Le Zimbabwe adopte une nouvelle monnaie pour lutter contre l’hyperinflation

Le Zimbabwe a l’un des taux d’inflation les plus élevés au monde.

Le Zimbabwe, confronté à une crise économique sévère depuis près de deux décennies, a décidé d’introduire une nouvelle monnaie adossée à la valeur de l’or dans une tentative de lutter contre l’hyperinflation, selon une annonce de la Banque centrale du pays faite vendredi.

Lors d’une conférence de presse, le gouverneur de la Banque centrale, John Mushayavanhu, a fait savoir qu’ »à partir d’aujourd’hui, les banques convertiront les soldes actuellement libellés en dollars zimbabwéens dans la nouvelle devise baptisée ‘Or du Zimbabwe’ (Zimbabwe Gold), ZiG. » 

Le Zimbabwe affiche l’un des taux d’inflation les plus élevés au monde, officiellement établi à 55% en mars après avoir atteint un taux à trois chiffres l’année précédente.

Au cours de l’année écoulée, le dollar zimbabwéen a subi une dépréciation d’environ 100% par rapport au dollar américain. Vendredi, il était échangé officiellement à environ 30 000 dollars zimbabwéens pour un dollar américain, et à 40 000 sur le marché noir, selon l’observatoire Zim Price Check.

En 2008, l’hyperinflation avait atteint des niveaux tels que la banque centrale avait émis un billet d’une valeur de mille milliards de dollars zimbabwéens, aujourd’hui devenu un objet de collection. Suite à cette crise, le gouvernement avait été contraint d’abandonner la monnaie locale, adoptant le dollar américain comme monnaie officielle.

Le dollar zimbabwéen a été réintroduit en 2019. Cependant, la majorité des Zimbabwéens préfèrent toujours utiliser le dollar américain, en particulier pour leurs salaires et dans le cadre des affaires.

Les personnes rémunérées en monnaie locale se précipitent généralement dans les bureaux de change le jour de la paie pour tenter de se prémunir contre une éventuelle dévaluation future.

En plus de l’hyperinflation, les quelque 15 millions d’habitants du pays font face à une pauvreté généralisée, un chômage élevé et des pénuries de nourriture, de carburant et de médicaments.

Avec AFP

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici