Au Gabon, lors de son discours d’investiture, le chef de la junte a promis de « rendre le pouvoir aux civils » par des « élections crédibles » et “transparentes. Il n’a pas précisé la durée de la transition.

Le général Brice Oligui Nguema avait a renversé Ali Bongo le 30 août.

« C’est sans aucune violence, sans heurts et sans effusion de sang que le Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions, le CTRI, a changé le régime en place qui confisquait le pouvoir des institutions de la République depuis plusieurs années au mépris flagrant des règles démocratiques », a déclaré Brice Oligui Nguema devant des centaines de personnes, dont des ministres déchus du régime d’Ali Bongo, mais aussi des ténors de l’opposition. Le général a notamment appelé à l’élaboration d’une nouvelle Constitution qui sera « adoptée par référendum ».

Le général Brice Oligui Nguema prête serment au Gabon

La transition, une première

Un peu plus tôt dans la journée, l’ambiance était solennelle dans les rues de Libreville, alors que le pays n’a encore jamais connu de transition après un coup d’état.

Selon un Librevillois, « on sait tous que la population avait besoin d’autre chose, un nouveau vent. Maintenant il faut faire confiance au nouveau président et espérer qu’il répondre à l’attente des populations. »

Le Gabon connaît une crise économique et sociale forte depuis plusieurs années. Avec un des produits intérieurs brut par habitant les plus élevés d’Afrique, la population gabonaise est considérée comme l’une des plus aisées. Pourtant le pays connaît un taux de chômage de plus de 20% et un taux de pauvreté de plus de 30%.

Nouvelle ère

Cette transition semble ainsi constituer un véritable espoir pour de nombreux Gabonais. « Pour nous c’est une délivrance, raconte une habitante. Toutes les couches de la société du Gabon ont souffert. Moi je suis retraitée et je suis maltraitée. J ’ai des sœurs qui sont mortes sans toucher leur retraite. » 

Un autre Librevillois explique que « c’est juste la joie que l’on ressent, le changement, après tant d’années en fait. Surtout pour nous les jeunes, qui avons fini l’école, qui n’avons pas de travail, on espère que les choses vont changer. »

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici