Dans la foulée du coup d’Etat perpétré ce mercredi 30 août, au petit matin, par les Forces de défense et de sécurité réunies au sein du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), l’Internet coupé depuis quelques jours et plusieurs médias dont la diffusion en direction du Gabon a été suspendue, ont été rétablis.

Internet, Radio France international (RFI), TV5Monde et France 24 interrompus le 26 août dernier avant la fermeture des bureaux de vote, ont été rétablis ce mercredi 30 août par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) piloté par l’ex-patron de la Garde républicaine (GR), le général Brice Clotaire Oligui Nguema. Il s’agit de quelques unes des premières décisions prises par la junte.

Le CTRI qui multiplie les communiqués annonce que le désormais président de la Transition a ordonné, ce soir, la reconnexion de la fibre optique et le rétablissement des signaux des chaines radiotélévisés internationales sur les différents bouquets de diffusion existant au Gabon. Radio France international (RFI), TV5Monde et France 24 n’émettaient en effet plus vers le Gabon.

Demandant à la population de vaquer librement dès demain à ses occupations entre 6 heures et 18 heures, le CNTRI rappelle également que la restriction de circulation, donc le couvre-feu, reste en vigueur de 18 heures à 6 heures du matin jusqu’à nouvel ordre.

Insistant sur la nécessité de maintenir le calme et la sérénité dans le pays, le général Brice Clotaire Oligui Nguema a pris l’engagement de «préserver l’outil économique, garant d’une prospérité sociale» et assure que son groupe garantira la paix, la stabilité et la dignité de «notre cher Gabon».

Le gouvernement du Gabon avait rapidement instauré un couvre-feu et coupé Internet, samedi soir, juste avant la fermeture des bureaux de vote. Ce jour-là, les Gabonais étaient appelés aux urnes pour confier ou non un troisième mandat au président Ali Bongo Ondimba ou un tout premier à son rival Albert Ondo Ossa.

A la fin de ce scrutin, Ali Bongo Ondimba s’en est sorti, selon le Centre gabonais des élections (CGE) dissous, avec 64,27% des voix, contre 30,77% pour le candidat de l’opposition, Albert Ondo Ossa.

Gabonreview

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici