Je soutiens l'abbé Abékan – ConnectionivoirienneJe voudrais apporter tout mon soutien à l’abbé Norbert Abékan qui, ce lundi 26 février, donnait aux démolisseurs de bidonvilles le conseil suivant: ”Vous voulez rendre plus beau le visage de ce pays? Alors, commencez par vos villages de cases plongés dans la nuit et les broussailles.”

Par Jean Claude DJÉRÉKÉ. Né en 1962 en Côte d’Ivoire, Jean-Claude Djéréké est auteur de plus de 17 ouvrages. Chercheur associé au CERCLECAD (Ottawa, Canada), il enseigne la littérature et les cultures africaines à Bryn Mawr College, Philadelphie (USA).

Je voudrais dire quatre petites choses à propos de ce conseil avec lequel je suis entièrement d’accord.

Primo, le développement, l’embellissement et la modernisation de la Côte d’Ivoire devraient effectivement commencer par le Nord dont certains nous ont dit qu’il avait été abandonné et exclu. Si je ne me trompe pas, c’est pour “réhabiliter ce Nord délaissé” que des “justiciers” prirent les armes et attaquèrent le pays dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002. Or que constatons-nous aujourd’hui? N’est-ce pas au Sud que les fils et filles du Nord continuent de bâtir ou d’acheter des immeubles et des villas? Où est la cohérence?

Secundo, ces justiciers ne commettent-ils pas une grave injustice en devenant maires et députés dans les villes du Sud et du Nord alors que ni un Yao, ni un Akoun, ni un Dago, ni un Zamblé n’exerce cette fonction au Nord?

Tertio, ce n’est pas en multipliant les ponts et échangeurs qu’on règlera le problème de l’engorgement d’Abidjan. La vraie solution, c’est de transférer la Présidence, l’Assemblée nationale, le Conseil économique et social et certains ministères à Yamoussoukro. Cette proposition ne devrait pas poser de problème à une personne qui, en plus de se revendiquer de l’houphouëtisme, avait promis pendant la campagne électorale de 2010 de s’installer dans la capitale politique. Être homme, n’est-ce pas aussi tenir ses promesses?

Quatrième et dernière remarque, je dirais que ce sont toutes les villes du pays qui ont besoin d’être équipées, développées, modernisées car le développement doit profiter à tous. Si partout, dans le pays, on peut trouver des Chu, universités, usines, stades, bibliothèques, supermarchés et routes de qualité, qui voudra se rendre à Abidjan ?

Jean-Claude Djéréké

————————————————————————————–

ImageLe mardi 27 février 2024, j’ai effectué une visite à l’Eglise Saint-Jacques à Cocody Les Deux Plateaux, où j’ai partagé un moment d’échange significatif avec le Père Norbert Abékan, en présence du Chef du village d’Anono et de sa notabilité. Cette visite s’inscrit dans notre engagement continu à dialoguer et à tisser des liens solides avec les leaders communautaires et spirituels, afin de renforcer les synergies au service du bien-être de nos concitoyens. Au cours de cette rencontre, nous avons abordé la question préoccupante des actions de libération des emprises du domaine public, entreprises dans le cadre de la prévention des risques liés à la saison des pluies. J’ai tenu à clarifier que ces mesures, loin d’être des démarches de destruction arbitraire, visent à adresser de manière proactive les zones à risque, identifiées au nombre de 176, dont 77 nécessitent une intervention urgente. Ces opérations, menées en étroite collaboration avec l’Office National de la Protection Civile (ONPC), l’Office National de l’Assainissement et du Drainage (ONAD), ainsi que plusieurs autres entités, soulignent notre détermination à garantir la sécurité de nos concitoyens, tout en préservant l’intégrité de nos quartiers.
Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici