RABAH AREZKI, Rabah Arezki, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est chercheur principal à la Fondation d’études et de recherches sur le développement international (FERDI) et à la Harvard Kennedy School.

Bola Tinubu, le nouveau dirigeant du Nigeria, a mis en œuvre une série de réformes économiques audacieuses au cours de ses premières semaines de mandat. S’il s’attaque aux défis de sécurité, aux problèmes énergétiques et aux lacunes de gouvernance du pays, et s’il obtient le soutien des investisseurs et des partenaires de développement, il pourrait transformer la plus grande économie du continent.

WASHINGTON, DC – Peu après son entrée en fonction le 29 mai, le président nigérian Bola Tinubu a surpris de nombreux observateurs en mettant en œuvre une série de réformes audacieuses. En plus de supprimer les subventions coûteuses sur les carburants et diverses taxes , il a suspendu le gouverneur de la banque centrale du pays, ce qui a conduit à la suppression immédiate des restrictions commerciales qui soutenaient la valeur du naira. Et pour s’attirer les faveurs de l’immense population de jeunes du Nigeria, Tinubu a introduit des prêts sans intérêt pour aider les étudiants à financer leurs études supérieures.

Mais même si ces réformes rapides témoignent de l’adhésion de Tinubu à l’orthodoxie économique et peuvent restaurer la confiance des Nigérians, des investisseurs internationaux et des marchés financiers à court terme, elles n’entraîneront pas à elles seules un changement durable.

L’économie du Nigeria – la plus grande d’Afrique – est dans une situation désespérée et sa transformation ne sera pas facile. L’inflation a récemment atteint son plus haut niveau depuis 18 ans , et d’importants déficits budgétaires s’ajoutent aux niveaux d’endettement déjà en forte hausse. L’économie a été durement touchée par les conséquences de la guerre en Ukraine, en partie parce que le Nigeria dépend des importations alimentaires , mais aussi parce que le pays – bien qu’il soit le plus grand producteur de pétrole d’Afrique – est largement incapable de raffiner son brut et importe donc du pétrole. La mauvaise gestion, les problèmes de sécurité et le sous-investissement dans les infrastructures ont entravé l’industrie pétrolière, qui génère environ 80 % des recettes publiques , tandis que des politiques officielles incohérentes ont empêché le secteur agricole de, qui emploie environ un tiers des Nigérians, de réaliser son plein potentiel.

Cela dit, l’abandon de l’interventionnisme par Tinubu est un pas dans la bonne direction, et il pourrait exploiter davantage le potentiel démographique du pays le plus peuplé d’Afrique en sécurisant les investissements internationaux et en réduisant les formalités administratives. Mais plus important encore, Tinubu devra relever des défis plus vastes en matière de sécurité, d’énergie et de gouvernance, qui sont souvent étroitement liés.

Les risques sécuritaires, qui préoccupaient largement le prédécesseur de Tinubu, Muhammadu Buhari, menacent de faire dérailler les efforts en faveur de réformes rapides. Mais une économie en croissance pourrait dissuader les militants potentiels de prendre les armes en créant des opportunités d’emploi, surtout si Tinubu parvient à éradiquer la corruption, à empêcher la monopolisation et à réformer le secteur de la sécurité.

Les problèmes du secteur pétrolier du Nigeria devraient également être une priorité absolue. La réforme des subventions aux carburants contribuera à restaurer la discipline budgétaire, étant donné que la compagnie pétrolière publique nigériane a dépensé 10 milliards de dollars pour subventionner l’essence en 2022. En outre, la raffinerie de pétrole d’ Aliko Dangote , dont la production devrait démarrer en juillet, d’une valeur de 20 milliards de dollars, pourrait aider réduire la dépendance du pays aux importations de pétrole, à condition qu’il ne devienne pas un monopole privé.

Tinubu a fait preuve de peu de patience envers les entreprises qui accaparent le marché . Même si la monopolisation des exportations fait généralement l’objet de réglementations gouvernementales, les monopoles d’importation dans les pays riches en pétrole comme le Nigéria constituent également un obstacle important à la diversification économique et doivent être surmontés. (Il convient de noter que Tinubu a suspendu le responsable de la lutte contre la corruption au Nigeria pour « abus de pouvoir », bien que les anciens dirigeants de l’agence aient également été démis de leurs fonctions après avoir fait face à des allégations similaires.)

Pour diversifier l’économie à long terme, le gouvernement devra élargir l’accès à l’électricité, dont seulement environ 55 % des Nigérians disposent actuellement. Heureusement, le potentiel des énergies propres est énorme. Les partenaires de développement comme la Banque mondiale peuvent apporter leur aide en fournissant des financements et des garanties pour stimuler les investissements privés dans la distribution d’électricité et les énergies renouvelables. Mais l’équipe de Tinubu devra d’abord améliorer la gouvernance du secteur de l’électricité, garantir un cadre macroéconomique stable et établir un système financier favorable.

L’écosystème technologique dynamique du Nigeria illustre le potentiel que Tinubu pourrait libérer. Des centaines de startups ont vu le jour, notamment dans le secteur des technologies financières, le Nigeria représentant cinq des sept « licornes » technologiques d’Afrique (start-ups privées valorisées au moins 1 milliard de dollars). Le régime de taux de change multiples qui prévalait avant l’arrivée au pouvoir de Tinubu a épuisé les réserves de change et a donné un avantage injuste aux importateurs. Moins de restrictions sur les taux de change faciliteront les flux financiers, au profit des startups, ce qui pourrait à son tour contribuer à transformer les secteurs de l’agriculture et des transports et à autonomiser des millions de Nigérians.

Si Tinubu maintient le cap sur les réformes en matière d’énergie, de sécurité et de gouvernance, son programme pourrait en fin de compte bénéficier à toute l’Afrique – tout comme  pourrait transformer le Moyen-Orient. Mais contrairement aux Saoudiens, le gouvernement nigérian ne dispose pas de vastes ressources financières et devra s’appuyer davantage sur les investissements privés étrangers et nationaux, ainsi que sur le soutien des partenaires de développement. S’il bénéficie d’un soutien suffisant, Tinubu pourrait refaire le pays – et même contribuer à refaire le continent.

Advertisement

5 Commentaires

  1. I have been browsing on-line more than three hours these days, but I by no means found any fascinating article like yours. It is pretty worth enough for me. In my opinion, if all webmasters and bloggers made excellent content material as you probably did, the internet shall be much more useful than ever before.

  2. Almost all of whatever you articulate is supprisingly legitimate and that makes me wonder the reason why I had not looked at this with this light before. This piece truly did switch the light on for me as far as this particular subject goes. However at this time there is one position I am not too cozy with and whilst I try to reconcile that with the actual core theme of the position, permit me see just what the rest of your readers have to point out.Well done.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici