Tidjane Thiam, cosignataire du Texte

Tidjane Thiam et des personnalités lancent un appel: “L’Afrique a besoin d’un allègement de sa dette pour lutter contre COVID-19” “Nous appuyons donc fermement l’appel pressant du FMI et de la Banque mondiale à un allègement bilatéral de la dette des pays à faible revenu”

La lutte contre COVID-19 est plus difficile en Afrique que dans d’autres parties du monde. Mais un moratoire de deux ans sur tous les remboursements de la dette extérieure donnerait au moins aux gouvernements du pays l’espace budgétaire dont ils ont besoin pour faire face à la pandémie.

WASHINGTON, DC – Après un démarrage lent, COVID-19 s’est propagé de plus en plus rapidement dans toute l’Afrique, avec plus de 7 000 cas confirmés et 294 décès dans 45 pays et deux territoires au 7 avril. continuer à tracer un chemin mortel et impitoyable à travers elle, avec des conséquences économiques et sanitaires toujours plus sombres. En tant que première étape essentielle, nous demandons donc un allégement immédiat de la dette des pays africains afin de créer l’espace budgétaire dont les gouvernements ont besoin pour faire face à la pandémie.

Après tout, la lutte contre COVID-19 est plus difficile en Afrique que dans d’autres parties du monde. L’accès à des soins de santé de qualité sur le continent reste limité, malgré les progrès récents de certains pays. Un tiers des Africains ne peuvent pas se laver les mains régulièrement , faute d’accès à l’eau potable. Le manque de réfrigération pour stocker les aliments périssables ou les médicaments rend difficile pour la plupart des ménages de se conformer aux ordonnances de séjour à la maison. Et plusieurs millions de moyens de subsistance des travailleurs sont menacés car ils ont un accès limité à la connectivité à large bande, au télétravail ou à d’autres opportunités pour maintenir leurs revenus de base.

Néanmoins, les gouvernements africains réagissent avec détermination à COVID-19, notamment en instituant des états d’urgence, en exigeant des distances physiques, en imposant des quarantaines forcées et en restreignant les voyages et les rassemblements publics. Et les entreprises du secteur privé, les groupes de la société civile et les mouvements populaires se joignent à la lutte de toutes les manières possibles.

Pour sa part, l’Union africaine, afin d’assurer la synergie et de minimiser les doubles emplois, a adopté une stratégie continentale conjointe et créé une équipe spéciale pour coordonner les efforts des États membres et des partenaires. L’Organisation mondiale de la santé montre également sa détermination à aider les gouvernements africains.

Mais le principal défi est la disponibilité des ressources.

L’Afrique a besoin d’un soutien financier initial de 100 milliards de dollars , car les fortes baisses des prix des produits de base, du commerce et du tourisme – un résultat direct de la pandémie – entraînent un assèchement rapide des recettes publiques. Parallèlement, le retrait des investisseurs des actifs risqués a fait grimper le coût d’emprunt sur les marchés financiers, limitant les options viables de mobilisation des ressources.

Il n’est donc pas surprenant que le paquet moyen de soutien budgétaire annoncé par les gouvernements africains à ce jour ne représente qu’un maigre 0,8% du PIB , soit un dixième du niveau des économies avancées. Et, au-delà du court terme, les besoins de financement supplémentaires du continent pourraient atteindre 200 milliards de dollars .

Il est vrai que les institutions internationales et régionales intensifient leurs efforts pour compléter les efforts nationaux. La Banque africaine de développement a récemment émis une obligation sociale «Fight COVID-19» de 3 milliards de dollars, tandis que la Banque africaine d’import-export a mis en place une facilité de crédit de 3 milliards de dollars.

En outre, le G20 a récemment appelé à une réponse collective coordonnée pour aider les pays les plus vulnérables du monde, s’est engagé à fournir des ressources immédiates sur une base volontaire et a chargé les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales d’élaborer un plan d’action. Des organisations internationales – dont la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Agence des États-Unis pour le développement international, le Fonds mondial et Gavi, la Vaccine Alliance – ont toutes annoncé des programmes de soutien aux pays en développement. Et la forte utilisation de ces programmes par les gouvernements africains illustre les pénuries de ressources auxquelles ils sont confrontés .

Cependant, malgré ces efforts, l’action et le soutien mondiaux à l’Afrique ne sont pas allés assez loin jusqu’à présent. Nous appuyons donc fermement l’appel pressant du FMI et de la Banque mondiale à un allégement bilatéral de la dette des pays à faible revenu. En outre, nous pensons que cela devrait s’accompagner d’un traitement parallèle concernant la dette privée et commerciale, qui représente désormais une part importante de la dette extérieure de nombreux pays africains.

Parce que le temps presse, nous demandons un arrêt de deux ans sur tous les remboursements de la dette extérieure, intérêts et capital. Pendant ce statu quo, le G20 devrait charger le FMI et la Banque mondiale d’entreprendre une évaluation complète de la viabilité de la dette et d’envisager une nouvelle restructuration de la dette, le cas échéant, pour préserver ou rétablir la viabilité de la dette.

L’allégement de la dette devrait également s’étendre aux pays à revenu intermédiaire qui connaissent actuellement une fuite des capitaux et un fardeau de la dette insoutenable. Les évaluations de la viabilité de la dette de ces économies doivent aller au-delà du ratio de la dette au PIB et tenir compte également du ratio des paiements du service de la dette aux recettes publiques. Plusieurs pays à revenu intermédiaire consacrent actuellement 20% ou plus de leurs revenus au service de la dette , ce qui évince les dépenses de santé, d’éducation et d’infrastructure indispensables.

Avec l’avantage d’un allégement immédiat de la dette, les gouvernements africains devraient se concentrer sur la protection des populations vulnérables et le renforcement des filets de sécurité sociale. Et, comme les gouvernements ailleurs, ils devraient également soutenir le secteur privé, en particulier les petites et moyennes entreprises. Cela comprend le paiement des arriérés de ces entreprises et la garantie d’une perturbation minimale des flux de crédit, afin d’éviter une crise bancaire et économique plus profonde et plus prolongée.

Ces mesures contribueront à préserver les emplois. Sans eux, l’Afrique pourrait faire face à une catastrophe humaine et économique sans précédent qui pourrait se transformer en une instabilité politique et sociale encore plus coûteuse.

La pandémie de COVID-19 a révélé l’étendue de notre interconnexion, nous rappelant à quel point les destins de tous les pays sont étroitement liés. Le système de santé mondial n’est aussi solide que son maillon le plus faible: la réussite de la lutte contre la pandémie dans n’importe quel pays sera de courte durée jusqu’à ce que chaque pays réussisse.

Au-delà des réponses immédiates, la pandémie et ses retombées économiques mettent donc en évidence les efforts à plus long terme nécessaires pour renforcer les systèmes de santé en Afrique, diversifier ses économies et élargir les sources de revenus intérieurs. La réalisation de ces objectifs importe non seulement pour le continent, mais pour le monde entier.

Ce texte est également signé par Tidjane Thiam du Council on Foreign Relations; Donald Kaberuka, ancien président de la Banque africaine de développement et président du conseil d’administration du Fonds mondial; Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et chercheur principal non résident à l’Africa Growth Initiative à la Brookings Institution; Strive Masiyiwa, fondateur et président exécutif d’Econet Global; Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie; et Cristina Duarte, ancienne ministre des Finances du Cabo Verde.