En Guinée, les activités sont restées paralysées ce lundi suite à l’appel des 13 centrales syndicales. Elles réclament notamment la libération du secrétaire général de la presse guinéenne. Le mot d’ordre a été largement suivi. Les routes, habituellement bondées, étaient presque vides. Les banques, écoles, et commerces étaient également fermés.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici