L’ancien banquier franco-ivoirien Tidjane Thiam s’est officiellement porté candidat à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), un geste qui pourrait marquer un tournant significatif dans le paysage politique ivoirien en vue de l’élection présidentielle de 2025. Alors que sa candidature suscite l’enthousiasme local, l’accent est mis sur son influence dans les relations internationales et sur la manière dont cela pourrait impacter la Côte d’Ivoire.

Tidjane Thiam, 61 ans, est un polytechnicien au parcours professionnel impressionnant, ayant occupé des postes de haute responsabilité, notamment en tant que directeur général du Crédit Suisse. Vivant à l’étranger depuis près de vingt ans, il a tissé des liens avec des personnalités de premier plan, y compris l’ancien président américain Barack Obama et le président français Emmanuel Macron. Son réseau international pourrait jouer un rôle crucial dans la redéfinition des relations de la Côte d’Ivoire sur la scène mondiale.

L’annonce de sa candidature a été accueillie favorablement par de nombreux députés, cadres et militants du PDCI, le principal parti d’opposition. Cependant, des critiques ont émergé quant à son absence prolongée du bureau politique du PDCI, soulevant des questions sur l’éligibilité. Ses partisans balayent ces inquiétudes, soulignant plutôt les avantages que son expérience mondiale pourrait apporter au pays.

Si Tidjane Thiam venait à remporter la présidence du PDCI et, éventuellement, à se présenter à la présidentielle de 2025, son influence internationale pourrait être un atout majeur pour la Côte d’Ivoire. Sa capacité à mobiliser des soutiens au niveau mondial pourrait renforcer la position du pays dans les affaires internationales, ouvrir de nouvelles opportunités économiques et renforcer les partenariats diplomatiques.

Revitaliser le PDCI

Cependant, le défi majeur pour Thiam serait de revitaliser un parti septuagénaire. « En cas de victoire, l’ancien directeur général du Crédit Suisse, poussé vers la sortie après un scandale d’espionnage privé, en 2020, héritera d’une formation politique septuagénaire au fonctionnement archaïque et à l’encadrement vieillissant, en perte de vitesse face au puissant Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratique et la paix (RHDP) d’Alassane Ouattara », relève Jeune Afrique.

A en croire le média panafricain, la décision de Thiam de plonger dans l’arène politique aurait été influencée par les troubles socio-politiques qui ont secoué la Côte d’Ivoire en 2020, des événements qui ont apparemment servi de déclic. Les appels au ralliement en sa faveur se multiplient dans diverses régions du pays, illustrant une volonté de changement et de dynamisme au sein du PDCI.

Alors que les débats autour de son éligibilité font rage, la scène politique ivoirienne est en ébullition à l’approche du congrès du PDCI le 16 décembre 2023 à Abidjan. Des accords entre les cinq candidats pourraient être conclus afin d’éviter des divisions internes. L’entrée de Tidjane Thiam dans l’arène politique ivoirienne promet d’être un moment décisif, avec des implications potentielles sur les relations internationales du pays dans les années à venir.

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici