Washington affirme détenir des preuves montrant que les responsables maliens ont « contribué aux activités malveillantes » de Wagner au Mali, où le nombre des victimes civiles a connu une augmentation spectaculaire de 278 % depuis l’arrivée de la milice russe.

Les États-Unis ont annoncé, lundi 24 juillet, des sanctions économiques contre trois hauts responsables maliens, dont l’actuel ministre de la Défense, pour avoir « facilité le déploiement et l’expansion » des activités au Mali du groupe paramilitaire russe Wagner.

Ces sanctions visent trois hauts gradés : le ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara (photo), le chef d’état-major de l’armée de l’air, le colonel Alou Boi Diarra, et le chef d’état-major adjoint, le lieutenant-colonel Adama Bagayoko.

Les avoirs aux États-Unis de ces trois responsables sont gelés et il leur est interdit d’effectuer des transactions avec des personnes ou des entreprises américaines, selon un communiqué du Trésor américain, qui affirme détenir « des preuves montrant que ces responsables maliens ont contribué aux activités malveillantes » du groupe Wagner au Mali.

« L’action d’aujourd’hui expose les principaux responsables maliens qui ont contribué à faciliter l’enracinement du groupe Wagner au Mali au cours des deux dernières années », a déclaré le sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

« Ces responsables ont rendu leur peuple vulnérable aux activités déstabilisatrices et aux violations des droits humains du Groupe Wagner, tout en ouvrant la voie à l’exploitation des ressources souveraines de leur pays au profit des opérations du groupe Wagner en Ukraine », a-t-il ajouté.

Washington a précisé dans ce cadre que le nombre des victimes civiles a connu une augmentation spectaculaire de 278 % depuis que les forces de Wagner se sont déployées au Mali en décembre 2021.

Le département du Trésor américain avait déjà annoncé, fin mai dernier, des sanctions allant du gel des avoirs aux restrictions de visa contre Ivan Alexander Maslov, le responsable du groupe paramilitaire russe Wagner au Mali et deux hauts gradés de l’armée malienne, en l’occurrence le colonel Moustapha Sangaré et le major Lassine Togola. Les États-Unis reprochent à ces deux hauts gradés de l’armée malienne leur « implication dans des violations des droits humains au moment du massacre de Moura » qui a fait plus de 500 morts en mars 2022, selon le bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Le chef de Wagner, Evguéni Prigojine avait annoncé, dans une vidéo publiée le 19 juillet, que le groupe paramilitaire entend concentrer ses activités sur l’Afrique après sa rébellion avortée contre le pouvoir russe en juin dernier.

(Agence Ecofin)

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici