Les services de sécurité russes ont appelé vendredi les combattants du groupe paramilitaire Wagner à arrêter leur chef Evguéni Prigojine, qui a appelé au soulèvement contre le commandement militaire russe en l’accusant d’avoir attaqué ses hommes.

« Les allégations diffusées au nom d’Evguéni Prigojine n’ont aucun fondement. En lien avec celles-ci, le FSB [services de sécurité russes] a ouvert une enquête pour appel à la mutinerie armée », a indiqué le Comité national antiterroriste de Russie, dans un communiqué cité par les agences de presse russes.

Le FSB a appelé les combattants de Wagner à arrêter leur chef, l’accusant d’appeler à « un conflit civil armé » par des « ordres criminels et traîtres ».

Le président russe Vladimir Poutine « est informé de tous les événements autour d’[Evguéni] Prigojine. Les mesures nécessaires sont en train d’être prises », a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence TASS.

Who Is Yevgeny Prigozhin, Russian Tycoon and Putin's Ex-Confidant

Un responsable des forces de l’ordre cité par TASS a annoncé des « mesures renforcées » de sécurité autour des installations sensibles à Moscou.

Au préalable, le patron de Wagner avait affirmé que des frappes russes avaient fait un « très grand nombre de victimes » dans les rangs de son groupe. « Ils ont mené des frappes, des frappes de missiles, sur nos camps à l’arrière. Un très grand nombre de nos combattants ont été tués », a dit Evguéni Prigojine dans un message audio.

Il a promis de « répondre » à ces attaques ordonnées, selon lui, par le ministre russe de la Défense, soulignant qu’il ne plaidait pas pour un « coup d’État militaire » mais qu’il voulait une « marche pour la justice ».

« Provocation »

Ces accusations « sur de supposées “frappes du ministère russe de la Défense sur des bases arrière du groupe paramilitaire Wagner” ne correspondent pas à la réalité et sont une provocation », a rétorqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Selon le ministère, les forces ukrainiennes se préparent à attaquer la ville de Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine, en « profitant de la provocation de Prigojine pour déstabiliser la situation ».

Un influent général russe, Sergueï Sourovikine, a appelé les combattants de Wagner à rentrer dans leurs casernes. « Je [vous] demande de vous arrêter. […] Avant qu’il ne soit trop tard, il faut obéir à la volonté et à l’ordre du président élu de la Russie », a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur Telegram.

Cette guerre ouverte expose les profondes tensions au sein des forces russes engagées dans le conflit ukrainien.

« Le comité des commandements du groupe Wagner a décidé que ceux qui ont la responsabilité militaire du pays doivent être stoppés », a aussi dit le patron de Wagner dans un message audio, en appelant à ne pas opposer de « résistance » à ses troupes et en assurant que le ministre de Défense, Sergueï Choïgou, serait « stoppé ».

Il a enfoncé le clou en affirmant disposer de « 25 000 » combattants et appelant les Russes à les « rejoindre ». « Nous sommes 25 000 et nous allons déterminer pourquoi le chaos règne dans le pays. […] Nos réserves stratégiques, ce sont toute l’armée et tout le pays », a déclaré Evguéni Prigojine dans un message audio, appelant à « mettre fin au désordre ».

Propos contradictoires

Le ministère ukrainien de la Défense a dit « observer » les événements. Le chef du Renseignement militaire ukrainien Kyrylo Boudanov a estimé que les factions russes rivales avaient commencé à « se dévorer entre elles pour le pouvoir et l’argent ».

L’armée russe recule dans plusieurs secteurs du sud et l’est de l’Ukraine, avait dit vendredi le patron de Wagner, contredisant les affirmations du Kremlin selon qui la contre-offensive de Kiev est un échec.

« L’armée [russe] se retire dans les zones de Zaporijjia et de Kherson [sud], les forces armées ukrainiennes poussent », a déclaré Evguéni Prigojine dans un entretien vidéo publié sur Telegram.

« La même chose se passe à Bakhmout, l’ennemi pénétrera de plus en plus profondément dans notre défense », a ajouté l’homme d’affaires, en référence à une ville de l’est que les Russes affirment avoir capturée mais où les Ukrainiens disent avoir progressé sur les flancs ces dernières semaines.

« Il n’y a aucun contrôle, il n’y a pas de succès militaires » de Moscou, a encore cinglé M. Prigojine, affirmant que les militaires russes « se lavent avec leur sang », une manière d’affirmer qu’ils subissent de lourdes pertes.

Invérifiables de source indépendante, les propos du patron de Wagner contredisent en tout cas ceux de Vladimir Poutine et de Sergueï Choïgou, selon qui l’armée russe « repousse » tous les assauts ukrainiens.

Ces derniers jours, M. Poutine a répété que la contre-offensive ukrainienne était un échec et que les forces de Kiev avaient essuyé des pertes quasi « catastrophiques ».

M. Prigojine a qualifié de « profonde tromperie » les déclarations victorieuses de Moscou, accusant l’état-major de « cacher » les difficultés et les pertes russes sur le terrain.

Alors que de nombreux opposants et anonymes russes sont en prison pour avoir critiqué le conflit en Ukraine, le chef de Wagner a ouvertement remis en question les raisons pour lesquelles l’intervention militaire a été lancée.

« La guerre était nécessaire pour qu’un groupe de salauds soit promu », a-t-il fustigé, accusant aussi « les oligarques » russes qui « avaient besoin de la guerre », alors que Kiev était selon lui « prêt à n’importe quel accord ».


Prigojine, le chef de la force Wagner, pourrait-il prendre la place de Poutine ?

Faisant presque quotidiennement la une des journaux pour ses commentaires osés sur la guerre en Ukraine, le célèbre chef du groupe Wagner de Russie serait en train de lorgner vers le pouvoir politique. Certains suggèrent même qu’il souhaite devenir président.

Evgeny Prigozhin sait comment provoquer des remous.

Faisant presque quotidiennement la une des journaux pour ses commentaires osés sur la guerre en Ukraine, le célèbre chef du groupe russe Wagner aurait des vues sur le pouvoir politique.

Certains suggèrent même qu’il souhaite devenir président.

« Prigozhin est un personnage profondément déshonorant », a déclaré à Euronews le professeur Mark Galeotti, analyste de la politique russe. « C’est un homme qui s’est élevé en faisant tout ce que Poutine et le Kremlin voulaient – et qui s’est manifestement très bien débrouillé dans le processus.

Avant même d’envoyer son armée de mercenaires dans certaines des batailles les plus rudes d’Ukraine, Prigozhin dirigeait une ferme de trolls qui s’immisçait dans les élections américaines – ce qui lui a valu des ennuis avec le FBI – et utilisait les combattants de sa milice privée pour des affaires louches sur le continent africain.

Sa dernière manœuvre consiste à s’emparer d’un parti politique en Russie, ce qui, selon les analystes de l’Institut pour l’étude de la guerre, pourrait déclencher une « fractionnalisation au sein du Kremlin ».

« Il est clair qu’il essaie de se positionner pour jouer un rôle public dans la politique russe », a déclaré Mark Beissinger, professeur de politique à l’université de Princeton. « Une question plane de plus en plus sur la politique russe : que se passera-t-il après Poutine ? Que se passera-t-il après Poutine ? »

« Poutine ne risque pas d’être renversé », poursuit-il. « Mais il vieillit et, lorsque les dictateurs vieillissent, ceux qui ont des ambitions essaient de se positionner pour combler le vide laissé par la mort du dirigeant.

Prigozhin n’a pas d’amis, pas d’alliés

Le pouvoir politique de Prigozhin repose sur Wagner – aucun autre politicien russe ne commande une telle force militaire – et sa fortune colossale a été « accumulée en protégeant des régimes africains faibles en échange de leurs mines d’or », souligne Beissinger, bien qu’il doute que le mercenaire s’en prenne jamais directement à Poutine.

Porté par ses prétendus succès en Ukraine, Prigozhin a certainement créé une tempête au sein de la politique russe.

Il s’est battu avec le gouverneur de Saint-Pétersbourg et a attaqué les militaires pour leur campagne contre Kiev, ce qui a conduit de nombreux autres Russes en prison.

En mars, il a ouvertement défié la thèse du Kremlin selon laquelle il combattait des nazis en Ukraine, un argument fallacieux qu’il a utilisé à maintes reprises pour justifier l’invasion, et, ce week-end, il a apparemment appelé à l’arrêt des combats.

« Prigozhin est quelqu’un qui peut trouver des moyens de faire fonctionner le système, mais qui est toujours, dans une certaine mesure, à la limite de ce système, à la limite de ce qui est acceptable, et qui repousse ces limites », explique M. Beissinger.

« Il ne s’identifie pas à l’élite oligarchique, mais en est un outsider, aussi riche qu’il soit aujourd’hui. »

Issu de la classe ouvrière, Prigozhin aurait passé neuf ans en prison pour vol, alors que l’Union soviétique s’effilochait dans les années 1980.

Prigozhin est toléré parce qu’il est « utile à Poutine », explique Beissinger. « Il rend à l’État, pendant la guerre, des services que l’armée n’est pas en mesure de lui rendre.

Aussi impitoyables que brutaux, les mercenaires de Wagner ont été accusés de se livrer à des violations massives des droits de l’homme dans le monde entier.

« Tout pourrait s’écrouler très rapidement pour lui », a déclaré M. Beissinger. « Mais il pourrait aussi être en mesure d’exercer une influence s’il nouait les bonnes alliances.

« Les vendettas sont pour lui un passe-temps »

L’analyste Galeotti s’est montré plus sceptique.

« Je ne vois aucun signe d’une quelconque ambition politique », a-t-il déclaré à Euronews. « Toutes ces discussions sur le fait qu’il pourrait être le prochain président ou ministre de la défense sont des foutaises.

« Cela n’a aucun fondement dans la réalité ».

Avant même d’être envoyés dans le « hachoir à viande » de Bakhmout, dans le sud de l’Ukraine, les mercenaires de Wagner étaient au nombre de 30 000, alors que l’armée conventionnelle compte environ 800 000 membres actifs. De plus, ils sont extrêmement dépendants de l’armée russe pour les munitions.

Selon M. Galeotti, Prigozhin n’est donc qu’un « petit poucet », car il est également très dépendant des contrats gouvernementaux et a besoin de l’autorisation de M. Poutine pour faire fonctionner le groupe de mercenaires, qui est techniquement illégal au regard de la loi russe.

« Même s’il disposait de plus de pouvoir, il serait un instrument du Kremlin et ne jouirait pas d’une réelle autonomie », a déclaré M. Galeotti.

Il rajoute : « Je pense qu’il est toujours dangereux d’exclure Prigozhin. Il a l’esprit d’entreprise. Il est opportuniste et impitoyable. Il fera tout ce qu’il faut ».

« La société Concord Catering de Progozhin a remporté des contrats d’un milliard de dollars pour nourrir les écoles et l’armée russes et organiser les banquets du Kremlin. On pense généralement que c’est là qu’il a eu accès pour la première fois aux cercles de Poutine et qu’il a hérité du surnom de « chef de Poutine ».

L’obstacle le plus important aux projets politiques présumés de Progozhin pourrait être Progozhin lui-même.

« Ne se rendant pas compte qu’il jouait avec les grands », M. Galeotti a suggéré que « l’ex-détenu voyou » était peut-être allé trop loin en « jouant des coudes » et en « déversant du vitriol » sur les représentants du pouvoir en Russie.

« C’est un homme très malveillant, je suis tenté de dire que les vendettas sont son principal passe-temps.

Certains prétendent que l’assassinat, le mois dernier, d’un éminent blogueur militaire, Vladlen Tatarsky, dans l’explosion d’une bombe, était un avertissement pour Prigozhin, étant donné que les deux hommes étaient alliés et que l’attentat s’est produit dans un café dont il était autrefois le propriétaire. Cependant, il existe de nombreuses autres théories, comme celle de l’Ukraine qui serait à l’origine de l’explosion.

« Progozhin a surjoué son jeu », déclare M. Galeotti. « L’année dernière, il avait le vent en poupe, car l’armée russe avait désespérément besoin de main-d’œuvre.

« Depuis la mobilisation partielle, l’armée russe compte 300 000 soldats de plus et Wagner a beaucoup moins de valeur. »

Qu’est-ce qui se cache donc derrière ces rumeurs ?

Outre une « tempête médiatique qui se nourrit d’elle-même », M. Galeotti explique que l’une des principales sources de spéculation sur les prétendues ambitions politiques de M. Prizoghin est son franc-parler.

Ses ennemis politiques sont également « très heureux » d’encourager cette idée pour creuser un fossé entre lui et Poutine, ajoute-t-il.

« Dans le contexte actuel, il est très dangereux de parler de quelqu’un qui veut devenir le prochain président ».

Depuis le début de la guerre en Ukraine, un nombre croissant d’oligarques et de détracteurs de Poutine ont été retrouvés morts, ce qui soulève la question de savoir si ces décès ne sont pas trop fréquents pour être le fruit d’une coïncidence.

Selon les agences de presse russes, certains sont tombés accidentellement de la fenêtre d’un hôpital, tandis que d’autres ont trébuché en descendant plusieurs étages.

Pour M. Galeotti, les spéculations et l’intérêt pour M. Prigozhin reflètent en fin de compte quelque chose de peut-être plus troublant.

« Il y a une horrible fascination pour cette force mercenaire qui semble totalement capable d’ignorer les normes de base d’un comportement civilisé », a-t-il déclaré. « Ces gens font passer les militaires russes pour des boy-scouts ».

« Beaucoup de gens ne comprennent pas vraiment Prigozhin », a déclaré Galeotti. « Il est devenu une sorte de tache d’encre de Rorschach.

« Si vous voulez croire que Prigozhin est une sorte de champion mercenaire en roue libre qui fait ce qu’il veut, c’est très bien. Si vous voulez croire qu’il n’est qu’un exécutant sanguinaire de ce que veut Poutine, alors très bien.

« Chacun peut avoir son Prigozhin personnel ».

 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici