À la suite d’un coup d’État en juillet, le Niger est devenu le dernier foyer de désinformation dans la région troublée du Sahel alors que les puissances ouest-africaines s’efforcent d’élaborer une réponse à la crise politique.

Des fausses rumeurs et des vidéos trompeuses aux clips audio manipulés, l’AFP a démystifié plus d’une douzaine d’affirmations sur les réseaux sociaux soutenant ou discréditant les putschistes après avoir renversé le président Mohamed Bazoum le 26 juillet.

Peu de temps après son éviction, des images amateurs d’une grande marche ont fait surface en ligne prétendant montrer un rassemblement pro-Bazoum à Niamey, la capitale du Niger, le 6 août. En réalité, le clip a été filmé le jour de la destitution du président.

Une autre vidéo virale aurait présenté le ministre des Finances déchu du Niger pleurant après que les putschistes lui aient donné un ultimatum pour rendre compte des fonds manquants ou faire face à la mort.

Mais l’AFP a découvert que le clip, datant de 2021, montrait en fait l’ancien ministre nigérien de la justice Marou Amadou exprimant sa gratitude à l’ex-président Issoufou Mahamadou.

Des rapports trompeurs sur l’ingérence étrangère dans la crise ont abondé alors que l’incertitude grandissait quant à la possibilité que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) utilise la force militaire pour inverser le coup d’État.

Le bloc régional, présidé par le président nigérian Bola Tinubu, n’a pas tardé à condamner l’éviction de Bazoum et à empiler les sanctions contre Niamey quelques jours après la prise de contrôle, le Nigeria – principal fournisseur d’électricité du Niger – coupant l’approvisionnement.

Il y a également eu de fausses allégations sur des avions de chasse français atterrissant au Sénégal pour soutenir une éventuelle intervention de la CEDEAO, ou sur des combattants du groupe de mercenaires russes Wagner et des troupes burkinabés arrivant au Niger pour soutenir les nouveaux dirigeants.

– Points de vue « populaires » anti-occidentaux –

Le Niger enclavé a rejoint ses voisins le Mali et le Burkina Faso pour devenir le troisième pays du Sahel en trois ans à subir un coup d’État.

Comme ailleurs dans la région, le sentiment anti-français est en hausse au Niger. Ses nouveaux chefs militaires ont le soutien d’autres ex-colonies françaises, le Mali et le Burkina Faso, qui ont tourné le dos à Paris en faveur de liens plus étroits avec Moscou.

En mai, Bazoum a déclaré au journal britannique The Independent que Wagner avait parrainé des « campagnes de désinformation contre nous ».

Certains analystes, cependant, ont déclaré qu’il y avait peu de signes d’offensives organisées à grande échelle visant à diffuser de faux contenus comme on le voit dans d’autres pays africains.

La désinformation sur le Niger post-coup d’État ne semblait pas « particulièrement bien coordonnée ou gérée de manière centralisée », a déclaré Ikemesit Effiong, analyste au cabinet de conseil géopolitique SBM Intelligence au Nigeria.

Néanmoins, les partisans du coup d’État ont « largement amplifié la menace d’un conflit avec la CEDEAO, en particulier le Nigeria ainsi que la France, pour mobiliser un soutien en ligne et sur le terrain » dans une région où « les opinions anti-impérialistes et anti-occidentales sont populaires et faciles à vendre ». », a déclaré Effiong.

– Réseau de propagande pro-russe –

Des experts ont déclaré à l’AFP que la propagation de la désinformation ciblant le Niger reflétait un schéma déjà observé ailleurs sur le continent : elle provient généralement de plateformes cryptées comme Telegram et WhatsApp avant d’être partagée sur d’autres applications de médias sociaux.

De plus, plusieurs comptes anti-français et pro-russes qui publient de la propagande sur le Mali et le Burkina Faso ont également promu de fausses déclarations sur le Niger.

L’un de ces acteurs est le Groupe panafricain pour le commerce et l’investissement (GPCI), une société de médias fondée par l’homme d’affaires pro-russe Harouna Douamba, originaire du Burkina Faso.

Le GPCI est au cœur d’un vaste réseau de sites Web et de pages Facebook poussant la désinformation à attiser davantage les tensions, selon le consortium d’enquête All Eyes on Wagner.

Par exemple, l’AFP a découvert que l’un de ses comptes rendus avait récemment allégué que la France préparait un « complot pour déstabiliser » le Niger et armer des « terroristes ».

Le GPCI a également publié des avertissements concernant une intervention militaire imminente sur des « sites suspects impliqués dans la diffusion de fausses informations » au Tchad et au Nigeria par exemple, selon un analyste français qui gère le compte bien connu de Casus Belli sur X (anciennement Twitter), qui surveille les sites suspects. contenu en Afrique.

L’analyste, qui s’est entretenu avec l’AFP sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité, a déclaré que la chaîne de télévision panafricaniste Afrique Media était également impliquée dans la campagne de désinformation.

Le diffuseur basé au Cameroun s’est associé à la société d’État Russia Today et rend régulièrement compte des opérations de Wagner en Afrique.

Le 9 août, la chaîne a partagé une vidéo prétendant montrer que Bazoum avait l’air détendu après avoir prétendument signé une lettre de démission.

En effet, le dirigeant déchu est retenu prisonnier à son domicile depuis le 26 juillet, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dénonçant « les conditions de vie déplorables dans lesquelles vivraient le président Bazoum et sa famille ».

La vague actuelle de désinformation est autant l’œuvre d’acteurs locaux que d’influences étrangères, a déclaré Maixent Some, un analyste financier burkinabé qui suit la désinformation liée à l’Afrique sur les réseaux sociaux.

« Il y avait un sentiment anti-français bien avant l’arrivée de la Russie » et Moscou a su capitaliser sur ce sentiment, dit-il à l’AFP.

Pendant ce temps, certains ont déclaré que les militants panafricains utilisaient leur alliance avec la Russie pour promouvoir des «agendas personnels», y compris des ambitions politiques.

Par Tonye Bakare

Advertisement

3 Commentaires

  1. Hi! This is my first visit to your blog! We are a collection of volunteers and starting a new initiative in a community in the same niche. Your blog provided us useful information to work on. You have done a extraordinary job!

  2. Thank you, I’ve recently been looking for information about this topic for
    ages and yours is the best I have discovered till now.
    But, what in regards to the conclusion? Are you certain concerning the source?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici