L'ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié (1993-1999)

Dans une interview accordée à France 24, l’ancien président ivoirien Henri Konan-Bédié, candidat à la présidentielle prévue le 31 octobre, affirme qu’il se présente, non pas pour faire de la figuration, mais bien pour gagner. Tout juste désigné candidat par son parti, le PDCI-RDA, il nie que son âge avancé – 86 ans – soit un désavantage et s’engage au contraire à faire une place privilégiée aux jeunes s’il est élu.

L’ancien président ivoirien (1993-1999), exige une réforme de la commission électorale indépendante, estimant qu’elle favorise le pouvoir en place, mais refuse toutefois d’appeler à un boycott des urnes ou à un report du scrutin.

Selon lui, le président sortant, Alassane Ouattara, ne peut pas se présenter pour un troisième mandat, selon la Constitution : “Ce serait illégal”. Il prédit que dans cette hypothèse, le peuple serait prêt à s’opposer à cette candidature. Henri Konan-Bédié appelle de ses vœux le retour au pays de l’ancien président Laurent Gbagbo, avec qui il annonce être tombé d’accord, mardi, lors d’un entretien téléphonique, pour une éventuelle alliance électorale au second tour : le mieux placé à l’issue du premier tour obtiendrait le soutien de l’autre.

Une alliance entre anciens présidents, même si Laurent Gbagbo n’est pas encore officiellement candidat, à laquelle se joindrait aussi Guillaume Soro, qui a également accepté ce principe.

FRANCE24