Macron regarde la politique africaine de la France s’effondrer – Par Hugh Schofield BBC News, Paris

Pourquoi les problèmes semblent-ils si souvent s’aggraver alors qu’ils devraient s’améliorer ? Ou, dans un contexte franco-africain, comment se fait-il que le président Emmanuel Macron examine les lambeaux de la politique française – les coups d’État dans quatre États francophones – alors que l’on pensait qu’il avait tourné le dos à tout le post-colonialisme pervers d’autrefois ?

Personne ne conteste qu’il y a effectivement eu une longue période – correspondant à peu près à la guerre froide – pendant laquelle la France a utilisé une certaine dose de magouilles et de force militaire pour promouvoir ses intérêts dans la Françafrique.

Mais personne ne peut nier le fait que, depuis un quart de siècle, le message de Paris a été que ces jours – officiellement du moins – sont révolus.

Fini la demande automatique faite aux soldats français de soutenir un autocrate chancelant ; Fini les millions de pots-de-vin qui ont contribué à financer les partis politiques français.

Au lieu de cela, les mots à la mode d’aujourd’hui sont « démocratisation », « autonomisation », « coopération » et « engagement avec les jeunes ».

Selon un responsable de l’Élysée : « Cela faisait très longtemps que nous n’avions pas eu nos hommes dans les palais présidentiels ».

Il serait peut-être naïf de prétendre que tout va bien et qu’il n’y a pas encore de pressions et d’édulcorants néfastes qui vont et viennent entre Paris et les capitales francophones.

Mais il est certainement aussi exagéré de prétendre que l’influence française est comparable à ce qu’elle fut autrefois.

Pour prendre le cas du Gabon – souvent considéré comme le symbole d’un postcolonialisme corrompu – il est certainement vrai que le père du président déchu Ali Bongo, Omar Bongo, a été considéré avec condescendance comme « l’un des nôtres » par les présidents français successifs, et qu’il en a bénéficié en conséquence, tout comme eux

. .
Mais si l’influence française est toujours aussi grande, comment se fait-il qu’Ali Bongo ait pris des mesures pour sortir le Gabon de la Francosphère au point de rejoindre le Commonwealth l’année dernière ?

L’accumulation de richesses des Bongos – et leur présence à Paris – était sans aucun doute légendaire. Mais n’est-ce pas l’action des juges anti-corruption français, sans aucune entrave politique, qui a conduit à sa révélation et à des poursuites pénales contre des membres de la famille Bongo, poussant sans doute Ali dans les bras des Anglophones ?

Et si Paris a toujours un regard sur le Cameroun voisin, comment se fait-il que son leader Paul Biya ait récemment assisté au sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, souriant aux côtés de Vladimir Poutine ?

Le fait est – selon le journaliste Amaury Coutansais, auteur du Piège africain de Macron – que la France vit un « anachronisme historique », dans lequel on lui attribue des pouvoirs qui n’existent tout simplement plus.

« L’Afrique s’est mondialisée », dit-il. « De nos jours, les présidents africains ont le monde entier dans leur salle d’attente : les Turcs, les Russes, Israël, et même les alliés de la France comme l’Allemagne, les Pays-Bas et les Etats-Unis. »

« Les oppositions en Afrique imaginent que la France est encore toute-puissante. En réalité, pendant que la France faisait tout le sale boulot de police, ses rivaux peaufinaient les contrats. »

Alors, pour revenir à la question initiale : si l’influence française est en déclin en Afrique, comment se fait-il que nous assistions aujourd’hui à la réaction la plus féroce à son encontre ?

Cela aurait sûrement été plus approprié lorsque Monsieur Afrique de l’ancien président Charles De Gaulle, Jacques Foccart, organisait réellement des coups d’État dans les années 1960 et au-delà, et lorsque des sacs d’argent sale transitaient réellement vers l’aéroport du Bourget, près de Paris.

La réponse se présente en deux parties.

Premièrement, il existe une raison psychologique profondément enracinée pour laquelle, dans toutes sortes de domaines, la perception de la gravité d’un problème augmente proportionnellement à son apparente amélioration. Il existe probablement une loi quelque part qui décrit le processus.

Lorsque les gens sont profondément enfouis dans une injustice ou une discrimination, ils ont du mal à voir la situation dans son ensemble. De petites améliorations sont tout ce que l’on peut attendre et sont les bienvenues. Ce n’est que lorsque les gens commencent à imaginer une émancipation totale qu’ils perçoivent toute l’étendue de leur assujettissement. Et ils deviennent encore plus en colère.

C’est une théorie. La présence coloniale de la France au Sahel et en Afrique centrale était si bien ancrée qu’elle ne pouvait que provoquer un sentiment d’indignation accru parmi les jeunes générations actuelles beaucoup plus sûres d’elles, a l’heure de la post-mondialisation.

Comme le dit Coutansais : « Tout passe, sauf le passé ».

La seconde explication ne contredit pas la première, mais la complète.

C’est que les Français n’ont pas tort de voir des mains extérieures à l’œuvre.

Dans un discours prononcé lundi devant les ambassadeurs de France, le président Macron a qualifié « l’alliance baroque entre panafricains autoproclamés et néo-impérialistes » qui, selon lui, a provoqué la récente « épidémie de putschs » en Afrique francophone, en faisant référence au Gabon, Niger, Burkina Faso, Guinée et Mali.

Aux yeux du président Macron, les « néo-impérialistes » sont la Russie et la Chine, qui, selon lui, ont déversé des mots empoisonnés dans l’esprit trop enthousiaste des putschistes en herbe et ont hypocritement attisé de vieux débats sur la souveraineté et l’exploitation coloniale.

Pour lui, la France est présente au Sahel non pas pour vaincre ses anciennes colonies, mais « parce qu’il y a une menace terroriste et que des Etats souverains nous ont demandé de l’aider ».

Croire le contraire, a-t-il déclaré lundi, revenait à vivre dans un « monde devenu fou ».

Mais l’ évidence reste que, beaucoup de personnes préfèrent la théorie du complot au discours accusateur français, c’est pourquoi, alors que les relations entre la France et les jeunes africains devraient s’améliorer, elles s’empirent.

Traduit de l’Anglais

Advertisement

3 Commentaires

  1. I used to be more than happy to seek out this net-site.I needed to thanks in your time for this wonderful read!! I undoubtedly enjoying each little little bit of it and I’ve you bookmarked to check out new stuff you blog post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici