Le coup d’État militaire au Niger le mois dernier n’était pas un événement isolé et ponctuel que le reste du monde peut se permettre d’ignorer. L’Afrique de l’Ouest court désormais un plus grand risque d’effondrement de la gouvernance, une évolution qui ouvrirait la porte à une nouvelle expansion des mouvements djihadistes extrémistes dans la région.

Ces dernières années, les développements intérieurs au Niger – en fait, dans la région sahélienne de l’Afrique du Nord – n’ont guère attiré l’attention du reste du monde, sauf à Paris, où les décideurs français s’intéressaient encore à l’Afrique francophone. Mais le coup d’État militaire au Niger le 26 juillet a tout changé.

Auparavant relativement stable et démocratique, le Niger était considéré comme le dernier rempart contre la propagation de la violence et des troubles politiques dans la région, en grande partie provoqués par des mouvements djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique. Du fait en partie de la guerre civile en Libye, ces groupes ont réussi à s’emparer du nord du Mali début 2012, obligeant ainsi la France à intervenir militairement pour empêcher la capitale, Bamako, de tomber aux mains d’insurgés extrémistes.

Cet épisode a inauguré une décennie d’engagement militaire international pour contenir la menace djihadiste et stabiliser la région. Les opérations militaires menées par la France, l’Union européenne, les États-Unis et les gouvernements africains se sont succédées. La plus importante, une mission des Nations Unies déployée au Mali en 2013, a mobilisé quelque 15 000 casques bleus .

Pendant ce temps, l’UE a envoyé des missions de formation, la France a mené des opérations antiterroristes distinctes et les États-Unis ont progressivement accru leur implication en fournissant un soutien militaire et d’autres formes de soutien.

Malgré leur ampleur, ces interventions n’ont été que partiellement couronnées de succès. Un accord de paix de 2015, conclu à Alger, visait à combler le fossé politique entre le nord et le sud du Mali, mais il était loin d’être parfait. La situation sécuritaire du pays s’est à nouveau lentement détériorée et, en 2020, le Mali a subi un coup d’État, suivi d’un autre un an plus tard.

Les putschistes se sont alors retournés contre les efforts d’engagement internationaux en cours dans le pays. Fin 2021, ils ont invité le mercenaire russe Wagner Group à apporter une aide à la sécurité et ont demandé aux Français de partir. Le résultat a été une plus grande insécurité intérieure . Wagner a occupé les anciennes bases françaises et mené des opérations avec peu de considération pour les vies civiles. L’une de ses principales priorités a été de sécuriser l’accès aux ressources économiques du Mali, principalement les minéraux.

Plus tôt cette année, le régime putschiste a demandé à l’ONU de partir. Les Casques bleus sont en train de plier bagages et seront partis avant la fin de l’année. Il reste peu de choses de l’accord d’Alger et des groupes djihadistes ont pris le contrôle de la majeure partie du nord du pays. De là, ils ont exporté la violence vers le Burkina Faso voisin, qui a par conséquent eu deux coups d’État en 2022. Le propre régime de coup d’État du Burkina Faso a depuis suivi le modèle malien et aurait fait venir Wagner, répétant le même cycle et sapant davantage la sécurité à la fois dans ce pays et à travers la région.

C’est dans ce contexte qu’est apparue la crise actuelle du Niger. L’un des pays les plus pauvres du monde, le Niger est aussi l’un des plus jeunes. Sa population d’environ 25 millions d’habitants devrait atteindre près de 70 millions d’ici le milieu du siècle. Avec la majeure partie du territoire du pays comprenant un désert aride, le gouvernement dépend de l’aide étrangère pour environ 40% de son budget .

Mais en raison de ses références démocratiques et de son bilan relativement solide dans la lutte contre l’instabilité islamiste et (maintenant) d’inspiration russe, il était devenu une plaque tournante pour les efforts d’engagement international dans la région. Josep Borrell , le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, vient de visiter le pays début juillet. Pendant son séjour, il a félicité le président Mohamed Bazoum – qui a depuis été détenu – pour ce que son administration avait accompli, a visité une mission de sécurité de l’UE et a coupé le ruban d’une vaste nouvelle centrale solaire.

Les États-Unis ont également accru leur présence au Niger, dépensant 110 millions de dollars pour une base de drones près de la ville d’Agadez. Au moment du coup d’État, plus d’un millier de militaires américains se trouvaient dans le pays. De même, la France avait 1 500 soldats au Niger, et ils avaient été rejoints par des troupes italiennes, allemandes et canadiennes.

Ces coups d’État en cascade constituent une menace profonde pour les démocraties restantes d’Afrique de l’Ouest. La plus grande puissance de la région, le Nigeria, a été le fer de lance d’une réponse plus large, avec son président récemment élu, Bola Ahmed Tinubu, allant jusqu’à menacer d’une intervention militaire contre les putschistes nigériens. Si la diplomatie est à privilégier, l’intérêt des Nigérians pour leur voisin est compréhensible. Ils ont trop en jeu pour être indifférents.

En fait, c’est la même chose pour l’Europe et bien d’autres, qu’ils veuillent ou non l’accepter. Un effondrement progressif de la gouvernance en Afrique de l’Ouest ouvrirait la porte à une nouvelle expansion des affiliés de l’État islamique et d’Al-Qaïda, et l’influence de ces groupes donnerait lieu à des défis humanitaires, sécuritaires et migratoires pour lesquels il n’y aurait pas de réponses faciles. Il n’y a pas que l’Ouest et les voisins du Niger qui doivent être concernés. En tant que deuxième investisseur au Niger, la Chine devrait également l’être.

Pour l’instant, on espère qu’une diplomatie régionale robuste permettra un retour à la stabilité au Niger. Mais si la diplomatie échoue, d’autres options, comme une intervention militaire contestée, deviendront plus probables, posant encore plus de problèmes dans une région déjà tendue.

Advertisement

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici