La cour suprême du Ghana a commencé à examiner puis a reporté l’audience sur la contestation du projet la loi réprimant l’homosexualité, votée en février 2024. © Reuters

La loi anti-gay votée au Ghana va-t-elle priver l’Etat du soutien de la Banque mondiale ?

Le rétablissement des finances du Ghana, toujours en défaut de paiement, est désormais suspendu à un jugement de la Cour suprême du pays. Elle a commencé à examiner la loi réprimant l’homosexualité votée en février. Si cette loi est jugée conforme à la Constitution, elle sera adoptée et le Ghana pourrait alors perdre le soutien de la Banque Mondiale.

Les auditions prévues hier, mercredi 8 mai, devaient être retransmises en direct à la télévision. C’est dire à quel point ce débat passionne les Ghanéens à quelques mois de l’élection présidentielle programmée en décembre.

Les juges ont finalement ajourné leurs travaux en demandant à l’un des plaignants, un journaliste qui conteste la loi, de réécrire sa copie, trop injurieuse, pas assez technique selon eux. Cette loi est très sévère : elle prévoit des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison contre les LGBTQ, et de la prison ferme également contre les proches qui ne dénonceraient pas ce choix sexuel.

La loi a été votée sans opposition par les principaux partis, mais le président attend l’avis de la Cour suprême pour la promulguer. Nana Akufo Ado redouble de prudence par crainte de la réaction de la Banque mondiale.

Les exigences de la Banque mondiale

Accra n’a toujours pas résolu sa crise de la dette et a donc un besoin urgent de la Banque mondiale. Or cette loi anti-gay n’est pas compatible avec les standards exigés par le bailleur. La Banque mondiale a déjà suspendu deux fois ses versements après l’adoption de textes condamnant l’homosexualité en Ouganda. En 2014, le gouvernement fait très vite machine arrière. Mais en 2023, le président Museveni approuve la nouvelle loi pénalisant l’homosexualité et refuse de reculer sous la pression de la banque.

Le plan B

La Banque mondiale pourrait annuler le prêt de 3,8 milliards de dollars accordé au Ghana. Le FMI pourrait suivre. Il assure un autre financement de trois milliards de dollars. Enfin, Accra redoute la réaction de ses partenaires européens. L’Allemagne a déjà fait savoir qu’elle réprouvait cette loi. Au moment du vote de la loi, le ministre ghanéen des Finances avait averti les parlementaires du risque couru, leur conseillant de chercher des financements alternatifs auprès des pays arabes ou de la Chine. Précisément ce que redoute la banque mondiale

La Banque mondiale face à un dilemme

Soit elle transige sur ses valeurs pour assurer sa mission d’assistance aux États en détresse, soit elle reste fidèle à ses principes, mais risque alors d’être contournée, dépassée par des puissances du Sud global. La position qu’elle adoptera au Ghana sera attentivement suivie sur tout le continent africain, au moment où les États africains ont du mal à accéder au financement ; au moment aussi où les gouvernants comme les populations sont de plus en plus excédés par les conditions imposées par les bailleurs occidentaux, parfois en opposition frontale avec leurs valeurs. Une majorité de pays africains, une trentaine, interdisent l’homosexualité. Certains, comme le Niger ou le Kenya, envisagent même de renforcer la répression anti LGBTQ.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici