Par SEM Mohamed Bazoum, 
Président de la République du Niger 
 
J’écris ceci en tant qu’otage. Le Niger est attaqué par une junte militaire qui tente de renverser notre démocratie, et je ne suis que l’un des centaines de citoyens qui ont été emprisonnés arbitrairement et illégalement. Ce coup d’État, lancé contre mon gouvernement par une faction militaire le 26 juillet, n’a aucune justification. Si elle réussit, elle aura des conséquences dévastatrices pour notre pays, notre région et le monde entier.
 
Notre gouvernement est arrivé au pouvoir grâce à des élections démocratiques en 2021. Toute tentative visant à renverser un gouvernement légitime doit être combattue, et nous apprécions les condamnations fermes et sans équivoque de cet effort cynique visant à saper les progrès remarquables réalisés par le Niger dans le cadre de la démocratie. Les États-Unis, les Unions africaine et européenne et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont affirmé haut et fort : ce coup d’État doit cesser et la junte doit libérer tous ceux qu’ils ont illégalement arrêtés.
 
Les comploteurs du coup d’État prétendent à tort qu’ils ont agi pour protéger la sécurité du Niger. Ils prétendent que notre guerre contre les terroristes djihadistes échoue et que ma gouvernance économique et sociale, y compris les partenariats avec les États-Unis et l’Europe, a nui à notre pays.
 
En fait, la situation sécuritaire du Niger s’est considérablement améliorée, facilitée par les partenariats auxquels la junte s’oppose. L’aide étrangère constitue 40 pour cent de notre budget national, mais elle ne sera pas délivré si le coup d’État réussit.
 
Au sud, où nous faisons face au groupe terroriste Boko Haram, il n’y a presque pas eu d’attaques depuis deux ans, et les réfugiés retournent dans leurs villages. Pour témoigner de cette réalité, nos partenaires, dont l’Agence américaine pour le développement international, passent de l’aide humanitaire à des initiatives de développement telles que la construction d’énergies durables, l’amélioration de la productivité agricole et l’éducation de la prochaine génération de dirigeants nigériens.
 
Le nord et l’ouest du pays n’ont pas non plus subi d’attaques majeures depuis que j’ai pris mes fonctions en 2021. Grâce au soutien de nos alliés et à la formation de nos partenaires, y compris la Garde nationale de l’Indiana, le Niger est aujourd’hui le plus sûr qu’il ait été au cours des 15 dernières années.
 
Notamment, la situation sécuritaire du Niger est nettement meilleure que celle de nos voisins, le Mali et le Burkina Faso, dont les gouvernements, tous deux installés par des prises de pouvoir militaires, soutenir le coup d’État illégal. Plutôt que de répondre aux préoccupations de sécurité en renforçant leurs propres capacités, ils emploient des mercenaires russes criminels tels que le Groupe Wagner au détriment des droits et de la dignité de leur peuple.
 
Mon gouvernement a également réussi en matière de gouvernance économique et sociale. Après une lente reprise du covid-19 en 2021, notre taux de croissance par habitant plus que triplé à 7,4 pour cent l’an dernier.
 
2022 a été la première année du Niger sans un seul jour d’école perdu par des grèves d’enseignants ou d’étudiants. Les travailleurs ne se sont pas mis en grève dans un secteur important, et mon administration a signé des accords historiques avec les syndicats pour créer un environnement de travail plus sûr et plus stable à travers le pays.
 
Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cet élan. Reconnaissant la menace que la chute potentielle du Niger fait peser sur la région, nos voisins de la CEDEAO ont annoncé des sanctions sans précédent, y compris une interdiction des exportations et des importations de pétrole, et une suspension des transactions financières transfrontalières.
 
Ces mesures montrent déjà à quoi ressemblerait un avenir sous une junte autocratique sans vision ni alliés fiables. Le prix du riz a augmenté de 40 pour cent entre dimanche et mardi, et certains quartiers ont commencé à signaler des pénuries de biens et d’électricité.
 
Dans la région agitée du Sahel en Afrique, le Niger est le dernier bastion du respect des droits de l’homme au milieu des mouvements autoritaires qui ont pris le pas sur certains de nos voisins. Si cette tentative de coup d’État est une tragédie pour les Nigériens, son succès aurait des conséquences dévastatrices bien au-delà de nos frontières.
 
Avec une invitation ouverte des comploteurs de coup d’État et de leurs alliés régionaux, toute la région centrale du Sahel pourrait tomber sous l’influence russe via le groupe Wagner, dont le terrorisme brutal a été mis en évidence en Ukraine.
 
Boko Haram et d’autres mouvements terroristes profiteront certainement de l’instabilité du Niger, en utilisant notre pays comme un terrain d’étape pour attaquer les pays voisins et saper la paix, la sécurité et la liberté dans le monde. Ils intensifieront leurs efforts pour cibler nos jeunes avec un endoctrinement anti-occidental haineux, les montant contre les partenaires mêmes qui nous aident à bâtir un avenir plus porteur d’espoir.
 
À l’heure où nous en avons besoin, j’appelle le gouvernement américain et toute la communauté internationale à nous aider à rétablir notre ordre constitutionnel. Lutter pour nos valeurs communes, y compris le pluralisme démocratique et le respect de l’État de droit, est le seul moyen de progresser durablement dans la lutte contre la pauvreté et le terrorisme. Le peuple nigérien n’oubliera jamais votre soutien en ce moment charnière de notre histoire.
 
SEM MOHAMED BAZOUM
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU NIGER
Advertisement

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici