l’encontre d’Israël

Ils ont réaffirmé « l’attachement du G7 à la sécurité d’Israël », selon la Maison-Blanche

La Maison Blanche a déclaré, dimanche, que « les dirigeants du G7 ont condamné l’attaque iranienne contre Israël et renouvelé leur attachement à sa sécurité ».

Sur son compte de la plateforme X, la Maison Blanche a écrit que « le président américain Joe Biden a eu aujourd’hui une réunion par visioconférence avec les dirigeants du G7, lesquels ont condamné l’attaque iranienne sans précédent contre Israël ».

Les dirigeants ont réaffirmé l’attachement du G7 à la sécurité d’Israël, selon la même source.

La télévision d’État iranienne avait annoncé, samedi soir, que « le Corps des gardiens de la révolution a lancé une opération aérienne au moyen de drones et de missiles contre des cibles dans les territoires occupés », tandis que l’armée israélienne annonçait que l’Iran avait lancé une attaque à son encontre.

Cette opération iranienne intervient en représailles à l’attaque aux missiles lancée par Israël contre la section consulaire de l’ambassade d’Iran à Damas, au début du mois d’avril, qui s’est soldée par la mort de sept membres du Corps des gardiens de la révolution iranienne, dont le général Mohammad Reza Zahedi.

Israël n’a pas reconnu officiellement l’assassinat de Zahedi, mais n’en a pas non plus nié la responsabilité.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici