Cette décision fait suite à la dissolution du parlement le 04 décembre 2023.

Depuis le mercredi 13 décembre 2023, des policiers sont déployés en nombre pour empêcher tout accès aux locaux de l’Assemblée nationale Bissau-guinéenne.

Les députés de la coalition Pai-Terra Ranka, majoritaire, s’y étaient donné rendez-vous pour poursuivre leurs activités, malgré le décret de dissolution qu’ils jugeaient illégal.

Ils ont été dispersés, tout comme leurs militants, à coups de gaz lacrymogène.

Le député Agnelo Regalla, président du parti Union pour le Changement, membre de Pai-Terra Ranka, juge inacceptable qu’on bloque l’accès à l’Assemblée.

« Même si l’Assemblée était réellement dissoute, certains organes continuent de fonctionner et les agents doivent pouvoir aller travailler », se désole le parlementaire.

Pour le M. Regalla, la décision du Président Embalo de Dissoudre l’Assemblée nationale est « un coup d’Etat constitutionnel que nous n’accepterons pas ».

Il rappelle que l’article 94 de la Constitution bissau-guinéenne ne permet pas la dissolution du parlement dans les douze premiers mois qui suivent les élections législatives.

L’élu ajoute que l’article 8 de la même Constitution précise que toute décision du Président qui n’est pas conforme à la loi fondamentale est nulle et de nul effet.

Le Président Embalo a pris cette décision après les évènements des 30 novembre et 1er décembre 2023 à Bissau. Des faits qu’il avait qualifiés de « tentative de coup d’Etat ».

Des militaires de la Garde nationale, étaient allés libérer de force, le ministre des finances, Souleiman Seidi, et le secrétaire d’état au trésor, Antonio Monteiro.

Les deux hommes qui étaient en garde-à-vue dans les locaux de la police sont poursuivis pour le retrait supposé irrégulier de 10 millions de dollars des caisses de l’Etat.

Ces deux officiels de l’ancien gouvernement, étant membres du parti Africain pour l’Independence de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC), le chef de l’Etat a pointé un doigt accusateur vers le chef du parti Domingos Simões Pereira qui est également, président de l’Assemblée nationale.

Le parlement qui vient d’être dissout a été installé en juin dernier.

Depuis sa prise de fonction en 2020, c’est la deuxième fois que le président Umaru Cissoco Embalo dissout le parlement. La première fois a eu lieu en mai 2022 à la suite de tensions entre lui et l’Assemblée.

Advertisement

9 Commentaires

  1. Hmm it seems like your site ate my first comment (it was extremely long) so I guess I’ll just sum it up what I had written and say, I’m thoroughly enjoying your blog. I too am an aspiring blog blogger but I’m still new to everything. Do you have any points for novice blog writers? I’d definitely appreciate it.

  2. Unquestionably believe that that you stated. Your favourite justification appeared to be
    at the internet the easiest thing to take note of.
    I say to you, I definitely get annoyed while people think about
    worries that they plainly don’t realize about. You managed
    to hit the nail upon the top and outlined out the
    whole thing without having side-effects , other people could take a signal.
    Will likely be again to get more. Thanks

  3. Do you mind if I quote a couple of your articles as long as I provide
    credit and sources back to your weblog? My blog site is in the exact same area of interest as yours and my users would really benefit from a lot of the information you present here.
    Please let me know if this alright with you. Thanks a lot!

  4. Thanks , I have just been looking for information approximately this topic for a long time
    and yours is the best I have came upon so far.
    However, what about the conclusion? Are you sure concerning the supply?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici