Depuis le dimanche 12 novembre 2023, l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, fait parler de lui. Après l’annonce, hier, de la fin de son exil, on le voit aujourd’hui aux côtés de l’homme fort de Niamey, le général Abdourahame Tiani.

C’est un Guillaume Soro amaigri qui a été reçu, ce lundi, à Niamey par le général Abdourahame Tiani. Les deux hommes ont eu un entretien d’une heure et demie, comme l’a annoncé l’ancien Premier ministre ivoirien sur ses réseaux sociaux : « J’ai eu l’honneur d’être reçu ce jour en audience par le Président de la Transition du Niger, chef de l’État, le général Abdourahmane [Tiani], accompagné du général Salifou Mody, ministre de la Défense, et du général Mohamed Toumba, ministre de l’Intérieur. L’entretien qui a duré une heure et demie a été exceptionnel par la qualité et la profondeur des échanges », a-t-il écrit sur X.

 

 

En reprenant les propos de son chef, Moussa Touré, le responsable de la Communication de Générations et Peuples solidaires (GPS), mouvement de Guillaume Soro, ajoute : « M. Soro exprime sa profonde gratitude envers le Président [Tiani] pour l’accueil et la disponibilité dont il a fait preuve à son endroit. Il salue également le peuple frère du Niger pour son hospitalité exceptionnelle et réaffirme son engagement continu envers la promotion de la paix et de la stabilité dans la région, ainsi que sa détermination à contribuer activement à la consolidation des relations harmonieuses entre les nations africaines ».

Soro au Niger depuis samedi

Dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, Moussa Touré explique que Guillaume Soro est au Niger depuis samedi dernier où il a atterri à 14 h 18 heure locale à bord du vol ET 937 d’Ethiopian Airlines. Le même communiqué annonçait déjà que l’ancien proche d’Alassane Ouattara allait être reçu, ce jour par le numéro 1 de la junte nigérienne. Hier, Guillaume Soro annonçait en ces termes la fin de son exil : « J’annonce, ici et maintenant, que je mets fin à mon exil, car il m’est pénible de vivre loin de ma terre ancestrale et natale d’Afrique ». Non sans rappeler la vie de fugitif qui fut la sienne depuis cinq ans où il a dû fuir. Passant successivement  par la France, la Belgique, Dubaï, entre autres, traqué qu’il était par les autorités ivoiriennes.

En annonçant la fin de son exil et son envie de retrouver sa terre natale d’Afrique, Guillaume Soro n’a pas précisé dans quel pays il comptait déposer ses valises, la Côte d’Ivoire, sa patrie, lui étant clairement interdite. Il traîne une condamnation à 20 ans de prison ferme et une autre à perpétuité de la justice ivoirienne. Le Niger où il se trouve actuellement pourrait effectivement l’accueillir puisqu’entre la junte de Niamey et Alassane Ouattara, ce n’est pas le parfait amour. L’ennemi de mon ennemi ne serait-il pas mon ami dans le cas d’espèce ? En tout cas, pour le moment, Guillaume Soro n’a rien à craindre en vivant au Niger. Sauf revirement extraordinaire.

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici