Aux nouveaux Commandos gendarmes, le ministre d’Etat a recommandé de placer la barre, haut. (Photo Fratmat)

Le ministre d’Etat, ministre de la défense, Hamed Bakayoko, a assisté ce lundi 20 juillet, au camp Commando de Koumassi, à la sortie de la 18e promotion de gendarmes Commandos composée de 457 éléments.

Il a profité de l’occasion pour appeler les forces de défense et de sécurité à la vigilance. Car dira-t-il, la Côte d’Ivoire est la cible des terroristes. « Nous savons que notre territoire fait l’objet de pression. Nous devons être capables d’anticiper et de réagir. Vous devez donner le maximum de vous-mêmes pour la protection de vos populations et de votre territoire. La lutte contre le terrorisme est un défi important pour le développement de notre pays. La Côte d’Ivoire doit être un territoire sûr, un territoire où les populations vaquent paisiblement, à leurs occupations », a-t-il lancé.

Il a par ailleurs salué la réaction des forces de défense et de sécurité à la suite de l’attaque de Kafolo (perpétrée le 10 juin 2020). Pour lui, les forces ivoiriennes se sont montrées à la hauteur des attentes. « Je félicite le Chef d’Etat-major général des Armées pour la capacité de réaction de l’ensemble de nos hommes, après l’attaque de kafolo. En d’autres occasions, les grands commandements donneront les résultats de la traque. Mais aujourd’hui, je puis vous affirmer que nos forces ont bien réagi et continuent de réagir pour renforcer la sécurité à notre frontière, a-t-il affirmé.

La Côte d’Ivoire ennemi de personne

Avant d’insister : « Ce que nous voulons, c’est une Côte d’Ivoire en paix, une Côte d’Ivoire tranquille. La Côte d’Ivoire n’a de problèmes avec personne. Et elle n’est l’ennemi de personne. Elle aspire à être un carrefour de symbiose, un carrefour où chacun viendra apporter son génie créateur, où chacun vit en paix. Et cette paix, nous la devons d’abord et avant tout, à la sécurité ».

Hamed Bakayoko a aussi annoncé que le Président de la République a signé récemment, un décret pour la mise en place d’une zone de commandement unique, autour des frontières. Cela permettra, selon lui, d’adapter le dispositif sécuritaire, à la réalité du terrain.

Il a également salué les efforts du Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le Général de Division Alexandre Apalo Touré pour « l’énorme travail » abattu à la tête de la Gendarmerie nationale. Lesquelles permettent à ce corps d’élite de toujours bénéficier de la confiance de la population. « Vous faites un travail excellent. Vous êtes un homme d’action et de terrain. Vous êtes un modèle pour ces jeunes. Aujourd’hui, notre jeunesse a besoin de modèle et de repère pour avancer. Je vous souhaite de continuer dans cet élan et de faire en sorte que nous puissions avoir une Gendarmerie, au service de de la nation et de la patrie ».

Votre pays vous appelle….

Aux nouveaux Commandos gendarmes, le ministre d’Etat a recommandé de placer la barre, haut. « Vous venez renforcer le dispositif qui existe. Je vous invite à mériter le titre de Commandos gendarmes. Soyez déterminés dans votre action au service de la nation. Soyez engagés. Le pays a besoin de vous. Votre pays vous appelle. Je compte sur vous. Vous devez honorer l’histoire des Commandos qui a commencé depuis la nuit des temps. Il ne vous appartient pas de venir gâter le nom des commandos. Vous devez avoir fière allure. Votre comportement, votre action, doivent être constamment marqués du sceau de l’excellence, de la bravoure, du don de soi », a-t-il poursuivi.

L’heure du combat est d’actualité…

Avant le ministre d’Etat, ministre de la Défense, le général de Division, Alexandre Apalo Touré a appelé les gendarmes à la vigilance et à la rigueur. « L’attaque de Kafolo nous interpelle. L’heure du combat est d’actualité. C’est pour marquer la symbolique de ce combat que nous avons choisi le mythique camp Commando de Koumassi pour cette cérémonie », a-t-il lancé. Il a aussi recommandés à ses hommes de faire preuve d’un amour fou pour la Côte d’Ivoire. « Je vous demande d’être à l’image des précurseur de la formation Commando. Vous devez avoir du style, de l’allure, de la bravoure et de l’engagement. Nos anciens travaillaient comme s’ils n’allaient jamais connaître la retraite », a-t-il souligné.

Pour sa part, le Lieutenant-Colonel Akassi Joseph, Commandant l’Ecole de Gendarmerie de Toroguhé, directeur de stage, a souligné que ce stage s’inscrit dans la dynamique du renforcement des capacités opérationnelles du personnel de la gendarmerie nationale. « Il y avait au total 774 postulants au stage, parmi lesquels 539 ont été retenus pour la formation. A l’issue de la formation, ce sont finalement 457 récipiendaires dont deux officiers et deux sous-officiers féminins qui ont pu obtenir leur brevet de Commandos », a-t-il indiqué.

Durant 111 jours (3 mois et 3 semaines) les stagiaires ont reçu une solide formation en Intervention professionnelles, en franchissement opérationnelle, en self-défense, en tir etc.

Du fait de la pandémie de Covid-19, seuls 49 parmi eux ont été sélectionnés pour prendre part à la cérémonie.

Le Général de Corps d’Armées, Chef d’Etat-major des Armées, Doumbia Lassina et le Commissaire divisionnaire major, Timité Namory, directeur général adjoint de la Police nationale, représentant le Directeur général de la Police nationale, Youssouf Kouyaté, ont également assisté à la cérémonie.

Source: Fratmat