Le pays traduit en acte sa solidarité envers le Niger, sous sanctions de la Cédéao.

Le Burkina a autorisé exceptionnellement vendredi, l’exportation de mil, du maïs, du sorgho et du niébé « exclusivement vers le Niger, par solidarité ».

« Par solidarité avec le peuple nigérien », le gouvernement de la transition va délivrer «à titre exceptionnel », des « autorisations spéciales d’exportation (ASE) des céréales (…) exclusivement en direction du Niger », a indiqué la secrétaire permanent du guichet unique, du commerce et de l’investissement, Haoua Sorgho.

A cet effet, elle a invité « les opérateurs économiques intéressés à déposer leurs demandes auprès des services compétents du Ministère en charge du commerce ».

Ces autorisations concernent le mil, le maïs, le sorgho et le niébé.

Ce communiqué marque la levée de suspension des exportations des céréales sur toute l’étendue du territoire national

Ladite mesure est en vigueur depuis le 15 novembre 2022. Elle avait permis d’arrêter la sortie de vivres du pays, dans un contexte de crise humanitaire et alimentaire.

Le pays a enregistré plus de deux millions de personnes déplacées alors plus de 3,5 millions de Burkinabè ont besoin d’assistance alimentaire.

Le geste du Burkina est aussi une manifestation de sa solidarité envers le Niger qui subit un embargo de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest, suite au coup d’état du 26 juillet 2023.

SD/ac/APA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici