Pour bien comprendre le dossier malien contre la France il remonter aux indépendances.

Après les indépendances, 14 pays francophones ont signé 11 accords avec la France qui sont les suivants :

ACCORD n⁰1:

LA DETTE COLONIALE POUR REMBOURSEMENT DES BÉNÉFICES DE LA COLONISATION.

C’est-à-dire que les États nouvellement indépendants doivent rembourser le coût des infrastructures construites par la France pendant la colonisation.

Nous cherchons toujours le détail des coûts, l’évaluation des bénéfices et des conditions de paiements imposés par la France aux pays africains.

ACCORD n⁰ 2 :

LA CONFISCATION AUTOMATIQUE DES RÉSERVES FINANCIÈRES NATIONALES.

C’est-à-dire que les pays africains doivent déposer leurs réserves financières auprès de la Banque de France. Ainsi, la France « garde » les réserves financières de quatorze pays africains depuis 1961 : le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo-Brazzaville, la Guinée Équatoriale et le Gabon.

Ainsi, la gouvernance des politiques monétaires reste asynchrone et incomplète du fait qu’elle soit pilotée directement par le gouvernement français, sans aucun lien avec les autorités financières des pays tels que CEDEAO ou la CEMAC.

Ainsi, du fait des conditions qui lient les banques des 14 pays des zones économiques et financières CFA , elles sont obligées de garder 65 % de leurs réserves de change dans un compte d’opérations tenu par le Trésor français, ainsi que 20 % supplémentaire afin de couvrir « les risques financiers ».

En plus, les banques des zones CFA imposent une limite de crédit à chaque pays membre, équivalent à 20 % des recettes de l’état dans l’année budgétaire en cours , bien que le BEAC ou la BCEAO aient des possibilités de retraits supérieurs auprès du Trésor français. Ces retraits doivent faire d’abord l’objet de l’accord du Trésor français.

La décision finale revient donc au Trésor français qui a lui-même investi les réserves des pays africains sur la place boursière parisienne.

En d’autres mots, 85 % des réserves financières africaines, sont déposées sur un compte d’opération contrôlé par l’administration française.

Les deux banques de la zone CFA sont africaines de par leurs noms, mais ne décident aucune des politiques monétaires par elles mêmes.

Le pire est que les pays eux-mêmes ne savent même pas quelle est la part de réserves financières qui leur revient.

ACCORD n⁰3 :

LE DROIT DE PREMIER REFUS SUR TOUTE RESSOURCE BRUTE OU NATURELLE DÉCOUVERTE DANS LE PAYS.

C’est-à-dire que la France a le premier droit d’achat des ressources naturelles de la terre de ses ex-colonies. Ce n’est qu’après que la France ait dit: « Je ne suis pas intéressée », que les pays africains sont autorisés à chercher d’autres partenaires.

ACCORD n⁰4 :

PRIORITÉ AUX INTÉRÊTS ET AUX ENTREPRISES FRANÇAIS DANS LES MARCHÉS PUBLICS ET APPELS D’OFFRES PUBLICS.

Dans l’attribution des marchés publics, les entreprises françaises ont la priorité sur les appels d’offres. Même si les pays africains peuvent obtenir un meilleur rapport qualité-prix ailleurs.

En conséquence, dans la plupart des ex-colonies françaises, tous les leviers économiques des pays sont entre les mains des expatriés français. En Côte d’Ivoire, par exemple, les entreprises françaises possèdent et contrôlent tous les grands services publics dont l’eau, l’électricité, le téléphone, le transport aérien, les ports et les grandes banques. C’est la même chose dans le commerce, la construction et l’agriculture.

ACCORD n⁰5 :

DROIT EXCLUSIF DE FOURNIR DES ÉQUIPEMENTS MILITAIRES ET DE FORMER LES OFFICIERS MILITAIRES DES COLONIES.

Grâce à un système sophistiqué de bourses, de subventions, et les « accords de défense » attachés au pacte colonial, les Africains doivent envoyer leurs officiers supérieurs en formation en France et ont obligation de se fournir en équipements militaires avec la France.

ACCORD n⁰6 :

LE DROIT POUR LA FRANCE DE DÉPLOYER DES TROUPES ET D’INTERVENIR MILITAIREMENT DANS LE PAYS POUR DÉFENDRE SES INTÉRÊTS.

En vertu de ce qu’on appelle « les accords de défense » attachés au pacte colonial, la France a le droit d’intervenir militairement dans les pays africains, et aussi de stationner des troupes en permanence dans les bases et installations militaires, entièrement gérées par les Français.

ACCORD n⁰7 :

L’OBLIGATION DE FAIRE DU FRANÇAIS LA LANGUE OFFICIELLE DU PAYS ET LA LANGUE POUR L’ÉDUCATION.

Une organisation de la langue française et de la diffusion de la culture française a même été créée. Elle s’appelle la « Francophonie » et possède plusieurs organisations satellites. Ces organisations sont affiliées et contrôlées par le ministre français des Affaires étrangères.

ACCORD n⁰8 :

L’OBLIGATION D’UTILISER LE FRANC CFA (FRANC DES COLONIES FRANÇAISES D’AFRIQUE).

Bien que ce système ne soit pas partagé par l’Union européenne, les colonies françaises sont contraintes à utiliser exclusivement le FCFA.

ACCORD n⁰9 :

L’OBLIGATION D’ENVOYER EN FRANCE, UN BILAN ANNUEL ET UN RAPPORT D’ÉTAT DES RÉSERVES. PAS DE RAPPORT, PAS D’ARGENT.

C’est-à-dire que le directeur des banques centrales des ex-colonies présente ledit rapport lors des réunions annuelles des ministres des Finances sur les ex-colonies. Ce rapport est ensuite compilé par la Banque de France et le Trésor français.

ACCORD n⁰10 :

RENONCER À TOUTE ALLIANCE MILITAIRE AVEC D’AUTRES PAYS, SAUF AUTORISATION DE LA FRANCE.

La plupart de ces pays ont seulement des alliances militaires avec leurs ex-colonisateurs simplement par le fait que la France leur interdisait toute autre alliance militaire.

ACCORD n⁰11 :

L’OBLIGATION DE S’ALLIER AVEC LA FRANCE EN CAS DE GUERRE OU DE CRISE MONDIALE.

Plus d’un million de soldats africains ont combattus pour la défaite du nazisme et du fascisme au cours de la Seconde guerre mondiale. Maintenant que la France est militairement liée à l’Union Européenne, à L’OTAN et aux États-Unis, l’Afrique sera de facto engagée au côté de la France en cas de 3ème guerre mondiale.

Chers compatriotes Africains, onze (11) accords sont toujours en vigueur entre la France et les 14 pays de la zone CFA, et aucun média Français ni leur soi-disant spécialistes de L’Afrique ne parleront jamais de ces sinistres accords qui ont été imposés aux pays Africains de la zone CFA.

Chers compatriotes, voilà pourquoi nous ne cessons de dénoncer cette colonisation qui se pratique désormais depuis 1960, par personnes interposées, c’est à dire par des dirigeants de leurs choix qu’ils soutiennent et qu’ils protègent en leur imposant la dictature face à leurs propres peuples.

Ce qui nous ‘intéresse aujourd’hui parmi ces onze accords, c’est le dixième (N⁰ 10) qui dit que les 14 pays de la zone CFA à travers l’accord, ne sont pas autorisés à avoir une alliance militaire avec d’autres pays et ne sont pas non plus autorisés à acheter du matériel militaire dans un autre pays Européen sans l’autorisation de la France, voilà pourquoi le Mali a été bloqué jusqu’aujourd’hui. Mais la situation étant débloquée, le Mali peut désormais coopérer librement avec tous les pays de la planète sans demander l’autorisation à la France.

AU REGARD DE TOUTES CES ESCROQUERIES MORALES, PHYSIQUES ET PSYCHOLOGIQUES, LA NOUVELLE GÉNÉRATION AFRICAINE DOIT FAIRE SA PART DE RESTAURATION DES ACQUIS NATIONAUX DE NOTRE CONTINENT AFIN DE LAISSER UN HÉRITAGE DIGNE AUX FUTURES GÉNÉRATIONS.

Stratégie Géopolitique

Source: https://7joursinfo.com/

Advertisement

1 COMMENTAIRE

  1. Incroyable. Mais finalement ces pays n’ont jamais été indépendant mais au contraire très dépendant. A part le bout de chiffon en guise de drapeau et une chansonnette en guise d’hymne national il n’y a rien . Le néant.
    Rien ne leur appartient ni le sol ni le sous sol.
    Ni les finances. C’est normal que leur économie ne décolle pas. Très lourd héritage
    Je comprend maintenant la frousse que la France a de l’effet domino. J’espère qu’il se produira

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici