• Les réformes économiques de Tinubu et les alliances attireront les investissements, dit Shettima

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont annoncé hier l’élargissement du bloc des pays émergents, avec l’intégration de six nouveaux membres, à partir de janvier.
Cependant, le Nigeria, le géant supposé de l’Afrique, manque cruellement à l’appel.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé que l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Arabie saoudite, l’Iran et les Émirats arabes unis se sont vu proposer d’adhérer.

Le président chinois Xi Jinping a salué cet « élargissement historique » et prédit un « avenir radieux pour les BRICS ».

Le poids lourd économique du bloc, Pékin, s’est montré favorable à cette expansion, qui était au centre du 15e sommet qui s’est ouvert mardi.

Aucune information n’a été divulguée sur le contenu des discussions, les soutiens apportés ou les critères utilisés dans le choix stratégique des nouveaux entrants. Les négociations se sont déroulées à huis clos lors d’une séance plénière mercredi et lors de plusieurs réunions bilatérales.

Une quarantaine de pays du monde entier avaient demandé leur adhésion ou manifesté leur intérêt à y adhérer, signe de l’influence croissante des pays émergents sur la scène mondiale, selon le « club des cinq », qui produit un quart de la richesse mondiale et rassemble 42 pour cent de la population mondiale.

Immédiatement après cette annonce, Téhéran a salué sur X (anciennement Twitter) « un succès stratégique pour la politique étrangère du pays ».

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a évoqué « un moment important » pour son pays. « L’Éthiopie est prête à coopérer avec tous pour un ordre mondial inclusif et prospère », a-t-il posté sur les réseaux sociaux.

Les Émirats arabes unis ont également salué l’accord, le président Mohammed ben Zayed affirmant qu’il « respecte la vision des dirigeants des BRICS ».
Il en va de même pour l’Égypte, qui déclare espérer « faire entendre la voix des pays du Sud ».

Alliance hétérogène, les BRICS ont en commun la revendication d’un équilibre mondial plus inclusif, notamment au regard de l’influence des États-Unis et de l’Union européenne.

Pendant ce temps, lors du sommet, le vice-président Kashim Shettima, qui représentait le président Bola Tinubu, a déclaré que les réformes économiques et les alliances diplomatiques de son directeur attireraient des investissements et des partenariats au Nigeria, tout en s’alignant sur la coopération internationale et régionale.

Selon lui, « le nouveau gouvernement, qui a pris ses fonctions il y a moins de trois mois, examine les variables et évalue la portée et le niveau de la coopération régionale et mondiale à poursuivre, afin de faire du Nigeria un ami et un partenaire souhaité ».

Par Ngozi Egenuka

Advertisement

3 Commentaires

  1. I’ve been exploring for a little for any high quality articles or weblog posts in this kind of house . Exploring in Yahoo I eventually stumbled upon this web site. Reading this info So i’m glad to exhibit that I have a very just right uncanny feeling I discovered exactly what I needed. I most unquestionably will make certain to don’t omit this website and provides it a look on a relentless basis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici