Les dirigeants des pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont décidé de lever une partie des sanctions contre le Niger « avec effet immédiat », a annoncé le président de la Commission de l’organisation régionale ce samedi à Abuja. Des sanctions avaient été imposées à Niamey après la prise du pouvoir d’un régime militaire qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, en juillet. Les frontières et l’espace aérien seront notamment rouverts, a-t-il été précisé à l’issue de ce sommet extraordinaire.

Levée du blocage des transactions financières et bancaires, fin du blocus énergétique, retour des vols commerciaux au départ et à l’arrivée du Niger, invitation officielle lancée aux dirigeants des juntes et transitions des quatre pays jusque-là suspendus pour les prochaines sessions de la conférence des chefs d’État et de gouvernement…

La Cédéao retire donc quasiment toutes ses sanctions vis-à-vis du Niger, et demande la libération immédiate de Mohammed Bazoum. Le communiqué final de l’organisation sous-régionale ne précise pas clairement si le retrait des sanctions est conditionné à la demande de libération de M. Bazoum.

Les discussions entre chefs d’État de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ne sont pas terminées. Les chefs d’État du Togo, du Bénin, du Sénégal, de Côte d’Ivoire et de Guinée-Bissau finalisent un texte qui formera la proposition de réponse complète et la réponse du moment à la crise ouverte entre la Cédéao d’un côté, et de l’autre le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici