Razi Mousavi, l’un des commandants de l’armée des « Gardiens de la révolution iranienne » a été tué dans une attaque israélienne en Syrie

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré que « Tel Aviv devrait s’attendre à un compte à rebours difficile » après l’assassinat d’un commandant des Gardiens de la révolution dans une attaque israélienne en Syrie.

Hier lundi, Razi Mousavi, l’un des commandants des Gardiens de la révolution iraniens, a été tué dans une attaque menée par Israël en Syrie.

Sur son compte sur la plateforme « X », Abdollahian a présenté ses sincères condoléances à la famille Mousavi et aux peuples iranien et syrien.

Il a expliqué que Mousavi était « le conseiller de l’Iran dans la lutte contre le terrorisme en Syrie », soulignant qu’il avait été dans la région pendant de nombreuses années aux côtés du général Qassem Soleimani, assassiné par les États-Unis début 2020 lors d’une frappe aérienne en Irak.

Abdollahian a poursuivi : « Tel Aviv devrait s’attendre à un compte à rebours difficile ».

Un communiqué des Gardiens de la révolution iraniens a confirmé la mort de Mousavi, qu’il a décrit comme un « conseiller militaire et expert », lors d’un bombardement israélien près de la capitale syrienne, Damas.

L’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim a déclaré que Mousavi, qui était un « conseiller militaire » en Syrie, avait été tué dans une attaque menée par Israël près de Damas.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici