Accueil NEWS Afrique La RDC veut exploiter des réserves de pétrole estimées à 5 milliards...

La RDC veut exploiter des réserves de pétrole estimées à 5 milliards de barils

19
0

Le pays produit actuellement 25 000 barils de pétrole par jour à partir de son bassin côtier, en partenariat avec le producteur d’hydrocarbures indépendant Perenco.

Avec 180 millions de barils de réserves pétrolières, la République démocratique du Congo (RDC) se lance dans une vaste campagne afin d’exploiter ses ressources pour renforcer la sécurité énergétique et la croissance du PIB.

Alors que le pays intensifie ses activités en amont, le forum Invest in African Energy (IAE) 2024, prévu les 13 et 14 mai à Paris, mettra en lumière les opportunités d’investissement lucratives couvrant la chaîne de valeur du pétrole et du gaz de la RDC.

Avec la participation des principaux décideurs politiques et leaders de l’industrie en Afrique – y compris la participation confirmée de Didier Budimbu Ntubuanga, ministre congolais des Hydrocarbures – le forum IAE mettra en relation des projets d’énergie et d’infrastructure avec des investisseurs mondiaux, dans le but de faire progresser l’exploration, le transport, le traitement et la distribution du pétrole et du gaz en RDC et dans la région de l’Afrique de l’Est.

Le pays produit actuellement 25 000 barils de pétrole par jour à partir de son bassin côtier, en partenariat avec le producteur d’hydrocarbures indépendant Perenco. Cependant, avec d’autres bassins riches en hydrocarbures encore inexploités – tels que le très prometteur Albertine Graben, partagé avec l’Ouganda – la RDC représente un marché frontière avec un potentiel significatif pour les explorateurs de pétrole et de gaz.

Organisé par Energy Capital & Power, IAE 2024 est un forum exclusif conçu pour faciliter les investissements entre les marchés énergétiques africains et les investisseurs mondiaux. Se déroulant les 14 et 15 mai 2024 à Paris, l’événement offre aux délégués deux jours d’engagement intensif avec des experts de l’industrie, des développeurs de projets, des investisseurs et des décideurs politiques.

Avec Perenco et le géant français TotalEnergies déjà actives dans le pays, la RDC cherche à renforcer la collaboration avec des partenaires internationaux pour stimuler les investissements en amont.

Pour atteindre cet objectif, la RDC a lancé une initiative d’expansion du marché en amont, en initiant un cycle d’octroi de licences pour 30 blocs au début de 2022, visant à débloquer des réserves de pétrole évaluées à 650 milliards de dollars.

En janvier 2023, la RDC a attribué des licences d’exploration et de production pour trois blocs de gaz du lac Kivu aux sociétés énergétiques nord-américaines Symbion Power, Winds Energy & Production et Alfajiri Energy. Ces attributions ouvrent la voie au développement d’un projet de transformation du gaz en électricité par Symbion Power, d’une valeur de 300 millions de dollars et d’une capacité de 60 MW, qui pourrait débloquer l’expansion de la chaîne de valeur du gaz dans le pays.

Le lancement par Perenco d’une nouvelle plateforme de production et de formation de gaz offshore en mai dernier permet également de stimuler la production nationale de gaz, tout en formant la main-d’œuvre locale.

La RDC donne la priorité à la collaboration avec les gouvernements régionaux et les parties prenantes afin d’attirer les investissements et de favoriser le développement du contenu local.

En juillet dernier, le pays a signé un accord avec l’Angola pour le développement conjoint du bloc 14, situé à la frontière maritime des deux pays. L’accord n’encourage pas seulement les investissements de Chevron, l’opérateur du bloc, mais augmente également la fourniture de produits pétroliers raffinés par l’Angola à la RDC, renforçant ainsi la résilience énergétique du pays. En outre, le partenariat prévoit des initiatives de partage des connaissances visant à établir les meilleures pratiques et à développer les industries pétrolières et gazières respectives des deux pays.

En mai dernier, la RDC a signé un accord avec l’Ouganda qui prévoit que le pétrole produit dans le graben Albertine de la RDC sera transporté via l’oléoduc est-africain prévu et exporté vers les marchés mondiaux.

La RDC a également conclu un accord avec la Guinée équatoriale en 2022 pour la construction d’une raffinerie et d’installations de stockage. Ces deux initiatives devraient ouvrir une nouvelle ère de développement en aval et en milieu de chaîne, facilitant l’exportation du pétrole brut de la RDC vers de nouveaux marchés.

PR/lb/ac/APA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici