Une affaire de 40 milliards FCFA oppose la Société ivoirienne de banque (SIB) à un opérateur économique ivoirien, Michel Koffi Directeur général d’une société immobilière depuis 2020, aujourd’hui en exil.

Dr Boga Sako Gervais Président de la Fondation internationale pour les droits de l’homme et la vie politique ( Fidhop) a animé une conférence de presse vendredi 03 mai 2024 à la Maison de la presse au Plateau portant sur ce sujet pour dénoncer l’injustice faite à Michel Koffi, Directeur général de DICI immobilier. Il a axé son intervention autour du thème « graves détournements de fonds privés en Côte d’Ivoire».
Dr Boga Sako a annoncé qu’il va s’investir dans cet important dossier afin qu’il connaisse une issue favorable pour M. Julien Koffi pour qu’il rentre en possession de son argent qui devrait lui permettre de réaliser son projet immobilier visant à construire 80.000 logements pour une projection de 8500 emplois directs.

Pour atteindre ses objectifs, le président de la Fidhop entend mener les démarches nécessaires auprès des autorités compétentes dont le Premier Ministre Robert Beugré Mambé qu’il invite à instruire le Garde des sceaux, ministre de la justice de faire la lumière sur cette affaire.
Il a aussi exhorté « le Président de la République Alassane Ouattara, en sa qualité de garant du respect de l’Etat de droit consacré dans la constitution ivoirienne, de veiller personnellement sur cette affaire qui ternit l’image de la Côte d’Ivoire à l’étranger»

Cette conférence de presse fut l’occasion pour Dr Boga Sako Gervais de faire la genèse de cette affaire qui remonte à 2020. En fait, il s’agit de Julien Koffi, un jeune opérateur économique ivoirien qui dirige une entreprise immobilière et qui a contracté un prêt d’un montant total de 40 milliards de FCFA auprès de deux structures financières étrangères qui ont approuvé son projet immobilier en accordant un financement à sa structure immobilière.

Cet emprunt remboursable selon un échéancier conclu avec les bailleurs était destiné à la réalisation de 80.000 logements au bénéfice de plusieurs structures, organisations et syndicats avec lesquels il a signé des contrats. Malheureusement son projet, jusque-là, ne verra pas le jour parce que ce dernier n’a pu entrer en possession de ses fonds virés à la Sib. La suite pour lui sera un véritable imbroglio juridico-financier. Il sera confronté à des contorsions judiciaires sur plainte de la banque SIB qui héberge le compte de son notaire. La Sib s’est défendue de ne pas avoir eu trace de ce virement issu d’une banque anglaise. Ses avocats avaient démontré le faux dans cette affaire. Et sur plainte de la SIB, Julien Koffi est arrêté, jugé, condamné et jeté en prison pour des chefs d’accusation entre autres, de faux en écriture bancaire privée portant sur la somme de 30 millions d’euros, tentative d’escroquerie, etc.
« C’est un dossier gravissime qui est inquiétant puisse qu’il y a eu mort d’homme. Le compte personnel de Julien Koffi est verrouillé. Il est victime de chantage», a dénoncé Dr Boga Sako.
Michel Tébily, le représentant des bailleurs de fonds, jugé et condamné dans le cadre de cette affaire aurait trouvé la mort, a révélé le conférencier.

Lors de son intervention par visioconférence depuis son lieu d’exil, M. Koffi a souligné que dans le cadre de cette affaire il a effectué toutes les démarches nécessaires auprès des autorités ivoiriennes qui sont restées sans suite. Il a sévèrement critiqué la justice ivoirienne en demandant qu’elle joue effectivement son rôle en observant l’impartialité dans ses jugements. Poursuivant, Michel Koffi a indiqué que la non-exécution de son projet a eu des conséquences catastrophiques sur sa structure. Enfin, il a prévenu que si la justice ivoirienne est incapable de trouver une issue à cette affaire qui lui permettra de rentrer en possession de ses fonds il se réservera le droit de se tourner vers la justice internationale.

A. Zatté. connectionivoirienne.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici