Aéroport d’Abidjan : le ministre Amadou Koné effectue une visite surprise, ses dernières instructions aux acteurs de la plateforme aéroportuaire.

Le ministre ivoirien des Transports Amadou Koné a effectué le samedi 30 décembre 2023 une visite surprise des installations du terminal 1 de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny sis à Abidjan-Port bouet. Au menu de cette visite, la lenteur de la gestion de la livraison des bagages et ses solutions pour y remédier.

Alors qu’il était attendu du côté de Bouaké dans le cadre des festivités du nouvel an avant la visite du Vice-président de la République à l’aéroport de Korhogo prévue le mardi 2 janvier 2024, le ministre ivoirien des Transports Amadou Koné par ailleurs maire de Bouaké, a effectué une visite surprise à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan le samedi 30 décembre 2023. Sur place, il a fait le parcours des voyageurs et le circuit de livraison des bagages.

Il faut parfois attendre des heures debout après un long voyage pour récupérer sa valise. « Ce n’est pas acceptable. Cela doit cesser » a-t-il martelé avant de donner des pistes de solutions. Ce qui revenait logiquement à la société AERIA, concessionnaire de l’exploitation de l’aéroport d’Abidjan.

Plusieurs réunions sur la situation des bagages

Depuis 2017, l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan a atteint sa capacité nominale de deux millions de passagers par an. A fin d’année 2023, le trafic enregistré est de 2,350 millions de passagers.

Si en attendant la fin des travaux de l’extension de la zone aéroportuaire, la construction d’un deuxième terminal (T2) devrait absorber 400 000 passagers, la mise en service de ce dernier prévue pour octobre 2023 n’est toujours pas effective totalement (seules trois compagnies l’exploitent).

Enfin, le ministre Amadou Koné trouve inacceptable que les usagers déjà épuisés par le voyage attendent 30 minutes pour voir le premier bagage sortir sur le tapis bagage et 2 heures pour le dernier.

« Cela fait plusieurs mois que des promesses sur la livraison des bagages sont faites. J’ai instruit l’Autorité Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) afin de régler cette situation. L’État a concédé la gestion de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan à AERIA. C’est à lui de nous trouver des solutions. Nous avons fait plusieurs réunions avec toutes les structures intervenant à l’aéroport. Notre dernière réunion remonte à deux semaines. Cette visite surprise de ce jour c’est pour interpeller chaque acteur à faire son travail. Enfin, même si des dispositions spécifiques sont prises pour accueillir tous les voyageurs qui viennent dans notre pays dans le cadre de la coupe d’Afrique des nations, l’aéroport est là pour accueillir tous ceux qui viennent en Côte d’Ivoire pour d’autres motifs » a-t-il dit avant de donner jusqu’à mercredi 3 janvier 2024 à la société AERIA pour régler définitivement le problème de la gestion de livraison des bagages.

Les engagements de AERIA

Au diagnostic de la lenteur de la livraison des bagages, il est noté par AERIA que sur certains vols, les bagages des passagers en transit sont prioritaires lors de déchargement alors qu’ils sont en vrac dans les soutes. Aussi que certains bagages hors format passeraient sur les lignes de bagages normaux.

En effet, si AERIA est responsable de la gestion totale de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, il a été concédé à la société MENZIES Aviation (M), toute la partie manutention bagages : du déchargement des bagages de la soute de l’avion à leur déchargement sur les convoyeurs en passant par leurs transferts jusqu’au tapis convoyeurs côté piste et avant leur sortie sur les 3 tapis bagages dans le hall bagages.

Toutefois, sur instruction du ministre des transports Amadou Koné, AERIA s’est engagé en sa qualité de Gestionnaire de l’Aéroport, d’appuyer MENZIES dans l’opération de livraison des bagages, de négocier avec les compagnies la possibilité de dédier un rangement précis des bagages en transit afin d’éviter le temps d’identification et de tri de bagages pendant le déchargement ; de traiter les gros bagages hors format au Fret et de mettre en place un dispositif spécial pour renforcer et fluidifier la livraison des bagages.

Aéroport d’Abidjan : des investissements sont en cours

Afin de palier au problème de Scanning des bagages, la société Avisecure en charge de la sécurité des bagages a acquis un nouveau scanner qui sera installé avant la CAN.

Aéria a investi six (6) milliards de FCFA dans le terminal 2 qui accueillera les vols régionaux. L’éclatement des vols et du fret entre les deux terminaux T1 et T2 accélérera la mise à disposition des bagages et la sortie des passagers. Ces investissements urgents ont été engagés en attendant la fin des travaux d’extension de l’aéroport.

Un financement de 360 milliards FCFA

L’ensemble des travaux de rénovation de l’aéroport d’Abidjan sont financés à hauteur de 360 milliards FCFA environ grâce à la coopération bilatérale avec le gouvernement français.

L’accord de financement a été signé le 18 décembre 2022 entre le ministre Bruno Lemaire et le Ministre Adama Coulibaly, respectivement ministre français et ivoirien de l’économie.

Autres sujets débattus : libération du hall et le carnet de vaccination

En plus du temps long mis pour récupérer les bagages, ce qui maintiendrait plusieurs personnes dans le hall, Amadou Koné a instruit les responsables de l’aéroport afin que soit libéré ce même espace où sont entreposés les nombreux bagages qui n’ont pu embarquer sur les vols du même jour ou les bagages en instance de réclamation.

Les compagnies aériennes étant responsables de leurs passagers et de leurs bagages, ces dernières devront désormais trouver un endroit autre que le hall bagages où stocker les bagages non récupérés de leurs clients. Quant aux accompagnateurs ou ceux qui accueillent les voyageurs, ils devront attendre désormais hors des halls arrivée et départ.

Enfin, remarquant lors de cette visite surprise le dispositif sanitaire pour ceux qui n’auraient pas de carnet de vaccination ou de vaccin contre la fièvre jaune, le ministre Amadou Koné a proposé qu’une étude soit réalisée afin de savoir s’il est encore utile de continuer à exiger le carnet de vaccination à l’aéroport.

Étaient de la visite, outre le ministre Amadou Koné et des membres de son cabinet, les responsables de l’ANAC, AERIA, MENZIES, la Douane, la police de l’aéroport, la gendarmerie de l’aéroport et les services sanitaires.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici